Une question ? Nous vous répondons :
9h30-12h & 14h-17h
0565780195

jeudi 7 juillet 2022

Saint Ralph Milner

Articles François Mokuenko

François Mokuenko

« Ecoute la Parole tranchante de Dieu » translittération de « Fukushima » en hébreu, langue sacrée de la Bible par François Mokuenko

à propos des évènements au Japon.

Comme vous le savez , le Code de la Fin des Temps, conçu par le VERBE JÉSUS-CHRIST, afin de délivrer une information crédible, objective et vérifiable par tous, n’a de cesse que de nous avertir du proche Retour du Seigneur dans la Gloire, et donc des évènements à caractère « Apocalyptique » qui précèdent ce Jour de Dieu sur notre Terre.

Sachant, je le rappelle, que dans sa simplicité, le Code fonctionne sur l’équivalence entre les lettres françaises et les nombres, lesquels sont déterminés par l’ordre alphabétique comme suit : A = 1, B = 2, C=3……Z = 26 l’application du codage à la tragédie japonaise, trouve un « écho numérique », d’une précision et d’une qualité dont je vous laisse juge.

Ainsi, les phrases suivantes ont-elles été découvertes comme suit avec leur calcul :

LE TSUNAMI DU 11 MARS DEUX MILLE ONZE = 366

Cette date était liée au premier vendredi du carême, donc ce fut :

LE TSUNAMI, LE PREMIER VENDREDI DU CARÊME = 366

Quant à la précision géographique, elle émerge ainsi :

LE TSUNAMI DE DEUX MILLE ONZE AU JAPON = 366

Peu après eut lieu une fuite de radio-activité que notre Langage
Codé prend en « compte » comme suit :

LA FUITE DE RADIO-ACTIVITE AU JAPON = 297

Où a-t-elle eu lieu ?

Réponse : à …….LA CENTRALE NUCLEAIRE DE FUKUSHIMA = 297!

Le Code indique clairement au niveau Temporel, que les grands évènements de la Fin des Temps se sont enclenchés en ce jour du 11 Mars deux mille onze.

Cette équivalence à venir est un avertissement volontairement inscrit dans notre langage, que l’on ne peut que constater honnêtement.

11 MARS DEUX MILLE ONZE = 227

Cette date est en lien avec l’Apocalypse de Saint-Jean :

L’APOCALYPSE DE SAINT-JEAN = 227

et les FAITS sont ainsi restitués sous vos yeux :

LA CATASTROPHE NUCLEAIRE = 227 !!

Maintenant,il convient de tirer la leçon de ces évènements.

DIEU, je veux dire L’ÊTRE QUI EST L’AMOUR, je veux dire

JESUS-CHRIST = 151

mort pour nos péchés sur le Golgotha, donc à une altitude de 738 mètres, nous avertit expressément avec Son Code :

JESUS-CHRIST = 151

nous exhorte …….. « FAITES PENITENCE » = 151

et voici la phrase reçue qui offre une explication à ce qui se passe au Japon :

LE TSUNAMI AU JAPON EST UNE INVITATION DE DIEU A SE REPENTIR : « FAITES PÉNITENCE »=738 !

Vous pouvez aussi lire la phrase de cette façon, car c’est Jésus qui nous interpelle par un Langage Objectif et Mathématique :

JESUS-CHRIST : « LE TSUNAMI AU JAPON EST UNE INVITATION DE DIEU A SE REPENTIR » = 738 !

Comment ne pas reconnaître la cohérence interne et l’insistance du Code, lorsqu’il nous dit que :

JESUS NOUS DEMANDE DE NOUS REPENTIR DE NOS PÉCHÉS = 366

et que le résultat chiffré qui émerge est celui des trois phrases qui au début de notre travail,relataient les faits en eux-mêmes !
Si, nous ne nous repentons pas, alors

LE NUAGE RADIOACTIF = 151

va se répandre.

C’est le Temps de ce que l’on appelle :

LA GRANDE TRIBULATION = 203

encore dénommée par les prophètes

LA GRANDE PURIFICATION = 203

En vérité,

JESUS = 74

veut sauver…. LES ÂMES = 74 avant Sa Venue.

Mais pour que Celui qui est La Toute-Pureté puisse poser les Pieds sur Sa Terre, qu’Il a conquise à si haut prix, il faut que nos âmes et nos corps, qui seront le Réceptacle de Sa Personne lors de Son Retour, soient entièrement purifiées.

Il est temps de prendre « la mesure » – et le Code est « mesuré »- des évènements, de se repentir et de revenir à l’Amour du Père qui a été par nous tous, bafoué, rejeté et crucifié.

Pourquoi croyez-vous que dans le code

JESUS=74=CRUCIFIE=74=….REFUSE=74

Enfin, indication qui ne peut être liée au hasard, si vous translittérez « Fukushima » en hébreu, langue sacrée de la Bible, vous aurez la phrase que voilà :

« Ecoute la Parole tranchante de Dieu »

La Très Sainte Trinité vue par le Code de Dieu - par François Mokuenko

Il convient en préambule à cette petite étude, d’insister sur le fait que ce travail n’est qu’une tentative d’évoquer le Mystère de La Très Sainte Trinité qui constitue pour l’être humain un défi pour sa raison.
Certes, des siècles de théologie ont abordé et précisé les choses avec des apports remarquables, mais la contradiction entre théologiens reste tenace.
Il faut dire que l’entendement humain touche à ses limites en la matière,et force est de reconnaître, même si les formulations de l’Eglise sont justes, que l’homme est dépassé par Son DIEU-UN et TRINE.

Aussi, en toute humilité, je me propose de montrer ce que le Code de Dieu peut apporter d’innovant vis à vis de ce sujet.
Il est en tous les cas, dores et déjà extraordinaire, que le Code confirme et constate que le Mystère de Dieu est effectivement celui d’un Mystère Trinitaire ! .

Qui est Dieu ?

1)

Qui donc, mieux que la Parole même de Dieu, à savoir les Évangiles, peut nous offrir la réponse ?
Or, dans ces Saints écrits, Dieu se définit personnellement à plusieurs reprises par cette formule :

« JE SUIS »

La Valeur numérique de « JE SUIS » est de 83

Cette Auto-définition de Dieu est axée sur le fait que Dieu est « l’Être », Celui qui peut dire « Je Suis », et le Code s’accorde à cette
Identification, puisqu’il nous montre qu’effectivement :

DIEU EST = 83

De plus, la Bible nous a révélé que Dieu est…..Père !

Laissons le Code s’engouffrer dans cette révélation, et observons-le prendre bien soin de s’ajuster numériquement. Dieu est donc précisément un ……

DIEU-PÈRE = 83

Donc, à la question « Qui est Dieu? »
Un début de réponse sera :

DIEU EST… = « JE SUIS »=…DIEU-PÈRE
83 83 83

Et de suite, il nous faut introduire ce Concept qui a fait l’originalité révolutionnaire de la Bible par rapport à tout ce qui fut antérieur, et qui a fondé le Monothéisme, à savoir que DIEU EST UN !

« Écoute, Israël, Ton Dieu est UN »

Le Code de Dieu ajoute sa « pierre numérique » à cette Vérité :

DIEU EST = 83……UN ÊTRE = 83.

2)

Cette première notion de Dieu comme étant « l’Être », le « JE SUIS CELUI QUI EST » selon la Formule donnée par Dieu à Moise dans l’Ancien Testament est précisée à la fois par la Bible et par le Code comme
UN ÊTRE QUI EST PÈRE.

Il convient de déployer ce Concept de Père révélé par la Sainte Ecriture.
Il nous suffira pour cela d’interroger simplement notre Langage qui est encodé par Dieu.

Considérez nos mots tels qu’ils existent, et vous allez vous apercevoir que nos mots officiels, que nos mots consacrés, que nos mots admis culturellement, que nos mots traducteurs de la Foi, vont venir déchirer le voile de la Réalité, car cet Être Unique qui est Dieu est universellement appelé :

PÈRE ÉTERNEL = 123 (1, 2, 3)

et cela est extrêmement intéressant !.

En effet le nombre 123 nous interpelle visuellement.
Il évoque une notion « Trinitaire ».
Or, le mot et le nombre disent tellement la même chose que :

TRINITAIRE = 123

Cela implique donc que ……

LE MOI DU PÈRE = 123

E S T

TRINITAIRE = 123

L’équivalence numérique est sans appel. Elle est en soi une démonstration. Nous pouvons dès lors passer à la phase suivante sur l’Identité de Dieu.

