Une question ? Nous vous répondons :
9h30-12h & 14h-17h
0565780195

mercredi 1 février 2023

Sainte Brigitte de Kildare

Sylvie de la Croix

Sylvie Marie-Joseph de la Croix est mariée et mère de trois enfants. Le soir du 7 novembre 2003, elle est en prière, chez elle, lorsque le Seigneur lui demande de prendre de quoi écrire, ce qu’elle fit. Il commence alors à lui dicter des enseignements, mot à mot …

De Jésus-Christ : 

« Mes enfants bien-aimés, voici venu le temps de Noël, celui pendant lequel vous préparez vos cœurs à Me recevoir. Je suis venu en Marie, Ma douce et tendre Mère qui m’a accueilli et M’a permis de venir vous racheter. Elle a pris soin de Moi tout le temps, du premier au dernier jour de Ma vie, c’est-à-dire dès son sein, lors de Ma conception, jusqu’à Ma mort sur la Croix. 

Je vous l’ai donnée comme modèle afin que vous aussi accueilliez les enfants que Père vous donne, vous confie. Ne l’oubliez pas, ils sont siens, viennent de Lui et de vous qui avez participé à l’ensemencement.

Au commencement, Dieu voulait ces nombreux enfants et que chacun de vous le demeuriez : croissez et multipliez-vous. Oui, grandissez dans l’amour, dans l’Amour de Dieu et dans l’Amour du prochain, afin que vous portiez du fruit et que votre fruit demeure. »
Du Père Eternel : « Caïn a tué Abel son frère et maintenant vous tuez vos propres enfants.

Qui est votre père ? N’ai-je pas dit : « vous ne tuerez pas ?! »
Vous tuez non seulement vos enfants mais également les enfants que Moi Dieu le Père vous ai donnés.
De même que vous avez tué Jésus Mon Fils Unique, de même maintenant vous tuez votre chair, le fruit de vos entrailles.
C’est la mort qui habite en vous, que vous le vouliez ou non. Ne vous étonnez pas de la disparition de votre peuple et Je le dis pour toutes les nations qui ont voté des lois iniques, contre celles de Dieu l’Eternel.

Priez et convertissez-vous avant que Ma colère ne s’abatte sur vous. Votre ennemi est entré dans vos existences par là où vous l’avez laissé entrer, il vous a trompés et veut vous emmener avec lui dans la géhenne de feu qui ne s’éteint pas.

Revenez, Mes enfants, Jésus a donné sa Vie pour vous, vous a fait connaître Mon Amour. Regardez le bon larron qui a tué lui aussi, il est avec Moi, il s’est tourné avec Amour vers Mon Fils sur la Croix.
Jésus attendait de Judas un peu d’amour, lui qui a vécu pendant trois années à ses côtés. Sa conduite n’a pas changé jusqu’à la dernière minute.

Changez vos cœurs, maintenant. Donnez-les à Mon Fils avec confiance, Lui qui ne vous condamne pas. Mes prêtres vous attendent dans les confessionnaux. Faites votre examen de conscience chaque jour à la Lumière de Mon Esprit-Saint et accourez vous jeter dans Mes bras que je tends vers vous patiemment.

Mais le temps vient où cela sera difficile de trouver du secours. »
De Jésus-Christ : « Priez Maman Marie de vous accompagner chaque jour de votre vie, Elle qui a pris soin de Moi, des apôtres, des tout-petits criant vers Elle. Marchez le rosaire à la main, levez Ma Croix face à vos ennemis et priez pour leur conversion. »
Du Père Eternel : « Je vous bénis, Mes petits. Reposez sur Mon cœur qui vous aime, Moi votre Dieu Trois fois Saint. Amen. Au Nom du Père, du Fils et du Saint Esprit. Amen. »

Les Témoins de l’Amour et de l’Espérance (Juillet 2021) – Témoignage de Sylvie de la Croix

