Une question ? Nous vous répondons :
9h30-12h & 14h-17h
0565780195

jeudi 7 juillet 2022

Saint Ralph Milner

Articles Formations

Formations

Tenue vestimentaire et Dignité humaine

« Considérez les lis des champs […] je vous le dis, Salomon lui-même dans toute sa gloire, n’a pas été vêtu comme l’un deux. » Saint Matthieu 6,29
Dieu a revêtu chacune de ses créatures de pureté et de beauté. Et on ne se lasse pas de les regarder avec joie et admiration.

L’homme, par le péché originel, a perdu sa pureté originelle. Dès lors, la beauté de son corps provoque le trouble et la convoitise.

C’est pourquoi, Dieu lui-même a revêtu Adam et Ève, afin de les éduquer à la modestie des sens de la vue et du toucher qui réveillent la concupiscence de la chair.

Le vêtement désormais ne sert pas seulement à préserver le corps des intempéries, mais il est encore nécessaire pour protéger la pudeur et la chasteté, et cela été comme hiver !

Tant que la modestie chrétienne ne sera pas pratiquée, la société continuera de s’avilir.
« La société parle par le vêtement qu’elle porte. » Pie XII
D’où viennent ces désordres moraux, ces divorces, ces viols, ce tourisme sexuel, cet avilissement de la jeunesse ? Des modes impures et provocantes dans la rue, dans les images, dans le travail, dans les écoles, à la télévision.

L’âme qui veut rester chaste se doit de baisser les yeux, de fermer les oreilles, afin de ne pas être provoquée. C’est vraiment une agression continuelle que le monde nous offre !

Et vous accepteriez d’y participer sous prétexte de mode, pour ne pas paraître « vieux jeu » !…
« Les personnes qui suivent la loi de Dieu ne doivent pas suivre la mode. » Bienheureuse Jacinthe de Fatima
Nous nous trouvons devant deux solutions pour le choix de l’habillement,
ou devenir une personne admirée,
ou devenir une chair convoitée.

1 – Devenir une personne admirée et aimée

Notre corps est non seulement le vêtement de notre âme qui doit ressusciter au dernier jour, mais aussi le tabernacle de la Sainte Trinité.

C’est pourquoi nous devons l’envelopper d’un vêtement, non seulement décent, mais également digne. Celui-ci doit être un petit reflet de la beauté de l’âme en état de grâce.

Hélas ! Combien de jeunes ou de moins jeunes sont habillés sans goût, fagotés avec un tas de chiffons ! Ce n’est pas un bon témoignage, car leur apparence n’est pas le reflet de la beauté de leur âme, de leur vie. C’est une forme de laisser aller qui n’est pas apostolique.

La beauté de l’âme réside dans l’état de grâce et l’union à Dieu. A l’extérieur, elle se manifeste par un regard limpide et rempli de bonté, un sourire chaleureux, du dévouement dans le don joyeux de soi-même.

Le vêtement va souligner cette beauté intérieure. Il sera simple et modeste, engendrant le respect et la vertu ; il sera harmonieux dans les formes et les couleurs, avec une certaine élégance qui révèle le bon goût et la noblesse de l’âme.

L’épouse veillera, même chez elle, à être modeste et jolie pour sa famille ; ajoutant à sa disponibilité et bonne humeur habituelles, ce côté agréable dans l’habillement.

La jeune fille saura exprimer à travers son vêtement, ses qualités intérieures de pureté et de délicatesse, de simplicité et de gaieté. Et c’est ainsi qu’elle trouvera un mari digne et vertueux, et fondera un foyer stable et heureux.

La vraie beauté grandit dans la pureté et la modestie.

2 – Devenir une chair convoitée

En refusant de mettre la présence de Dieu et la vertu au centre de sa vie, la femme va ternir la beauté du reflet divin qui est en elle, au profit de la séduction. Ne cherchant plus d’abord à plaire à Dieu, elle va chercher à plaire aux hommes. Dès lors, son cœur ne sera plus pur, et.insensiblement sa tenue ne sera plus modeste.