3)

Ainsi donc, notre Dieu qui est Père se révèle un Être Trinitaire.

Considérons maintenant

LE MOI TRINITAIRE = 177 de Dieu Le Père.

Et là nous allons toucher à la sublimité du Code de Dieu car figurez-vous que le Code connaît suffisamment Dieu pour nommer correctement Ce qu’il contient.
Regardez bien :

LE MOI TRINITAIRE = 177

E S T

PÈRE-FILS-ESPRIT = 177 3

4)

Dieu est Père, ce Père est Trinitaire, c’est à dire qu’il est exactement Père-Fils-Esprit

LE PÈRE A EN SON SEIN = 176 = LA SAINTE TRINITE

Comprendre Dieu, c’est observer

LA VIE INTÉRIEURE DU PÈRE = 242

et avoir à l’esprit que

DIEU EST VIE TRINITAIRE = 242

En effet, c’est au-dedans de Lui-Même, de Sa Réalité personnelle que le Père engendre Son Fils

Le Sein du Père est la Réalité dans laquelle le Fils est généré et vit. Le Fils vit dans la Réalité Personnelle du Père.

Et dans le Sein du Père, le Père et le Fils se contemplent.

Et cette contemplation suscite une Personne égale au Père et au Fils qui est l’Esprit.

Cet Esprit qui est la Personne-même qui est passivement le fruit de l’Amour du Père et du Fils d’une part, mais qui d’autre part est Lui-même activement La Personne de l’Amour qui les unit en propre.
Cet Esprit qui tout comme le Fils vit à l’intérieur du Père.

Dieu Le Père étant une PERSONNE, Le Moi Trinitaire du Père est par conséquent :

LA PERSONNE TRINITAIRE = 242

du fait que Le Fils et l’Esprit vivent à l’intérieur du Père, et constituent Sa Propriété Personnelle, force nous est de dire que La Personne Trinitaire contient Les Trois Personnes : Père-Fils-Esprit, ainsi codées

LA PERSONNE TRINITAIRE =242 égale
LES TROIS PERSONNES = 242

Toute la réflexion humaine a abouti a ceci que

DIEU UNIQUE = 126
est UN ET TRINE = 126

A ce stade, je pense qu’il est bien établi que :

LE DIVIN EST TRINITAIRE = 242

Lorsque vous connaîtrez la signification de l ‘émergence de ce 242 vous serez dans l’éblouissement,ou bien à tout le moins dans l’interrogation sur ce phénomène.

5)

Si nous observons le comportement de notre Langage Codé vis à vis de la révélation trinitaire admise dans tout le christianisme, nous allons montrer que le Moi de Dieu qui comprend Trois Moi, trouve une correspondance dans notre écriture, pour le moins exaltante !

Observons les valeurs numériques encodées.

MOI = 37 : c’est Celui du Père.

Mais à ce Moi s’ajoute le second qui est celui du Fils, dont vous savez tous qu’il se nomme Jésus. Constatez, si je fais :

MOI + MOI = 37 + 37 = 74….. = JÉSUS

Maintenant, comme il y a Trois Moi en Dieu, si je fais

MOI + MOI + MOI = 111

Ce 111 est, vous l’avouerez, le nombre visuellement idéal pour représenter la trinité qui est la « Tri-Unité ».

Mais ce n’est pas tout.
Il est très intéressant de se rendre compte que lorsque le Père a par locution intérieure, défini à des âmes mystiques, que Son Fils est par rapport à Lui : « l’Autre Moi », il est remarquable dis-je, que si je reprends ce même vocabulaire,le Père étant le « MOI » et
le Fils « l’Autre Moi », j’obtiens numériquement ceci:

MOI + L’AUTRE MOI = 151=……JÉSUS-CHRIST

Confrontez ce résultat chiffré avec les phrases mêmes du Christ : « Qui Me voit, voit le Père ».

Effectivement « Qui voit le 151 de Jésus-Christ, voit en fait le Moi du Fils ET le Moi du Père.

« Le Père est en Moi et Je suis dans le Père »

Là aussi, le 151 du Fils Jésus-Christ contient à la fois le Père et le Fils.
Voilà pour « L’AUTRE MOI » = 114
qui est bel et bien selon la puissante cohérence interne du Code

LE SECOND MOI = 114 de la Trinité.

Si nous passons au Troisième Moi, Celui du Saint-Esprit, comment allez-vous m’expliquer ce résultat parfait :

LE TROISIÈME MOI = LE SAINT-ESPRIT
167 167

Et de même comment allez-vous justifier – si ce n’est par l’exercice d’une volonté à l’oeuvre qui a plié le Langage à des fins de confirmation mathématique – que l’autre Nom de l’Esprit de Dieu, à savoir L’ESPRIT-SAINT permet de dégager cette remarquable équivalence :

L’ESPRIT-SAINT = LE MOI DE L’ESPRIT !
162 162

Nous allons pouvoir à présent considérer la Sainte Trinité quant à Son Essence; et les Merveilles du Code de Dieu seront encore et toujours au rendez-vous !

6)

Il est évident que l’on ne peut parler de Dieu sans utiliser le mot qui Le définit : le mot AMOUR.

Qu’elle est l’Activité du Père ?
Elle est toute entière en un seul mot : AIMER

Et qui dit AIMER = 46 dit ………FILS = 46 !

Voyez que le Père, tout simplement par ce qu’IL EST, auto-génère naturellement la Deuxième Personne de la Trinité, que le Code n’oublie pas au passage de nommer comme il convient .

Le Credo ne nous affirme-t-il pas que le Père « engendre » le Fils ? Et comment Dieu aime-t-il ? En vérité, Il aime pleinement. Il aime par conséquent :

AVEC ….AMOUR = 99 égale
L’ESPRIT = 99

Voyez que la Troisième Personne de la Trinité ne peut pas ne pas être ! Elle surgit dans le Code, tout comme en Dieu!

Mais, que révèle le mot

A M O U R

Ce mot qui nous dit « Qui » est Dieu a pour valeur 68

En Dieu « Être » et « Amour » sont une seule et même Réalité.
Il est par conséquent intéressant de constater que dans l’Auto-définition divine de « Je Suis », si « Je » montre le Sujet, le mot qui désigne « l’Être » est « SUIS ».

Être et Amour sont UN en Dieu et donc égaux, figurez-vous que

« SUIS »= 68 =AMOUR

Si vous dites à propos de Dieu :

JE SUIS AMOUR = 151

vous êtes en accord avec la célèbre définition

DIEU EST AMOUR = 151

TROIS MOTS car nous l’avons vu, l’Être de Dieu est Trinitaire, et le Code s’empresse d’être numériquement obéissant.

L’ÊTRE DE DIEU = 108 égale
LA TRINITE = 108

Trois mots qui sont l’Archétype de toute phrase :

▪ DIEU – EST – AMOUR

▪ SUJET – VERBE – COMPLÉMENT

▪ PÈRE – FILS – SAINT-ESPRIT

Chaque Personne est Amour. Démonstration:

PÈRE – FILS – ESPRIT-SAINT = 240

L’AMOUR + L’AMOUR +L’AMOUR = 240

Chaque Personne est une Face de l’Amour,donc

LES TROIS FACES DE L’AMOUR = 240

Le Langage nous octroyant la possibilité d’ôter l’article, observez la cohérence interne systématique :

AMOUR + AMOUR + AMOUR =204
qui sont
LES TROIS AMOURS =204
ainsi,intrinsèquement,
L’AMOUR EST TRIPLE =204

Il est même possible de décrire simplement l’activité interne au sein de la Trinité. Le Père est la Source de l’Amour, il se voit et se reflète en Son Fils et contemplant en Son Fils Son Propre Amour : …..il l’aime…….donc …..en aimant.

L’ Amour est le Père qui s’aime en voyant le Fils, en aimant et cela c’est l’Esprit-Saint. D’où cette phrase qui explicite « les Trois Amours », e Nombre est identique car nous explorons Une Seule et Même Réalité .

L’AMOUR S’AIME EN AIMANT = 204

Toute la Foi repose sur le fait que JÉSUS-CHRIST EST DIEU. Le calcul de Jésus-Christ donne 151, qui est égal à

DIEU EST AMOUR = 151

Si Le Christ est Dieu, alors voir

JÉSUS-CHRIST=151 c’est voir 8

LA FACE DU SEIGNEUR = 151

Et d’après ce que nous avons étudié, Le voir c’est également et obligatoirement voir LE PÈRE et L’ESPRIT-SAINT.
Effectivement le Code a prévu cette Vérité puisque :

JÉSUS-CHRIST = 151

LA FACE DU SEIGNEUR = 151 laquelle est

LA FACE TRINITAIRE = 151

en laquelle on peut contempler:

LES TROIS FACES = 151

En fait si les Trois Personnes sont bien sûr chacune Amour, La Personne même de l’Amour est Le Saint-Esprit, celle qui est l’Amour même du Père et du Fils.
Le Père aime le Fils, le Fils aime le Père et cet Amour, cette Etreinte des deux EST La Personne du Saint-Esprit. Le Saint-Esprit, c’est l’Amour Père-Fils, c’est La Face de l’Amour.