Petit à petit Il s’est révélé

En 2003, le Seigneur m’a attirée à Lui devant Son Saint-Sacrement, qui était dans le tabernacle d’une chapelle, mais vraiment fortement, car au bout d’un certain temps, Il m’a fait demeurer des heures entières devant. Petit à petit, Il s’est révélé.
Un jour, pendant un temps de prière, Il m’a demandé de prendre un stylo et un carnet. J’ai commencé à prendre des notes qu’Il me dictait, tout en ne comprenant rien, parce que je voyais bien que cela ne venait pas de moi. Je me disais : j’écris des brouillons, n’importe quoi ! Mais, en relisant, je voyais bien que c’était Lui qui parlait et que cela me remplissait d’amour au fur et à mesure.

C’est Lui qui agit

À la relecture de ces messages, au bout de quelques années, je me suis aperçue qu’Il avait œuvré Lui-même à travers eux, qu’Il a transformé ma vie et notre vie de famille. Il a appelé son livre contenant ses messages : Œuvre de Jésus Sauveur. Je me posais la question au début comment Il l’entendait, mais après plusieurs relectures, je me suis aperçue que c’était Lui qui œuvrait justement à travers ces messages qu’Il donnait petit à petit, Il faisait son intimité dans la personne. Il les a donnés pour tous, afin que chacun puisse s’approcher aussi de Lui, dans toujours une plus grande intimité. Comme saint Paul, quel que soit l’état où l’on est, Il demande à prendre la parole. C’est Lui qui le fait, c’est Lui qui agit, et Il fait rencontrer les personnes qu’Il désire.

Ramener l’âme ver le bon chemin

Beaucoup de personnes demandent de temps en temps comment Il peut me parler à moi aussi. Mais ne vous inquiétez pas : si vous ne L’entendez pas, Il peut vous donner des lumières, Il peut vous parler à travers votre personne, à travers des événements, à travers Sa parole, dans Son Évangile…  Il a plein de moyens pour s’adresser à chacun. Ce sont toujours des paroles d’amour pour la personne, même si quelquefois si elles secouent un peu, c’est toujours pour ramener l’âme sur le droit chemin, parce qu’Il nous aime. Il souhaite aussi vivre à travers nous, mais que les personnes qui s’approchent de nous Le voient et le ressentent, comme Sa paix, Ses paroles, Ses gestes… bref, tout ce qu’Il inspire, parce qu’elles ont soif de Lui.

Une union très forte avec la Divinité

Ainsi, le Seigneur, à travers nous, si nous Le laissons faire, si nous Le laissons passer devant nous, même encore mieux, si nous Le laissons s’unir à nous, vivre Lui-même en nous, là, à chaque rencontre, Il peut toucher les personnes, mais il faut absolument qu’Il soit là. C’est une communion trinitaire ; lorsque la Sainte Trinité nous rejoint chacun, parce qu’il y a toujours le Père, le Fils et l’Esprit Saint qui sont en nous, en nos cœurs, si la personne a soif de Dieu et L’accueille, si le témoin donne les Paroles de Dieu, il y a alors une union très forte avec la Divinité, et ça porte des fruits à la longue. Il y a des rencontres divines avec le Seigneur. Souvent, on passe à côté, mais Dieu donne plein de clins d’œil, et tous les jours, à chaque instant de la vie et à chacun.

Le message du 29 décembre 2005

Il faut Lui demander de voir cela avec Son regard, d’ouvrir nos cœurs, et surtout Lui demander qu’Il les remplisse de Son Amour. Pour aujourd’hui, je n’ai rien préparé. Je Le laisse chaque fois décider au fur et à mesure ce qu’Il veut, dans un abandon total comme Il le désire. Je vais vous lire le message qu’Il avait donné pour notre rencontre – c’est un message du 29 décembre 2005.