De plus, comme la mode et donc l’environnement est largement immodeste, l’effet de concurrence va jouer en faveur de l’indécence, voire même chez certaines, du ridicule.

La femme chrétienne, n’étant plus objet d’admiration et d’estime par une vraie beauté reflet de ses vertus, devient bien vite un objet de convoitise par sa tenue relâchée et provocante.

Une femme doit savoir que l’homme est très sensible au corps féminin, et qu’il y a un aspect suggestif dans le demi-vêtu : épaules nues, décolleté prononcé, robe largement fendue ou tant soit peu transparente… Tout cela peut être une occasion de péché mortel pour les autres et donc aussi pour la personne qui en est responsable.
« Et moi je vous dis que quiconque regarde une femme avec convoitise a déjà commis l’adultère dans son cœur. » Saint Matthieu 5,28
Et que dire des modes actuelles qui sont souvent laides et pour le moins provocantes : mini-jupes, robes longues fendues jusqu’au-dessus du genou, jupes portefeuilles qui s’ouvrent largement en marchant, vêtements moulants qui mettent en évidence les formes du corps ?…

Même si vous n’avez pas de mauvaises intentions en suivant la mode, vous êtes responsable des péchés qui se commettent à cause de vous.

En provoquant les regards immodestes des hommes,
Sachez que vous encourez les foudres de Dieu !

Mais alors, comment s’habiller ?
Avec goût et modestie.
En travaillant l’harmonie des formes et des couleurs.
Il existe une mode honnête qui exprime un certain goût et qui met en relief chaque personnalité.

Pourquoi se confiner dans le sombre, dans le gris ou le noir, dans le délavé, le bariolé, quand on est jeune ? Il y a des couleurs gaies sans être agressives, il y a des ensembles harmonieux à réaliser. Il faut former les enfants au bon goût, dès leur enfance.

Pour la coupe, une formation facile vous permettra de la réaliser vous-même, de manière à avoir des vêtements suffisamment amples et modestes. La jupe doit couvrir les genoux, de telle sorte qu’en étant assise la tenue reste correcte.
« Que les femmes aient une tenue décente, et soient parées avec modestie. » Saint Paul 1 Tim. 2,9
Que dire des pantalons non serrés, des jupes-culottes ?

Dans certaines circonstances, ils peuvent être une question de prudence (métro, certains lycées…). Mais il faut que cela reste des exceptions que l’on s’impose à regret ; le danger éloigné, il faut reprendre de suite une tenue féminine. Le pantalon ne va pas avec la morphologie de la femme. De plus, dans nos sociétés, il est réservé à l’homme, à l’autorité, d’où l’expression pour une femme qui gouverne dans son foyer : « elle porte le pantalon ».

Notons enfin qu’à l’église, la tenue doit être non seulement correcte, modeste, mais encore respectueuse.

Les bras seront couverts. Le voile sur la tête manifestera que la femme qui engendre la vie, est par excellence un tabernacle du Saint-Esprit. Refuser ce signe, c’est montrer que Dieu n’est pas au centre de sa vie. Mais là encore, il faut rester dans le bon goût et ne pas tomber dans le ridicule.

Un feuillet de la publication ci-dessus est édité par l’Association Notre-Dame du Pointet B. P. 4 03110 Broût-Vernet.

La formation sacerdotale au troisième millénaire - Vidéo

Madame, Monsieur, Permettez-moi de vous inviter à visionner un film sur la formation sacerdotale. Il a été réalisé en Allemagne et traduit en 11 langues déjà. La version française a pour titre La formation sacerdotale au troisième millénaire. Ce film de 34 minutes a été conçu pour un public jeune et attiré par le service de Dieu. Aidez-nous à l’atteindre en faisant connaître cette vidéo autour de vous ! Que Jésus-Christ bénisse vos efforts et suscite de nombreux prêtres solidement formés et remplis d’amour pour son Église et pour les âmes ! Pater François Berthod