Oui, ne soyez pas surpris si tout cela a été encodé ainsi :

L’AMOUR DOIT ÊTRE TRINE =242
Tel est le cas L’ÊTRE D’AMOUR EST TRINE =242

Je vous rappelle que le Nombre 242 cache la divine folie numérique du Code de Dieu, vous allez bientôt le voir et le savoir !

Et si l’Esprit est le Moi de l’Amour,la preuve chiffrée est :

LE MOI DE L’AMOUR : L’ESPRIT = 242

Nous avons donc les Trois Faces de l’Amour :

LA FACE PÈRE-LA FACE FILS-LA FACE AMOUR = 242

Cet Amour Sublime et trinitaire est un pur échange amoureux. Je vous prie de bien vouloir réfléchir à cette sentence et à ses conséquences :

AIMER ? : UN ÉCHANGE AMOUREUX = 242

Et en Dieu, c’est une certitude : 9

EN DIEU L’AMOUR AIME ÊTRE AIME = 242

Lorsque le Père aime Son Fils, Son Amour est Actif,c’est un Amour qui se donne. Et lorsqu’Il est aimé de Son Fils,Son Amour est Passif,réceptif, accueillant.

Il en est rigoureusement de même pour l’Amour du Fils.

Donc, l’Amour du Père et du Fils est Actif-Passif.

Quant à l’Esprit-Saint, IL EST cet Amour qui aime.

Aussi, admirez cette phrase où se devinent les Trois personnes et dont le résultat est « magique ».

L’AMOUR ACTIF ET PASSIF AIME = 242

C’est une Pure description de ce qui se passe à l’intérieur de la Très Sainte Trinité : L’Amour Actif et Passif réfère au Père et au Fils qui aime : c’est le Saint-Esprit.

7)

Le Mystère de la Trinité, c’est qu’en Dieu UN égale TROIS. UN EST TROIS.

Qu’en dit le Code de Dieu ?

Qu’enregistre votre regard,là tout de suite,il voit sans coup férir que c’est vrai !…………

LE UN EST TROIS = 177

PÈRE-FILS-ESPRIT = 177

Comprenez que Dieu Le Père est UN qui contient le Fils et l’Esprit-Saint, donc il est aussi TROIS.

Ce que montre parfaitement le Code de Dieu :

L’UNITE = 81 = TROIS

et……..

L’UN DE DIEU = 95 = ………..TRINITE

Aussi, point de surprise à constater que :

LE UN DE DIEU EST LE TROIS = 242
ou que
DIEU LE PÈRE EST LE TROIS = 242

Et ce Dieu Inouï, ce Dieu Indéfinissable, si ce n’est par ces jolis
mots :

LE MOT PÈRE, LE MOT AMOUR = 242

ce Dieu dont le Nom pourrait être

« MOURIR D’AMOUR »
ce Dieu Un et Trine est le Tout.

Qu’est-ce que LE TOUT DE DIEU = 141 ?

Ce qui est ……. UN ET TROIS = 141

et cela c’est en fait L’AMOUR INFINI = 141

Oui,

DIEU-TRINE EST LE TOUT = 242

Alors, pourquoi, ce 242 émerge-t-il avec une telle opiniâtre lorsqu’il s’agit d’évoquer avec notre langage notre Dieu ?

C’est bien parce que Dieu est mort d’Amour pour tous nous sauver, pour tous nous donner Sa Vie qui est éternelle, pour tous nous offrir Sa Divinité, afin que nous devenions nous aussi LUI-MÊME !

Ce DIEU qui est AMOUR INFINI s’est révélé à coup de sang, dans Toute l’Explosion de son Amour pour nous, sur le mont GOLGOTHA où

JÉSUS = 74 nous affirme le
LANGAGE CODÉ = 74 fut
CRUCIFIÉ = 74

à une altitude de Sept Cent Trente Huit mètres, or si vous calculez cette hauteur telle que l’écriture la transmet, vous allez obtenir :

SEPT CENT TRENTE HUIT 19+5+16+20+3+5+14+20+20+18+5+14+20+5+8+21+9+20
= 242

En conséquence de quoi, toutes les phrases que vous avez lues et qui sont égales à 242 sont aussi égales à Sept cent trente huit, c’est à dire qu’elles se réfèrent numériquement à l’altitude à laquelle le Christ fut Crucifié pour nous !
En d’autres termes, dès que vous faites usage des mots requis pour « parler » de DIEU, les mots font émerger la hauteur exacte qui vous permet d’être aux pieds du CRUCIFIE, car eux, ils rendent hommage à leur Créateur, en établissant leur demeure face à la Croix ! .

François Mokuenko

De l'adorable maternité de Marie - par François Mokuenko

C’est à peine si j’ose respirer.

Me voilà dans une humble maison de Nazareth et mon regard se pose sur une jeune femme à genoux, mains croisées sur le coeur.

A mon tour, je m’agenouille, tout en craignant de troubler la prière toute de silence de cette femme.
Je devine que même une colombe se garderait de tout bruissement d’aile, tant une pureté limpide émane de la jeune femme, dont le nom est doux comme un printemps : Marie .

C’est une petite chambre où une lumière se serait posée.
En réalité, c’est Marie elle-même qui m’apparaît comme une lumière diaphane.
Je la regarde et je l’admire, et dans ma pupille se reflète comme une transparence cristalline.

Ah! si je pouvais écouter Son âme !
Une grâce m’y fait communier, et j’entends alors des gémissements ineffables, un Appel implorant…..voilà que cette jeune femme mendie la descente du Verbe sur la terre !

Or, du haut du Ciel, délicatement inclinée, l’Oreille du Verbe reçoit ces sons suppliants de la petite Marie.
Cette prière si douce est pourtant une incandescence d’amour, un feu qui s’élève jusqu’au Coeur du Verbe, allumant en lui une étincelle de joie et une irrésistible envie de l’exaucer, car enfin….. Le voilà désiré !

Oui, de ce Coeur pur et sincère, Il en ferait Son Tabernacle, Sa Demeure !
Un Archange ne sera pas de trop pour lui dépêcher Sa réponse:
Oui, le Verbe de Lumière t’as exaucée, Marie, et Il te l’annonce en ce jour béni de l’Annonciation.

La petite Marie exulte de Joie et dans la Foi, donne Son Fiat à la Venue du Verbe en son Coeur. Elle offre à l’ AMOUR INFINI sa petite PARCELLE D’AMOUR qui l’invite à venir en elle.
Regardez : c’est avec la fougue d’un jeune cabri que l’Amour Immense quitte tout : la Demeure de Son Père, Son ineffable Félicité Céleste, Son Infinitude, Sa divine Liberté, pour se précipiter dans la petitesse et se constituer prisonnier d’amour dans un tout-petit endroit : le Sein de Marie.

Mystère ! Prodige !

Le Verbe, l’Infiniment Grand, entre dans l’Infiniment Petit.

JESUS et MARIE : comme deux Infinis qui se rencontrent, s’embrassent, se tissent l’un de l’autre.
Le Tout s’enlace au Rien.
L’ Univers porté dans un Atome,
L’ Océan dans une goutte d’eau !.

La Toute-Puissance épouse la fragilité d’un Agneau.

Inconcevable :
voilà le Verbe dans une toute-petite humanité, et celle-ci est blottie dans le Sein de Marie qui est devenu le berceau de l’Infini fait Homme!.

Ô ….MATERNITE DIVINE DE MARIE !

Te voilà LA MERE DE JESUS.

Mais, dis-moi, Sainte Mère, pendant que tu portes le Fils de Dieu, quelle est l’activité de ton Fils alors qu’il repose en ton Sein ?

Comme l’on a raison d’appeler le Verbe : « le Soleil de Justice » car Sa Lumière déborde de toute part la petite humanité en laquelle il s’est incarné.
Et les Rayons de ce Soleil qui siège à présent dans le Coeur de Marie se dirigent avec ardeur vers tous les coeurs de la terre !….cherchant à y pénétrer avec cette supplique :

« ouvrez-moi la porte de votre coeur, et faites-moi une place, tout comme Ma Mère l’a fait .
Du Ciel Je suis descendu pour former Ma Vie en chacun de vous.
Avez-vous compris que c’est en chacun de vous que Je languis d’établir Ma Vie et Ma Demeure ? ».