Le message du 29 décembre 2005

« Mon Cœur brûle d’amour pour vous. Je veux vous étreindre et vous embraser. Mes petites âmes toutes dévouées, ne vous lassez pas de venir à Moi, de Me demander Ma Volonté sur chacune d’entre vous. Père vous a créées à Mon image. Vous êtes encore loin de celle de Mon Saint-Cœur, pour devenir parfaites comme Je le suis. Laissez-vous embraser chaque jour de votre existence. Les matins, venez à Moi, que Je ranime votre flamme d’amour pour Moi et pour vos frères. Je souhaite mettre l’amour dans le monde entier par votre intermédiaire.

Je souhaite que vous deveniez de petits Jésus guidés par votre Maman céleste, Marie. Regardez Mon Sacré-Cœur qui brûle d’un brasier ardent. Il n’éclaire pas inutilement, mais éclaire vos ténèbres. Il ne consume pas, tels vos feux matériels, mais comme un feu dévorant doucement, petit à petit, vos entrailles. C’est pourquoi J’ai besoin de votre présence à Mon Saint-Sacrement le plus souvent possible (c’est-à-dire l’Eucharistie, devant le Tabernacle).

Pour étreindre quelqu’un, il est nécessaire que la personne soit tout près de vous, afin que vous puissiez la saisir. Son accord doit être donné à votre proposition d’amour. Pour Moi, il en est ainsi. J’ai besoin de votre approche pour vous proposer Mon Amour et de votre acquiescement pour vous étreindre. À mon contact, vous vous embrasez vite et recourez sans cesse à cette Source qui vous abreuve et vous rassasie. Je vous demande d’apporter l’amour à la terre, au monde, quel qu’il soit, végétal, animal ou humain. J’en suis le dispensateur par excellence, puisque Je ne suis qu’Amour en Père et avec l’Esprit Saint. Ma Mère Marie vous a expliqué que vous serez beaux comme elle lorsque vous aimerez. Elle-même m’a porté en elle depuis Mon Incarnation, c’est-à-dire qu’elle a porté le pur Amour en son sein. À Noël, elle est venue vous Le donner, tout d’abord aux petits, aux innocents, prêts à Le recevoir dans la simplicité, humblement et gratuitement, surtout pleinement.

Je vous demande de me dire ‘oui’ comme Marie, pour que J’habite en vous, en gestation. Je vous purifierai ainsi de l’intérieur de vos blessures et de vos imperfections, pour finir par vous embraser totalement. Lorsque votre cœur en sera rempli, débordant, vous deviendrez Mon canal par lequel J’irriguerai tous les cœurs, voisins tout d’abord, puis à distance par la suite, selon Mes besoins. Je vous demanderai de Me donner votre amour pour des âmes en grandes difficultés, éloignées et inconnues de vous, pour répandre Ma Miséricorde dans le monde tel le delta d’un fleuve. Viendra le temps où le monde sera inondé totalement par Mon Amour infiniment grand, tel le Déluge au temps de Noé. Je renouvellerai ainsi votre monde, vous demandant de rétablir l’ordre, la justice et la paix par votre témoignage.

Connaissez-Moi davantage : Je suis tendre et doux de cœur. Je Me suis fait bébé, pour que vous puissiez Me porter dans vos bras, là où le monde M’attend, Me cherche. Ne le faites plus attendre ; il devient très assoiffé de Moi sans le savoir, parce qu’il a trouvé l’insatisfaction à travers ses richesses et ses connaissances de toutes sortes qui ne l’ont mené nulle part, ni à Moi-même directement. Le monde est très pauvre, parce que son trésor n’est pas celui qu’il souhaite ; il fait fausse route. Annoncez sur les routes Mon Évangile et Mon Retour dans les cœurs. Redonnez espoir à ce monde désespéré et dérouté. Leur chemin est tout sauf le Mien. Je viens à eux, car ils ne reviennent pas à Moi. Je vais les chercher car, dans les sombres et épaisses ténèbres, ils ne perçoivent plus la Lumière qui, elle, les guidera sur les chemins de Mon Royaume.