Pour se former à l’évangélisation des musulmans

Un nouvel institut pour former les laïcs à l’évangélisation des musulmans A la demande d’un groupe de laïcs profondément engagés dans la foi et soucieux de l’annonce de l’Évangile auprès des autres minorités religieuses en Europe, Monseigneur Rey a accueilli dans le diocèse de Toulon cette première école d’évangélisation spécialisée dans l’annonce de l’Évangile auprès des musulmans et des autres minorités religieuses. 26 millions en Europe, ils représentent un défi. Il est plus qu’urgent qu’une génération d’apôtres missionnaire soit formée sur l’Islam, son origine, ses textes, ses pratiques.
L’institut dirigé par les plus grands spécialistes de l’Islam, dont des convertis a pour but d’offrir aux étudiants les bases de la théologie chrétienne et les outils pour évangéliser les périphéries comme le rappelle le Pape François. ​ Le diocèse de Toulon a accueili le premier Institut de Formation au Dialogue Missionnaire le 15 août 2018, il est placé sous l’autorité, la surveillance et la bienveillance de Monseigneur Dominique Rey, évêque du diocèse de Toulon et est ouvert aux chrétiens de toutes confession. Le calendrier des formations se trouve ici Le Corps enseignant est constitué (entre autres) de : Pr. Giulio Maspero, président d’honneur de l’institut est docteur en théologie Trinitaire, Professeur à l’Université Pontificale de la Sainte-Croix, chercheur en patristique et spécialiste sur Grégoire de Nysse, membre de l’Académie Pontificale de Théologie et de l’Association Internationale des Etudes Patristiques. Pr. Ashraf Saddek, docteur en Egyptologie et archéologie, fondateur et directeur de la revue Le Monde Copte, spécialiste de l’Islam et du monde arabe. Pr. M. Rahouma, docteur en sciences islamiques et ancien doyen de l’université du Caire. Il enseigne dans les plus prestigieuses université aux Etats-Unis depuis sa rencontre avec le Christ. Dr. Annie Laurent, docteur en géopolitique, spécialiste de l’Islam et du monde arabe. Responsable du programme perfectionnement. Said Oujibou, ex-musulman devenu pasteur, il a à cœur d’annoncer au monde arabe le Christ. Il est diplôme en études de théologies ainsi qu’à l’Ecole des Hautes Etudes de Sciences Sociales. Il exerce parallèlement dans la lutte contre la radicalisation religieuse. Dr Edouard-Marie GALLEZ, auteur d’une thèse sur les origines de l’Islam et le mouvement nazaréen. Il enseigne le cours sur les différents courants doctrinaux à l’époque de la naissance de l’Islam. Abbé Fabrice Loiseau, prêtre du diocèse de Toulon, il fonde la Fraternité de la Miséricorde Divine dont l’un des objectifs est l’annonce de l’Evangile auprès des musulmans. Il enseigne l’apologétique, le cours sur le canon des écritures ainsi que le cours sur l’eschatologie. Odon Lafontaine, auteur du livre « Le grand secret de l’Islam”. Il enseigne le cours sur l’origine de l’Islam Maître Frédéric Pichon, avocat en droit Pénal au Barreau de Paris. Spécialisé en droit de la liberté d’expression. Il enseigne le cours de rhétorique et art-oratoire. M. Samir Megally, écrivain, auteur de la méthode d’apprentissage d’Arabe « L’arabe facile ». Il est responsable du programme langue arabe.

Code d’honneur du chevalier chrétien

Les dix commandements de la chevalerie

I – Tu croiras à tout ce qu’enseigne l’Église et observeras tous ses commandements.

II – Tu protégeras l’Église.

III – Tu auras le respect de toutes les faiblesses et tu t’en constitueras le défenseur.

IV – Tu aimeras le pays où tu es né.

V – Tu ne reculeras pas devant l’ennemi.

VI – Tu feras aux Infidèles une guerre sans trêve et sans merci.

VII – Tu t’acquitteras exactement de tes devoirs féodaux, s’ils ne sont pas contraires à la loi de Dieu.

VIII – Tu ne mentiras point et seras fidèle à la parole donnée.

IX – Tu seras libéral et feras largesse à tous.

X – Tu seras, partout et toujours, le champion du Droit et du Bien contre l’injustice et le Mal.