Et il m’est ineffablement dévoilé que depuis le Sein de Marie, cette Lumière du Verbe frappe et frappe à la porte de tous les coeurs!

« Regarde et compatis »me dit Marie, « contemple l’Amour de Jésus qui telle une mer se jette par vagues successives sur la pierre des coeurs afin de les éroder et de tenter de s’y infiltrer à force d’amour et de souffrance ».
Jésus veut nous faire siens, et déjà sa petite humanité gémit et sanglote, car nombre de coeurs restent imperméables à Ses assauts amoureux.
Et j’observe Ses larmes mêlées à Sa Lumière, la rendant encore plus translucide, si toutefois cela se peut concevoir!

Tout cela, Marie le vit dans son Coeur, et elle sait que sa maternité sera faite d’amour et de souffrance.

Alors, Marie, le jour où l’Enfant-Dieu naquit dans un flot d’humble lumière, sur la paille réchauffée par le souffle du boeuf et de l’âne, entouré de créatures
transfigurées par un Esprit d’Enfance, tu savais intimement que ce jour de la Nativité recelait un autre jour de maternité, qui non seulement te concernait, mais qui concernait aussi tous ces coeurs que Jésus convoitait déjà dans ton Sein : les nôtres !.

Et pour mieux me faire comprendre, Maman de Jésus, tu me transportes mystiquement au creux de cet autre jour.

Il est bientôt trois heures de l’après-midi.
Mais, quelle extraordinaire éclipse du soleil !
Le ciel bas et compact ne cesse de s’assombrir, à tel point qu’une lumière crépusculaire et quelque peu effrayante baigne toutes choses et en transforme étrangement les contours.
Je suis sur une colline de Jérusalem du nom de Golgotha, et c’est là que je te retrouve Marie.
Tu es debout, mais je ne vois plus en toi qu’une immense douleur, car devant toi c’est Ton Jésus qui agonise atrocement….. sur une Croix !.
Il est fixé par trois gros clous. Les mains et les pieds sont troués.
Son Corps est tout empourpré de sang.
Combien Ton Fils est méconnaissable !.
Ta silhouette, douce Marie, semble accablée et résignée.
C’est à peine si parviennent à tes saintes oreilles, les cris haineux de la foule qui conspue Ton Enfant.
Tu n’oses lever les yeux devant la Face outragée, tuméfiée et aux lèvres tordues de douleur de Ton Enfant, Lui, dont le Visage fut si divinement beau, si majestueusement serein !
Des ruisseaux de sang parcourent cette Face et en voilent le regard qui te devine à peine, pendant que toi, tu pleures des larmes d’amour qui voudraient laver ce qui reste d’humain sur le visage de Jésus.
La terre sacrée où la Croix est fichée reçoit comme un calice le Sang précieux de ton Fils, tandis que tes larmes forment à tes pieds, une flaque d’amour qui imprègne également de grâces cette terre du Golgotha.

Tu vacilles, La Mère, mais drapée de dignité et de courage, tu enveloppes tous les chagrins du monde dans un Sublime Silence.

Présent à côté de Jean, Lui aussi au pied de la Croix, je vous contemple, muet de stupéfaction devant l’immensité de votre Amour Souffrant.
Jésus et Marie sont plongés dans une Unique Douleur.
J’ai l’impression que je suis comme englouti par une vague d’amour sans fond
qui émane de ces deux Êtres.

L’horreur du péché qui s’acharne bruyamment autour du Crucifié et de la Mère, semble submergée par une incroyable douceur, un éclatement de tendresse.
Tout cela est si humble, si subtil !.
Je me sens comme un petit être frémissant devant L’ Infini et La Pleine de Grâces, le Coeur l’Un dans l’Autre .

Mon regard perçoit alors gracieusement la profondeur de leur Offrande d’Amour au Père des cieux.

Le Fils s’offre Lui-même au Père, mais la Mère accepte cet holocauste ahurissant, et elle aussi offre Son Fils au Père.

Voilà que mon esprit découvre cette Messe de toutes les messes :

Jésus m’apparaît comme la Sainte Hostie sanglante et sacrifiée, abandonnée dans les bras de la Croix et élevée mystiquement vers le Père par les mains très pures de Marie.

Et non seulement cela m’est dévoilé, mais par delà le visible, je devine que si le corps de Marie est au pied de de la Croix, son âme est réellement étendue sur le bois avec Son Fils.

Marie est la première épousée du Christ, la première à avoir reposé sur la couche pourpre et nuptiale de la Croix.
Et devenue Une avec son Fils, voici qu’à présent les plaies sanglantes de Jésus s’impriment mystiquement en son corps de Vierge.

Ô !, l’éclipse de soleil enténèbre de plus en plus la terre.
La lumière du ciel décroît, tandis que la souffrance de ces deux-là croît.

Marie est intérieurement une plaie vivante. Son sang semble l’abandonner pour aller s’unir à la pourpre sacrée qui coule le long du Corps adorable de Jésus et tout le long de la Croix qui palpite sous ce précieux sang qui arrose et purifie la Terre et toute notre humanité.

L’Heure est arrivée.
L’éclipse progresse.
Tout comme la lune est en train d’épouser le Soleil, Marie ne fait plus qu’Un avec Son Fils, et Lui qui est «la Lumière du monde »va s’éclipser de la vie terrestre pour disparaître dans la mort.
Cette Heure, pour laquelle le Verbe est venu sur la Terre.
Cette Heure où la Passion va atteindre son paroxysme et là, en ce sommet absolu de l’Amour et de la Souffrance, le fruit de la croix va naître.

ILS SONT TROIS, LES ACTEURS DU GRAND-OEUVRE DE
LA CROIX : JESUS, MARIE, ET JEAN.

Au moment même où Jésus est dans Son holocauste entièrement remis au Père, au bord de la Mort, et où Marie au comble de la douleur somatise cette mort de Son Fils car son corps est glacé comme la mort, cette souffrance partagée du Fils et de la Mère et qui est à la limite des limites de l’endurable,
cette Souffrance Unique et insondable va produire Son Fruit.

Mais quelle est donc la fécondité de cette souffrance de la Croix ?

La Parole foudroyante de Jésus me la révèle .
D’une voix faible, Ses lèvres merveilleuses s’entrouvrent .Tout en regardant Marie, et lui montrant Jean, Jésus lui dit: « Femme, voilà ton Fils », et se tournant ensuite vers Jean: « voilà ta Mère ».

La réalité, c’est que Jean au pied de la Croix, représente toute l’humanité.
Quel bouleversement pour toi, Marie !.

Tandis que Ton Jésus est sur le point de s’effacer de ta vue, absorbé par la mort, voilà que t’apparaît une multitude de fils, dont tu deviens Mère !
Même les bourreaux de ton Fils deviennent tes fils !.

La fécondité de l’incroyable souffrance de la Croix, son Fruit, c’est
TA MATERNITE SUR JEAN ET PAR LA MÊME SUR TOUS LES HOMMES.

Jean devient le Fils de Marie, mais tous les Hommes de tous les temps également !.
Et c’est une toute nouvelle Maternité pour toi, une extension formidable de ta Maternité .
La Parole du Verbe incarné multiplie tes enfants et Jésus fait se lever une multitude de futurs frères.

Si Jésus fut cette VERTICALE qui s’est incarnée dans ton Sein, cette Parole fonde ta nouvelle Maternité en déclenchant la naissance d’une HORIZONTALE, car tu deviens Mère des Hommes de tout temps et de tout espace. Cette horizontale est le symbole de l’extension de ta Maternité, et cela ne manque pas de former une croix.

Il nous faut entrer dans cette Merveille de ta Maternité nouvelle.

J’observe Jean. Il est bouleversé, ému jusqu’aux entrailles par l’annonce de Jésus.
Tout comme son Maître, le voilà Fils de Marie!.

Voilà le fruit de la croix.
La souffrance féconde de la Croix vécue par Jésus et Marie a enfanté une réalité nouvelle.

INCROYABLE TRANSFORMATION :

Tout homme devient le Fils de Marie et le frère de Jésus!.

Ô quel Mystère !.
Mais qu’est-ce que cela veut dire en profondeur ?

Marie va nous le dire, mais cela est tellement grand !