Notre Sainte Trinité appelle et luit de tout Son Cœur sur ces âmes de bonne volonté. Allez par le monde entier et soyez Mes disciples au sein de chaque nation. Les générations Me cherchent les unes après les autres, mais la vôtre ne sait plus Me trouver, parce qu’elle a perdu le chemin du Salut. Cessez de taire la vérité à Mes enfants bien-aimés. Redonnez-leur le goût de Dieu, si vous désirez leur bonheur ; ainsi, vous les sauverez et vous sauverez par surcroît. Qui veut sauver sa vie la perdra en égoïste, et qui perdra sa vie en la donnant aux autres la gagnera pour la Vie éternelle. Entende qui a des oreilles, marche qui a des pieds, parle qui a une bouche, aime qui a un cœur, le Mien.

Je vous bénis tous, votre Jésus immensément amoureux. » 

Extraits de l’ouvrage Œuvre de Jésus Sauveur, de Sylvie de la Croix (Rassemblement à Son Image, 2015).

Un appel au témoignage

Comme d’habitude, je m’aperçois que c’est le Seigneur qui mène le discours, puisque dans ce message, la première partie a été expliquée avant, et je ne savais pas ce que j’allais lire. Et pour la seconde partie, c’est un appel au témoignage. Nous savons tous que le monde ne se porte pas bien. Le Seigneur nous le dit et Il compte sur nous pour L’approcher, pour Lui permettre de le relever. Il a parlé aussi des générations qui L’ont cherché, comme les religieuses de Compiègne l’ont trouvé ; elles sont déjà auprès de Lui dans les cieux. Nous pouvons demander aux générations précédentes d’intercéder pour nous et pour le monde, parce que tout le Ciel est mobilisé et il faut faire appel à elles et à tous les Saints, aux membres de vos générations précédentes qui sont déjà également là-haut, puis aux âmes du Purgatoire, aux Saints innocents… tout le monde peut nous aider. Il ne faut pas également hésiter à mettre les saints Anges à contribution ; ils sont nos meilleurs amis. Nous ne sommes jamais seuls.

Il est toujours présent avec Sa Mère, à nos côtés.

Tout à l’heure, Jésus m’a expliqué que, lorsque nous nous sentons seuls, nous ne le sommes pas, parce qu’il y a Sa Mère à côté de Lui ; et pendant que nous nous sentons seuls, comme abandonnés par Lui, Il est présent avec Sa Mère, par la prière et par amour. Pendant ce temps, Lui va visiter les âmes et les cœurs, et Il s’occupe de chacun, de tous ceux qui en ont besoin. Donc, il faut Le bénir, parce qu’Il fait vraiment quelque chose avec nous. Ces abandons, vus humainement – mais en fait, ce ne sont pas des abandons, car Jésus, quant à Lui, a vraiment été abandonné en allant sur la Croix, Il a été abandonné par les hommes. Le Père Lui-même a retiré Ses secours, Il a véritablement voulu que Jésus ressente tous les abandons que les hommes ont ressentis sur cette terre, jusqu’au bout, mais Il a donné Sa vie et Il a gardé la foi, la foi en Son Père. Jésus a été aussi tenté, mais cette foi, Il l’a trouvé dans l’abandon, toujours selon la Volonté du Père. C’est sur ce chemin qu’Il nous entraîne, parce que le chemin qui mène à la Croix, qui est cette porte qui ouvre sur le Ciel, c’est le remède ; c’est par-là qu’Il s’est chargé Lui-même de toutes nos difficultés, de tous nos abandons, pour les présenter au Père jusqu’à la mort. 