Les vertus chevaleresques

Loyauté : Le chevalier doit toujours être loyal envers ses compagnons d’armes. Que se soit pour la chasse ou pour traquer un ennemi, le chevalier doit être présent au combat jusqu’à la fin avec ses compagnons, prêt à les aider en tout temps avec vaillance.

Prouesse : Le chevalier doit être preux et posséder une grande vigueur musculaire. La force d’âme est aussi très importante afin de combattre les redoutables adversaires qu’il rencontre lors de ses quêtes. Il doit les combattre pour le service de la justice et non par vengeance personnelle.

Sagesse et Mesure : Le chevalier doit être sage et sensé afin d’empêcher la chevalerie de basculer dans la sauvagerie et le désordre. Le chevalier doit avoir le contrôle sur sa colère, sa haine. Il doit rester maître de lui-même en tout temps. Les échecs sont donc de mise pour le chevalier afin d’exercer l’agilité intellectuelle et la réflexion calme.

Largesse et Courtoisie : Un noble chevalier doit partager autant de richesses qu’il possède avec amis et paysans sous son aile. Lorsqu’il se rend à la cour, il doit faire preuve de courtoisie. Il s’efforce de se faire aimer par sa dame en étalant devant elle toutes ses prouesses. Il doit aussi la servir fidèlement. La noblesse purifie en quelque sorte l’âme du chevalier.

Justice : Le chevalier doit toujours choisir le droit chemin sans être encombré par des intérêts personnels. La justice par l’épée peut être horrible alors l’humilité et la pitié doivent tempérer la justice du chevalier.

Défense : Un chevalier se doit de défendre son seigneur et ceux qui dépendent de lui. Il doit toujours défendre sa nation, sa famille et ceux en qui il croit fermement et loyalement.

Courage : Un chevalier se doit de choisir le chemin le plus difficile et non le chemin guidé par ses intérêts personnels. Il doit être prêt à faire des sacrifices. Il doit être à la recherche de l’ultime vérité et de la justice adoucie par la pitié.

Foi : Un noble chevalier doit avoir foi en ses croyances et ses origines afin de garder l’espoir.

Humilité : Le chevalier ne doit pas se vanter de ses exploits, mais plutôt laisser les autres le faire pour lui. Il doit raconter les exploits des autres avant les siens afin de leur donner le renom dont il a le mérite.

Franchise : Le chevalier doit parler le plus sincèrement possible.

Prière des chevaliers

Seigneur Jésus,
De qui descend toute noblesse et toute chevalerie,
Apprenez-nous à servir noblement ;
Que notre fait ne soit point parade ni littérature,
Mais loyal ministère et sacrifice coûteux.
Tenez nos âmes hautes, tout près de Vous,
Dans le dédain des marchandages,
Des calculs et des dévouements à bon marché,
Car nous voulons gagner notre paradis
Non pas en commerçants, mais à la point de l’épée,
Laquelle se termine en croix, et ce n’est pas pour rien.
Nous avons fait de beaux rêves pour Votre amour ;
Dans l’obscurité des journées banales,
Préparez-nous aux grandes choses par la fidélité aux petites,
Et enseignez-nous que la plus fière épopée
Est de conquérir notre âme et de devenir des Saints.
Nous n’avons pas visé moins haut, Seigneur,
Et nous sommes ambitieux,
Mais malheureusement, nous sommes faibles,
Et cette grâce, nous l’espérons de votre miséricorde, nous conservera humbles.
Demandez-nous beaucoup, et aidez-nous à vous donner davantage.
Et puisque nous sommes livrés à Vous,
Ne vous gênez pas pour nous prendre au mot et pour nous sacrifier,
Nous vous le demandons malgré le tremblement de notre chair,
Car nous voulons n’avoir qu’une crainte, celle de ne pas Vous aimer assez.
Et quand au soir de notre dernière bataille,
Votre voix de Chef sonnera le ralliement de tous Vos Chevaliers,
Faites, Seigneur, c’est notre suprême prière,
Faites que notre mort serve à quelque chose,
Et accordez-nous la grâce de mourir debout.
Ainsi soit-il.