Seule la Foi d’un enfant qui s’émerveille peut nous conduire jusqu’en ces secrets .
Point de raisonnement terrestre, car la dernière Oeuvre de Dieu est celle du « Maître de l’impossible ».

Et voici ce que la bienheureuse Vierge nous dévoile :

« Alors que la Vie de Jésus s’échappait sur la Croix, sachez que Mon Fils Crucifié a voulu retenir dans un coin de Son Coeur, Son dernier Souffle qu’il me destinait.
Ce fut le dernier Acte du Christ sur cette terre : il était pour toi, et pour chacun d’entre vous.

Lorsque Jésus fut descendu de la Croix, on le remis entre mes bras, Sa tête reposant sur mon Coeur maternel.

A ce même moment, mon Coeur broyé de souffrance, s’arrêta de battre du fait de la Passion invisible de Mon Fils que tout mon Être avait accepté de vivre.
Voici alors ce que Je reçus de sa bouche sacrée :

SON DERNIER SOUPIR

Je le recueillis en ma bouche. Il redonna Vie à mon coeur arrêté et SCELLA AVEC TOUS MES ENFANTS QUE DIEU VENAIT DE ME DONNER SUR LA CROIX, OUI, SCELLA EN CHACUN DE VOUS, MA MATERNITE SPIRITUELLE.

Ce dernier Soupir, était le Souffle de Son Saint-Esprit, ce qui me donna EN chacun de vous une Maternité issue du Saint-Esprit : une Maternité Spirituelle.

Mais, cette adorable maternité intérieure vous est proposée et non imposée.

Or toi, Jean, tu l’acceptas de tout ton coeur, ainsi qu’en témoigne la Sainte Ecriture (jean19.27) :
« Et à partir de cette heure-là, le disciple la prit chez lui ».

Les paroles en grec de l’évangile signifient exactement que tu me pris, moi Marie, dans ton propre être, dans ta propre réalité, donc dans ton coeur, dans ta vie.

Tu étais à côté de moi, Jean, et lorsque Jésus m’a fait devenir ta Mère et t’as fait devenir mon Fils et que tu acceptas de me prendre en toi…………

alors, CETTE FEMME QUI EXISTAIT HORS DE TOI EST AUSSITÔT DEVENUE EGALEMENT LA FEMME INTERIEURE, LA FEMME DU DEDANS.

CETTE FEMME SE SCELLE AU PLUS PROFOND DE TON ÂME…

MAIS PRENANT CETTE FEMME EN TON ÂME, JEAN, TU LA PRENDS AVEC SA MATERNITE SPIRITUELLE, TU LA PRENDS DONC AVEC CELUI QU’ELLE PORTE, ET CELUI QU’ELLE PORTE C’EST…..

Souviens-toi, Jésus a dit : « Si le grain ne tombe en terre, il reste seul, mais si le grain meurt, il porte beaucoup de fruit »(Jean 12.24).

Ecoute :
lorsque Mon Fils rendit Son dernier Souffle, il mourut bien sûr.
Mon Fils Jésus EST LE GRAIN.
Comme Il l’a dit, il a bien fallu qu’il tombe en terre pour donner du fruit.

Et de même que la graine d’une plante est portée par le vent et va tomber en terre pour reproduire une nouvelle plante, le Vent de l’Esprit-Saint :
le dernier Souffle de Jésus a porté et semé en Mon Coeur Maternel -qui est la bonne terre- LA GRAINE du VERBE.

Aussi, lorsque tu prends Marie en toi, cette Femme scellée au plus profond de ton âme, porte avec elle et en elle …..la graine, le Verbe Lui-même, mais non encore accompli, à l’état potentiel.

Et là où le grain est enfoui, il germera.
C’est dans ton âme, Jean, ainsi que dans la tienne, toi qui me lis, que Marie porte le Verbe à venir.
Dès lors que vous m’avez acceptée dans votre intérieur, Jean, ou toi qui me lis : LUI, LE VERBE, S’EST GREFFE EN TOI.

Ensuite, c’est un travail de croissance qui va commencer à s’opérer.
Le Grain, le Verbe en puissance, semé en toi, va commencer à germer, à se former, c’est une gestation.
La Maternité de Marie opère en toi,

ET MARIE DU FOND DE TON ÂME VA ALORS FORMER ……
………SON FILS JESUS-CHRIST EN TOI !!!

OUI, MARIE VA FORMER DE L’INTERIEUR DE TON ÊTRE JUSQU’A L’EXTERIEUR …..LE VERBE EN TOI. »

LA VIERGE VA VEILLER A SA FORMATION EN TOI, JUSQU’AU TEMPS DE LA DELIVRANCE,
JUSQU’AU TEMPS DE L’ENFANTEMENT,
JUSQU’A CE QUE TOUT TON ÊTRE SOIT LE VERBE !.

Et Cela, ce sera la Grande Révélation : APOCALYPSE !

Jean, tu es le premier de l’humanité a avoir accepté Marie pour Mère, donc à avoir par la même porté en toi, la graine du Verbe.
Tu es le premier en lequel Jésus s’est greffé .
Jean, tu te trouves à l’alpha de cette merveille.
Et c’est toi qui nous a ouvert l’esprit et révélé dans l’Apocalypse,quel sera l’accomplissement de cette gestation, son oméga.

L’ Apocalypse qui évoque l’enfantement dans les douleurs de la Vierge qui enfante EN NOUS LE VERBE.

C’est une poussée continuelle de l’intérieur jusqu’à l’enfantement.

C’est un décret Divin de toute éternité :
La Maternité divine de Marie c’est d’enfanter le Verbe de Dieu dans la chair.

C’est par Toi, Marie, que le Verbe se fait Chair, et il se fait Chair avec ta propre chair.

Mais, Marie, si tu as enfanté Jésus -le premier-né-, tu as pour mission d’enfanter le VERBE DE DIEU dans TOUTE CHAIR, et ce, toujours avec ta propre Chair Immaculée.

C’est pour cela que, Douce Marie, tu es déposée au creux de l’âme, pour tisser avec ta Chair personnelle le Verbe en nous.

Par Toi, Marie, va naître LE CORPS TOTAL DU CHRIST
SON CORPS MYSTIQUE

Par Toi, va donc naître L’EGLISE dont Tu es LA MERE

Par Toi, Marie, Toute Chair va devenir VERBE.

Au pied de la Croix du Golgotha, tout Homme est devenu LE FILS DE MARIE,

tout Homme est devenu LE FRERE DE JESUS,

tout Homme est devenu LE VERBE,

tout Homme est devenu CELUI-LA MÊME QUI EST SUR LA CROIX.

Nous tous, nous sommes des descendants : des JESUS

Bientôt, Le Seigneur va naître en nous par Marie.

Nous allons devenir LUI.

Il va voir avec nos yeux
Il va oeuvrer avec nos mains
Il va battre avec notre coeur
Il va marcher avec nos pieds
Notre Corps va devenir Verbe
Sa Vie sera notre propre Vie
Tout ne sera plus que LUI,
Lui en Nous et Nous en LUI.

Mais auparavant, doit disparaître Tout ce qui n’est pas Lui.
Tout ce qui ne repose pas sur le Verbe va s’effondrer.

Apocalypse au sens de cataclysme : Ecroulement du monde extérieur d’où LUI a été chassé.
Apocalypse au sens de Révélation : Accomplissement du monde intérieur qui va accoucher de LUI !

Juste encore un atome de temps et cela sera Vérité.
Cela sera accompli, selon la dernière Parole du Verbe en Croix

« T O U T E S T A C C O M P L I »

LE VERBE S’EST FAIT CHAIR PAR MARIE

POUR QUE LA CHAIR SOIT FAITE VERBE

PAR M A R I E

Le code du Français, clé de « L’Immaculée Conception»

Par François Mokuenko

http://www.lecodedelafindestemps.org/
 
Cet écrit est un double dévoilement. Vous aurez tout d’abord conscience de l’existence du CODE DE DIEU qui se présente à nous comme étant LE CODE DU FRANÇAIS.
Et parallèlement, ce Code va nous octroyer la grâce de lever quelques voiles passionnants et inédits sur le Mystère de l’Immaculée Conception de la Vierge Marie.
 
Le voici dans sa simplicité :
 
dès lors que vous mariez les lettres et les nombres ainsi :
 
A = 1 , B = 2………Z = 26,
 
LE CODE VA JAILLIR, telle une source limpide, pour célébrer sous vos yeux étonnés les noces du langage et de la foi !
 