Naître à Dieu

Jésus a tout donné. Il s’est vraiment uni à nous humainement, spirituellement, sur cette terre, pour nous élever derrière Lui. Il nous faut accepter de passer par-là, tout Lui remettre et même Lui remettre toutes les souffrances de nos frères et sœurs, toutes leurs blessures, tous les péchés, tout remettre à Jésus quand on passe sur la Croix avec Lui. Mais il faut savoir que cette croix nous fait mourir à nous-mêmes, à nos péchés, au monde, et elle nous fait naître à Dieu, renaître au Père et au Royaume de Dieu, avec Jésus et derrière Lui. Il ne faut pas en avoir peur. D’ailleurs, les sœurs martyres de Compiègne l’avaient bien compris. Elles étaient toutes données à Lui, et elles se sont données à Lui pour nous aussi maintenant. Elles nous ont porté dans leurs prières, elles ont aussi offert ce sacrifice pour nous, unies à Jésus. Alors n’hésitons pas à les prier, elles peuvent nous obtenir des grâces, unies également au fiat de Marie.

Renaître avec Jésus

Marie a toujours donné son fiat à Jésus, parce qu’elle a d’abord connu le Père, elle a attendu Jésus et a toujours vécu unie à l’Esprit Saint. Marie est un exemple pour nous et une Mère ; elle nous protège. Ayez aussi confiance en elle ; il faut aller vous réfugier sur son Cœur, dans son Cœur Immaculé. Elle est vraiment le refuge ; elle donne la paix de Jésus. Lorsque nous approchons vraiment d’elle, elle nous donne la paix. Mais ce n’est pas une paix terrestre, parce qu’avec la paix terrestre les soucis restent, mais lorsqu’il s’agit de la paix du Ciel, tous les soucis disparaissent, et c’est déjà un avant-goût du Ciel. C’est à cela que Marie veut nous mener ; elle veut nous faire renaître avec Jésus, qui a été incarné en elle. C’est pour cela qu’il faut entrer dans son Cœur Immaculé, pour renaître avec Jésus, pour être replongé dans un bain de pureté, pour être protégé et béni par son Fils qui est tout le temps uni à elle.

Je vais vous lire un autre message que le Seigneur m’a donné le 9 août 2005 :

Le message du 9 août 2005 

« Pourquoi ne Me parlez-vous pas de vos sentiments entre vous tels qu’ils sont ? Mes apôtres le faisaient librement et apprenaient beaucoup de Moi. Venez auprès de votre Dieu Trois fois Saint, qui est votre meilleur confident. Ainsi, vous ne serez plus seuls et profiterez davantage de Mes Enseignements à travers votre vie quotidienne.

Oui, de tout ce qui vous arrive, Je tire des leçons de savoir-vivre pour vous et Je peux vous montrer le meilleur chemin à suivre. Dans vos silences et vos prières, Je viens vous éclairer lorsque vous avez soif de moi. En regardant autour de vous, vous découvrez un univers pas si étranger que cela, parce que vous y vivez. Pour connaître davantage l’humanité des hommes et des femmes qui vous entourent, regardez-vous intérieurement : vos propres sentiments, vos états de tristesse ou de bonheur. Tout ce que vous vivez, chacun le vit également tôt ou tard.

Celui qui est plus compatissant l’a déjà vécu et s’approche du Cœur de Dieu qui est AMOUR et qui contient tout, parce qu’accueillant ou donnant tout. Vous reconnaîtrez des êtres envoyés par Ma Miséricorde en voyant leur attention, leur sincérité et leur disponibilité.

Ma Douceur transparaît dans les âmes déjà purifiées par la souffrance, mais aussi par le Feu de Mon Amour. Soumettez-Moi tout de vos états d’âme et Je vous donnerai Ma Paix et Ma Joie ; ainsi, libérés de vos fardeaux, vous marcherez à Ma Suite en allant vers vos frères, leur porter secours. Je Me confiais à chaque instant à Mon Père des Cieux qui M’apportait cela. Il libérait en Moi la flamme de Notre Esprit Saint qui venait parler en Moi, en Son Nom.

Pour que vous puissiez annoncer à votre tour Mon Évangile, laissez-vous comme moi aimer et garder par Notre Père Commun. Son Amour vous rassurera, vous fortifiera pour libérer Mon Esprit Saint qui demeure en vous et attend votre fiat.