JESUS= 74 = CRUCIFIE = 74 = LA MESSE = 74 = LE DIMANCHE = 74 = LANGAGE CODE = 74
 
JESUS-CHRIST = 151 = LE FILS DE LA VIERGE = 151 = L’AGONIE EN CROIX =
 
151 = DIEU EST AMOUR = 151 = ……LE CODE PUR DE LA FOI = 151
 
 
Transportez le Code dans le TEMPS : au 11 FEVRIER = 94 de l’an 1858.
 
Posez-le dans l’ ESPACE à ……………: LOURDES = 94
 
Mettez en scène la PERSONNE de….: BERNADETTE = 94
 
Faites apparaître MARIE et Son Nom: L’IMMACULEE = 94
 
laquelle indique pour se purifier……..: LA SOURCE = 94
 
 
et vous êtes confrontés à l’ineffable exactitude du Code de Dieu quant aux célèbres apparitions de La Vierge à Lourdes qui ont débuté le 11 février 1858.
 
Dites-moi, par quel miracle ces mots ont-ils tout juste la valeur qu’il faut pour que « ça marche », que les égalités existent, afin de rendre compte d’une Réalité dans le Temps et l’Espace, entre deux Personnes avec un double évènement: « l’Immaculée » qui révèle Son identité et aussi l’existence d’une Source purificatrice.
 
Qui a opéré le réglage littéraire et mathématique pour que cela fonctionne ?
 
Comment expliquer que notre langage codé s’ajuste à la perfection avec ces faits ?
 
Ne fallait-il pas connaître à l’avance l’ensemble de cette Réalité vécue à Lourdes afin que le langage s’y relia avec tant de précision ?
 
Si les mots pour désigner cette Réalité avaient été différents, avec une orthographe différente, il n’y aurait pas eu cette parfaite connexion entre le Réel et le Langage.
 
Tout cela induit que l’Auteur du Code a connu à l’avance le Réel et l’a fait épouser par l’orthographe de nos mots afin de confirmer ce Réel et d’en témoigner d’une façon qui dépasse les capacités humaines.
 
Vous trouverez une analyse et un approfondissement de cette réflexion sur le site LECODEDELAFINDESTEMPS.ORG que je vous invite vivement à consulter pour que vous soyez dans le ravissement de ce que votre propre langage est sacré et de source divine.
 
 
Si nous avons mis en scène le Code en relation avec les évènements de Lourdes, c’est parce que la Vierge s’y est révélée le 25 mars 1858 avec cette phrase inouïe -au sens propre du terme puisque personne ne l’avait jamais entendue – ni même imaginée :
 
« JE SUIS L’IMMACULEE CONCEPTION »
Mots ineffables. Prononcés à la petite Bernadette. Figurez-vous que le Code était présent à sa façon. Il va nous restituer une photographie nette et complète de cet événement au cours duquel Bernadette à la Grotte reçoit le Nom de la Vierge Marie. BERNADETTE A LA GROTTE = LE NOM DE LA VIERGE MARIE 193 193 Dès que la Vision fut disparue, Bernadette sur le chemin de l’actuelle bibliothèque se répéta ces mots qu’elle se devait de rapporter à l’abbé et qu’elle ne comprend pas : « Que soy era Immaculada Councepciou », l’abbé fut autant désarçonné qu’elle devant ces mots-là ! : « JE SUIS L’IMMACULEE CONCEPTION ». Certes, il connait le dogme de l’Immaculée Conception promulgué 4 ans plus tôt par le Pape Pie IX dans la Bulle Ineffabilis Deus (bulle bien nommée, car nous touchons effectivement à de l’ineffable) selon lequel : « La Très Sainte Vierge Marie fut préservée de toute souillure du pêché originel dès le premier instant de sa Conception ». Rappelons que le mot « Conception » appliqué au commun des mortels que nous sommes, signifie : « Acte par lequel un nouvel être vivant est créé, cet acte étant la fécondation d’un ovule par un spermatozoïde ». Le dogme de 1854 est issu de siècles de batailles théologiques, de travaux de Pères de l’Eglise et de grands Saints . Mettez-vous à la place de l’abbé qui reçut Bernadette. « L’Immaculée Conception » était un dogme posant le principe que Marie était née de ces mots-là, c’est à dire qu’Elle avait été conçue d’une façon pure, immaculée, sans souillure. Mais là, songez-y, par les mots de Marie à Bernadette, Elle dit qu’Elle est ces mots-là ! Le dogme est devenu un être ! ….. « Je Suis l’Immaculée Conception ». Il y a comme un changement de niveau ! Ces paroles de la Vierge sur Elle-même, sont comme l’irruption d’un autre monde qui s’en vint percuter de plein fouet le nôtre en ce jour du 25 mars 1858, pour nous révéler l’existence d’une autre Réalité. Notre Réalité est celle des conséquences du pêché originel. Une Réalité blessée, déchue, atteinte par la corruption, la maladie, la souffrance, et en dernier lieu par la mort. Or, voilà qu’à Lourdes, une Femme, une Douceur bleue et blanche s’est penchée vers nous et a troué de Son rayon d’espérance l’obscurité de notre monde mortel et souffrant pour nous révéler par le génie de cette formule l’existence d’un autre monde, pur, non dégradable et dont Elle est le Vivant modèle. En notre monde où triomphe la mort, la Vierge a fait jaillir la Parole de l’espérance, car n’en doutons point, les malades qui viennent à Lourdes souhaitent la guérison. Au-delà même de la maladie, cette humanité blessée en ses profondeurs, va se jeter aux pieds de « l’Immaculée Conception », car ces mots-là font tressaillir au plus profond de nous, une Réalité inconnue qui existe et à laquelle nous aspirons. Les malades pressentent qu’en s’approchant de Marie, il vont à la rencontre d’une SAINTETE, de ce qui N’EST PAS CORROMPU, d’une VIE SAINE, d’une SOURCE – puisque Source il y a, à Lourdes – et d’une douce ETERNITE FAITE FEMME . Un Poète disait que « la vie est malade ». Notre humanité blessée par le Mal et la parole mensongère du diable qui a perverti Eve et toute existence par la suite, se rend à Lourdes pour se recueillir devant la Vraie Parole dite par la « Nouvelle Eve », la « Femme bénie entre toutes les femmes », et cette Parole « lourde » de sens, c’est : « Je Suis l’Immaculée Conception ». Quelle va nous emmener loin dans la Joie, cette Parole, quelle va nous ravir! Dès siècles durant, l’Eglise a été interpellée par l’identité de la Mère de Dieu, avant que le fruit de ses réflexions n’aboutissent au dogme sur l’Immaculée conception, promulgué par le Pape Pie IX en 1854, et qui stipule clairement que Marie, Mère de Jésus-Christ, fut conçue exempte du pêché originel. En voici le texte : « Nous déclarons, prononçons et définissons que la doctrine, qui tient que la bienheureuse Vierge Marie a été, au premier instant de sa conception par une grâce et une faveur singulière du Dieu Tout-Puissant, en vue des mérites de Jésus-Christ, Sauveur du genre humain, préservée de toute souillure du pêché originel, est une doctrine révélée de Dieu, et qu’ainsi elle doit être crue fermement, et constamment par les fidèles ». Puisque le pêché originel fait partie de la compréhension du mystère, je vous propose de prendre appui sur deux mystiques qui vont conjointement nous donner la clé pour comprendre le mystère. Il s’agit de Maria Valtorta, qui au milieu du 20ème siècle a publié des centaines de pages relatant « l’Evangile tel qu’il m’a été révélé » et dont Pie XII a dit que « ceux qui le liront en comprendrons l’origine ». L’autre Mystique est Anne-Catherine Emmerich, qui a vécu au 19ème siècle . Favorisée d’extraordinaires visions sur les mystères de l’Ancienne Alliance et sur la Vie de Notre Seigneur, et ayant vécu en son corps la Passion du Seigneur (dont elle portait les stigmates), l’Eglise l’a récemment reconnue par sa béatification par Jean-Paul II en 2004. Dieu avait un Projet, une exigence concernant le devenir humain . Il le fit savoir à Adam et Eve . Prenons-en connaissance par ce qui fut révélé à Maria Valtorta. « Dieu avait dit à l’homme et à la femme : vous connaissez les Lois et les mystères de la création. Mais n’usurpez pas Mon droit d’être La Créateur de l’Homme. Pour propager la race humaine, il suffira de Mon Amour qui circulera en vous sans luxure, par le seul mouvement de la Charité, il suscitera les nouveaux Adam de la race humaine. Je vous donne tout, Je ne Me réserve que ce Mystère de la formation de l’Homme ». Autrement dit : LE POUVOIR DE CREER L’HOMME ETAIT RESERVE A DIEU SEUL. Si Dieu leur intime l’ordre de ne pas « manger du fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal », c’est parce que ce fruit pouvait justement mettre en péril la Création de l’Homme directement par Dieu. Raison pour laquelle il fut défendu. Prenons à présent connaissance du texte d’Anne-Catherine Emmerich qui va nous éclairer plus avant : « Je vis qu’Eve s’approcha d’Adam avec le fruit défendu de l’Arbre de la Connaissance et le lui donna, et que sans son consentement à lui, il n’y aurait pas eu de pêché. Je vis que le fruit semblait s’ouvrir dans la main d’Adam qui parut y voir des images. C’était comme s’il avait révélation de ce qu’il devait ignorer….alors, je vis qu’Adam et Eve s’obscurcissaient. Je n’ai pas vu qu’Adam et Eve aient mangé le fruit avec leur bouche comme nous le faisons : le fruit disparu entre eux. Le pêché ne se trouva pas accompli par le seul usage du fruit défendu, ce fruit renferme en soi la faculté d’une reproduction toute arbitraire, reproduction dans l’ordre des sens qui sépare de Dieu. Ayant ainsi consommé ce fruit dans la désobéissance, l’Homme se sépara de Dieu et la concupiscence s’implanta en lui et par lui dans la nature humaine. Cette usurpation des propriétés du fruit eut en l’homme qui voulut ainsi satisfaire son désir propre, de funestes conséquences : la division, la déchéance de la nature, le pêché et la mort. Avant la création d’Eve, Dieu avait accordé à Adam une bénédiction porteuse d’une faculté de se reproduire dans la sainteté et la pureté. Cette bénédiction fut retirée par le Seigneur à cause de l’usage du fruit défendu. Avant le pêché originel, Adam et Eve étaient fort différents de ce que nous sommes à présent, mais par l’usage du fruit défendu ils reçurent un devenir temporel et ce qui en eux était spirituel se mua en chair et en matière. Auparavant ils étaient UN en Dieu et leur volonté était UNE avec celle de Dieu, désormais ils sont divisés en leur volonté propre qui est égoïsme, concupiscence, impureté ». Les choses sont claires. Dieu voulait se garder exclusivement la création de l’Homme, mais le Serpent a tenté Adam et Eve en leur disant : « si vous mangez de ce fruit, vous serez COMME DIEU »:…………………sous-entendu : CAPABLES DE CREER L’ETRE HUMAIN « COMME DIEU » Et c’est bien ce qui s’est passé ! En désobéissant à Dieu, donc en mangeant le Fruit de l’Arbre de la Connaissance, voilà que d’après la Mystique s’installa en eux une faculté de reproduction propre au fruit. Le terme de « Assimiler » est lumineux quant à son sens, puisqu’il veut dire « rendre similaire ». Et c’est bien cette capacité de reproduction similaire à celle du fruit qui s’installa en eux et partant à toute la nature humaine, une fois ledit fruit consommé. Et Anne-Catherine de préciser que c’était : « une faculté de reproduction dans l’ordre des sens qui sépare de Dieu ». Il n’y a pas de doute possible : ce mode de reproduction est celui que nous connaissons et qui est une conséquence héritée du pêché d’Adam et Eve, c’est la reproduction sexuelle par laquelle les nouveaux Adam sont créés. La feuille de vigne qu’Adam et Eve, honteux, arborèrent pour cacher ce qui est lié à ce mode de reproduction implanté en eux par leur volonté propre et leur désobéissance à Dieu, est éloquente. Toute aussi éloquente est l’affaire de la « pomme » croquée par nos premiers parents, et tout le monde sait aujourd’hui de quoi il s’agit. Ainsi donc, l’Homme devint « comme Dieu », ainsi que le Serpent Tentateur en avait fait la promesse à Adam et Eve. Une fois accompli l’acte interdit par Dieu, ils sont effectivement dès lors « comme Dieu » avec le pouvoir de CONCEVOIR un autre être humain à partir d’eux-mêmes : CONCEPTION SEXUEE . Quant aux conséquences, cela éveilla en eux le monde des sens, de la chair et de la convoitise de tout cela, ce que l’on nomme LA CONCUPISCENCE = 143 qui est bien en rapport avec LE PECHE ORIGINEL = 143 Ce n’est pas ainsi que Dieu voulait que soient conçus les humains. L’ Homme a donc usurpé la place du Créateur dans le processus de formation d’un être humain, et il a mis à la place du mode divin, un mode humain qui est d’ordre sexuel. Or, nos deux mystiques, qui ne pouvaient se connaître, révèlent à l’unisson le même mode de reproduction que Dieu aurait mis en place, si le pêché n’avait pas été commis, pêché qui a fait dévier le Plan de Dieu….au moins pour un temps. Anne-catherine Emmerich nous dit en effet que Dieu avait accordé à Adam une faculté de se reproduire dans la Sainteté et la Pureté. Chez Maria Valtorta, cette faculté est l’Amour de Dieu sans luxure. Or, qu’est-ce que L’AMOUR DE DIEU qui peut reproduire dans LA SAINTETÉ, SI CE N’EST LA PERSONNE MÊME DE L’AMOUR …….. LE SAINT-ESPRIT ! Comprenez-vous à présent pourquoi Anne-Catherine Emmerich nous dit, je cite : « ce qui en Adam et Eve était SPIRITUEL se mua EN CHAIR »! Par leur consentement