Demandez à Ma Sainte Mère d’être attentifs et de garder tout cela en votre cœur pour l’offrir à Dieu qui, seul, peut vous élever à Sa Volonté.[1] Depuis quelque temps, Je remarque que vos oreilles cherchent à sélectionner la Vérité pour ne pas chuter. S’il en est ainsi, ce que vous Me recherchez. Alors, Je vous le dis, c’est en Moi que vous trouverez le Repos et la Consolation.

Ne vous acharnez pas à penser que Je suis loin et si distant de vos petits problèmes, car c’est là même que Je vous rencontre avec toute Ma Tendresse. Vous avez une sainte tout particulière que Je vous ai donnée. Dans les petites choses, elle a accompli des merveilles pour de nombreuses âmes et continue encore aujourd’hui comme elle l’avait souhaité : c’est ma petite Thérèse qui ne cessait de Me regarder en son cœur. Elle le laisse vibrer de Mon Amour pour M’apporter à ceux qui se découragent devant ce qui est parfait et comblé de grâces. Mais non, Mes enfants, tout est cheminement vers Moi qui vous attire, et nul ne peut dire que celui qui espère en Moi est ou sera abandonné.

Empruntez cette Petite Voie, car l’entrée est étroite, et il est plus facile à des petits qu’à des grands, trop encombrés d’ambition et d’orgueil, d’entrer dans Mon Royaume. Jésus Lui-même s’est fait petit et pauvre pour vous montrer la Voie, celle qu’a trouvée votre sœur Thérèse. Accueillez-Moi comme elle, en attendant tout de Mon Amour, sans peur et avec l’assurance de n’être jamais déçu par un Père, un Frère, un Ami si aimant.  

Voyez, ce que Je vous réserve est abordable, simplement et sans grande préparation de votre part, puisque Je suis là qui vous guide et vous enseigne. Ouvrez vos cœurs et vos oreilles, pour voir que Je dis la Vérité et que Je tiens Mes Promesses[2].

Soyez d’humbles confidents que Je bénis. Amen. »[3] 

[1] Cf. Jérémie 35, 1-10.

[2] Cf. Sagesse 10, 13-16.

[3] Pages 100 à 102 du tome 3 de Œuvre de Jésus Sauveur (op. cit.).

La petitesse

Le Seigneur nous ramène encore à la petitesse. Comme Marie a dit qu’il fallait entrer dans son Cœur et redevenir petits pour renaître avec Jésus, sainte Thérèse a découvert cela et elle a pu tout accomplir. Elle a trouvé Jésus, elle a trouvé l’amour et elle le répand. Elle a été aussi à l’image de la Vierge Marie (mais certainement pas autant que Marie) remplie d’amour et elle le donne encore de nos jours. Nous sommes nés de Dieu et nous avons toujours existé. Nous étions en Lui et nous retournerons à Lui, mais toujours pour exister. Notre séjour sur terre est un entraînement au séjour dans les Cieux. C’est pour cela qu’Il nous appelle à vivre comme les apôtres qu’Il a préparés sur la terre pour nous attacher à la vie spirituelle, tout en nous servant de notre vie humaine, parce qu’elle n’est pas inutile, et nous attacher à rechercher la Vérité, l’Amour qui est créateur, qui construit, qui est vie… Et la vie ne cesse pas. C’est pour cela que le Seigneur a dit, déjà pour la petite qu’il a ressuscitée : « Elle n’est pas morte, elle dort.[1] » La mort, c’est le passage qui est bref, mais la vie continue derrière. Et croyez que, si vous demandez au Père des Cieux, si vous Lui adressez des prières de demande de guérisons, n’ayez pas peur même de demander au Père de ressusciter quelqu’un, Il le ferait, et Il le fera, parce que Jésus est en nous. C’est Lui qui vit en nous, Il peut tout accomplir. Le Seigneur donne ce qu’il faut à chacun, tout ce qu’Il sait être le meilleur. Et c’est une preuve que nous avons toujours la vie en nous.

Être vaillant dans l’attaque

Dieu veut que nous soyons libérés de nos fardeaux, lorsqu’on va en pèlerinage – là, c’est un peu un pèlerinage sur quatre jours, puisque l’on va d’église en église, de basilique en basilique, sur les pas de Jeanne d’Arc –, comme les militaires qui, lorsqu’ils partent au combat, n’ont pas leur gros barda de trente kilos sur le dos. Pour être vaillant dans l’attaque, il faut vraiment être vidé de soi-même, comme Jeanne d’Arc qui leur demandait de se confesser avant chaque bataille, pour garder l’état de grâce et rester purs, pour recevoir toutes les grâces du Seigneur, les grâces de l’Esprit Saint, de courage, de vaillance et d’amour – car il ne leur fallait pas de haine envers leurs ennemis non plus.

Il faut faire le vide de nos soucis aussi, même des blessures. La Vierge Marie vient guérir nos blessures, comme elle a pris soin de Jésus au pied de la Croix et toute sa vie. Elle s’occupait de beaucoup de personnes, même si elle le faisait discrètement, elle prenait soin de tous ceux qui passaient auprès d’elle. Ce déchargement des fardeaux se fait au pied de la Croix de Jésus. Ainsi, on peut recevoir toutes les grâces de Son Cœur qui sort de Son Amour, pour rassurer tous ceux qui partent au combat, pour les fortifier, tout en libérant l’Esprit Saint que nous avons reçu au Baptême et lors de tous les Sacrements. Car chaque jour, à la Messe, nous recevons l’Esprit Saint.

Jésus nous demande de réciter un ‘Notre Père’, mais vraiment unis à Jésus. Pensez à Jésus qui est sur la Croix et qui dit son ‘Notre Père’. Il prie pour nous, Il prie avec nous. Mêlons nos paroles à Ses prières, en frères unis à Jésus pour implorer le Père de venir réaliser Sa Volonté sur terre et faire advenir Son Règne dans tous les cœurs, ainsi que la Royauté de Jésus sur la France, pour protéger l’Église et conduire le monde au Royaume. La mission qui a été donnée à la France, et qu’Il est en train de dévoiler, de redévoiler parce qu’elle a été oubliée, elle est aussi déterrée de tous les décombres, des erreurs qui traînent sur elle. Et, à la fin du ‘Notre Père, pensons à Saint Michel qui prend le relais, parce que c’est aussi demandé dans la prière du ‘Notre Père’.

Prions le ‘Notre Père’. Puis prenons un chant à saint Michel. Sachez que, pendant ce chant à saint Michel Archange, lors du refrain : Quis ut Deus ? [1], saint Michel est vraiment à l’œuvre avec toutes ses armées sur la terre. Alors mettons-y tout notre cœur. Amen. Béni sois-Tu, Seigneur. »

[1] Qui veut dire : ‘Qui est comme Dieu ?’

Oeuvre de Jésus Sauveur

Tome1
Tome 2
Tome 3

Dans ces messages que le Seigneur nous adresse par l’intermédiaire de cette âme privilégiée, nous sommes invités très fortement à croire à l’Amour indéfectible de Dieu pour chaque homme. Il nous est redit que chaque prière est entendue et exaucée dans la mesure où elle ne nuit pas au plan de Dieu sur nous. Jésus s’exprime ainsi : « Tout ce que vous me demandez est gardé au fond de mon coeur qui a compassion de vous ».
En d’autres endroits, le Seigneur nous dit encore : « Je veux votre OUI et votre FOI pour pouvoir vous sauver, car mon coeur ne peut obliger personne à Me suivre ».

Nous sommes invités aussi à nous abandonner totalement et en toute confiance à Jésus notre Sauveur, car cet abandon est le plus sûr chemin de notre réalisation en sainteté.

La revue mensuelle de RAImage (depuis 1978)

Chrétiens Magazine est un mensuel marial d’actualité en France 🇫🇷 sur abonnement (10 numéros par an directement dans votre boite aux lettres)