au pêché, au lieu que l’Homme soit conçu directement par Le Spirituel : Le Saint-Esprit, comme Dieu l’avait programmé, il allait être créé par une autre voie, la voie sexuelle, qui a tout fait tomber au niveau de la chair . Ce n’est pas pour rien que lorsque que l’on évoque le pêché originel, on a cette expression : ….LA CHUTE. Et les conséquences furent désastreuses et universelles. Car ainsi qu’Anne-Catherine Emmerich en a parlé, Adam récapitulait TOUT en lui, des astres au moindre animal, et c’est toute la Vie créée, qui fut affectée et contaminée par le pêché. Tout reçu un devenir temporel, ce qui était de nature spirituelle chuta dans la matière, l’homme eut commerce avec le mal et l’impureté, la souffrance s’immisça en lui et ultime conséquence : l’homme devint mortel, car ainsi que l’affirme la Bible: « le salaire du pêché, c’est la mort ». Cette Réalité-là, nous la connaissons, nous en vivons. La Très Sainte Vierge, à Lourdes, nous offre par Sa Parole la perception d’une Autre Réalité à venir. Elle est le contraire Lumineux de notre Réalité ténébreuse. Nous en sommes donc à ce constat qu’il existe deux modes possibles de conception d’un être humain : Celui, consécutif au pêché originel, qui est la fécondation par voie sexuelle. Et celui, que Dieu avait initialement prévu, qui est la fécondation par Son Saint-Esprit. Ces deux modes, l’un par la Chair et l’autre par l’Esprit sont clairement identifiés par Jésus lors de son entretien avec Nicodème sur la nouvelle naissance où il lui explique que « ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l’esprit est esprit ». Aussi, est-ce pure logique que de considérer que si Marie « a été préservée de toute souillure du pêché originel dès le premier instant de sa conception », c’est qu’Elle n’a pu être formée par la chair, par cette voie sexuelle porteuse d’une concupiscence et d’une impureté intimement liées au pêché originel. Inéluctablement, La Vierge Marie n’a pu être conçue, si Elle est bien « Immaculée » que du Saint-Esprit, lequel comme le disait Maria Valtorta est « l’Amour sans luxure ». A ce stade, il convient de laisser s’écouler l’Information numérique déposée dans notre langage et de considérer son message pur et nu, tel que le nombre nous l’expose. Et cette Information est autant merveilleuse qu’explosive! Nous verrons bien si elle épouse ou non la logique à laquelle nous nous référons. Commençons par constater que la position de l’Eglise Catholique, qui demande aux fidèles de croire en l’absence du pêché originel chez Marie, a trouvé un écho retentissant dans les Apparitions de la Sainte Vierge Rue du Bac en 1830, à Catherine Labouré. Combien est célèbre cette prière récitée par tant de chrétiens, et dévoilée par Marie Elle-même : « ô, Marie conçue sans pêché, priez pour nous pauvres pêcheurs qui avons recours à vous ». Je vous l’ai dit, le Code de Jésus-Christ adhère parfaitement à la Réalité, et pour être plus précis, il est en intime contact par le nombre avec la dimension Spirituelle de la Réalité. Démonstration immédiate, pure et constatable : IMMACULEE CONCEPTION = SANS LE PÊCHE ORIGINEL 196 196 L’objectif du Code de Dieu, c’est bien ….LA VERITE SUR MARIE = 196 ! Ainsi donc, Celle que l’Eglise appelle « La Nouvelle Eve », tout comme Jésus est dénommé « le Nouvel Adam », a cette particularité d’avoir été mise à part de l’héritage du pêché originel qui affecte tout être humain venant en ce monde par la reproduction sexuelle. Notre humanité est déchue par cette « chute originelle » à l’aube de notre histoire. Une humanité déchue de sa dignité, de ses facultés, de son lien premier avec le Créateur, est une humanité amoindrie dans son essence, il y a une « perte ». Avec Marie, c’est une humanité intègre et accomplie qui est réalisée. Le fait qu’Elle soit sans pêché ne la met pas hors circuit humain, c’est plutôt l’homme qui est sorti du circuit que Dieu voulait pour lui. Le Code vous présente à sa manière, ‘lumineuse et numérique’ , LA NOUVELLE EVE = 151 , toute Pure et Immaculée, et comme le dit la prière, Elle est : CONCUE SANS PÊCHE = 151 La grâce du Code, c’est d’effectuer avec une remarquable intelligence, des liens par le nombre. Or, le résultat numérique de 151 de « conçue sans pêché » catapulte à dessein la conscience vers JESUS-CHRIST = 151 dont on sait qu’il a été conçu du Saint-Esprit. Le Code nous met d’emblée sur une piste. Il fait la connexion entre Jésus -né sans pêché et conçu du Saint-Esprit- et Sa Mère Marie. Ce qu’il cherche déjà à nous faire comprendre, c’est que si Adam et Eve ont en commun le pêché, Le Nouvel Adam et La Nouvelle Eve ont en commun l’absence de pêché. Et si le pêché est inhérent à la chair(voir Saint Paul), l’absence de pêché est le propre de l’Esprit( voir encore Saint Paul). Mais le Code de Dieu ne s’arrête point là. Sa charge informationnelle est beaucoup plus puissante et impressionnante! Mais avant de vous la livrer, il faut faire place aux paroles révélatrices que le Verbe a offertes à Son Instrument J.N.S.R en juillet 2004, et dont l’importance est capitale . « …..pour que le Sein d’Anne puisse porter Marie,cette Sainte Enfant, Dieu Lui-même le purifia : et le sein d’Anne fut lavé de la Faute originelle. Ainsi Marie fut conçue sans pêché. Et si la Conception fut Immaculée, c’est parce qu’elle ne pouvait être conçue d’un homme. » Avant de poursuivre cette révélation, étudions l’information encodée dans notre langage afin de la proposer à votre réflexion par rapport au texte de JNSR. Posons d’abord ce qui est acquis par l’histoire. Les parents de Marie furent Anne et Joachim. Anne, devenue par la suite Sainte Anne a été choisie pour être la Mère de Marie qui fut conçue en son sein. Or, voici SAINTE ANNE = 102 qui fut bien la Maman de « LA MERE DE DIEU » = 102, laquelle fut conçue dans LE SEIN D’ANNE = 102! Jésus donne Sa Parole à JNSR pour nous apprendre qu’Anne a été purifiée du pêché originel. Comment expliquerez-vous l’existence de ces deux phrases qui se rejoignent numériquement et se complètent pour corroborer cette révélation ? LE SEIN D’ANNE PURIFIE PAR DIEU = 260 = DIEU ÔTE LE PECHE ORIGINEL D’ANNE . Premier point : « et si la Conception fut Immaculée, c’est parce qu’Elle ne pouvait être conçue d’un Homme » . En bonne logique, si Marie n’a pas été conçue par un Homme, il n’y a donc pas eu de Père biologique, et pas de fécondation par le sexe ! Donc ………….: LA CONCEPTION IMMACULEE = 209 implique que Marie est ……SANS PERE BIOLOGIQUE = 209 qu’inéluctablement Elle a été …….NON CONCUE PAR LE SEXE = 209 N’oubliez pas que l’objectif du Code est LA VERITE SUR MARIE = 196, c’est pourquoi il vous proclame que…..JOACHIM N’A PAS FECONDE ANNE =196, Second point : Il ne nous reste en conséquence que l’autre mode possible de Conception. Voyons maintenant la suite du texte donné à JNSR : « Sainte Anne, restée stérile jusque là, a été préparée pour recevoir la Toute Pure conçue du Saint-Esprit de Dieu. Marie est née comme aurait du naître tous les enfants de la Terre sans la Faute originelle. Dans Sa Conception Immaculée et dans sa Maternité inviolable, elle est la première-née de la Terre, de même que Je Suis le Premier-né ». La Logique, le respect du Sens des mots et le Code sont implacables: La Conception Immaculée de la Vierge Marie = 343 ne peut être que La Conception Immaculée par l’Esprit = 343 Car -Seul- Le SAINT-ESPRIT peut concevoir de façon pure, immaculée. Et le langage codé et sacré de nous dire qu’en effet : L’Esprit conçoit d’une façon Immaculée = 343 ce qui signifie que : Marie, la Mère de Dieu, est née de l’Esprit = 343 Ce même Code numérique n’a pas fini de vous étonner dans son admirable cohérence mesurée et intelligente. C’est une Unité obstinée qui se déploie sous vos yeux. Cette Immaculée Conception par l’Esprit-Saint signifie, selon l’expression consacrée que ce fut par « L’OPERATION DU SAINT ESPRIT » = 300 qu’ Anne a été fécondée. Logique de sens irréfutable, cette Opération du Saint-Esprit était forcément UNE CONCEPTION SPIRITUELLE = 300 La fécondation sexuelle n’avait pas sa place. Ce fut L’ESPRIT-SAINT ET NON LE SEXE = 300 En conséquence de quoi Anne a été fécondée par l’Esprit de Dieu et non pas par Joachim, le Code nous attend avec cette sentence: LA MERE DE MARIE FECONDEE PAR L’ESPRIT = 300 Le Code fait plus que retomber sur ses pieds, il vous clame à présent que « conçue sans pêché=151 » veut nécessairement dire dans ces cas-là que : l’Esprit féconde = 151 ! Et puisque Le Code de Dieu est la clé de l’Immaculée Conception, nous pouvons introduire la haute valeur de la phrase prononcée par La Vierge à Bernadette : « JE SUIS L’IMMACULEE CONCEPTION » = 291 nombre-clé qui contient en lui-même cette signification: LA FECONDATION D’ANNE PAR L’ESPRIT = 291 Oui, le Code de Dieu possède en ses entrailles cette précieuse information divine qui a cette capacité offerte par la Grâce et la Science d’En-Haut de confirmer et de se conformer aux informations transmises par le Verbe Jésus à sa messagère JNSR . Car en vérité, si la phrase de La Vierge donnée à Lourdes à Bernadette produit cette valeur de 291, c’est pour nous manifester cette égalité-maîtresse ici dévoilée : « JE SUIS L’IMMACULEE CONCEPTION »=291 LA FEMME CONCUE DU SAINT-ESPRIT = 291 Le nombre 291 se comporte comme une banque de données sur le contenu de l’Immaculée Conception, et comment croire que cela serait lié au hasard? Je vous propose de nous approcher au plus près de ce Mystère, grâce aux Visions d’Anne-Catherine Emmerich, aux locutions intérieures de JNSR et au Code, donc trois fois grâce à Jésus-Christ. Au livre des Visions page 21, on y apprend que Anne tout comme Joachim sont sollicités par un même phénomène mystique. Tous deux sont séparés en raison de leur stérilité. Ils se consacrent à la prière demandant à Dieu d’avoir un enfant, et ne se voient pas pendant quelque temps. Or, ils vont être réunis au Temple par la Volonté de Dieu. Selon Anne-Catherine Emmerich, Anne, la première, reçut cet avertissement: « tout à coup un ange de Dieu lui apparut, disant :tiens ton coeur en paix, Dieu a exaucé ta prière. Rends-toi demain au Temple pour y offrir des colombes .L’ange lui dit encore qu’elle concevrait une enfant toute sainte, et il écrivit sur le mur en lettres lumineuses le nom de Marie. Puis il disparut ». Quant à Joachim, alors qu’il fait paître son troupeau, il est aussi sollicité par un ange, qui lui dit : « Prends courage. Rends-toi au temple sans retard, ton offrande sera accueillie et ta prière exaucée. L’Ange ajouta qu’il rencontrerait Anne sous la Porte dorée du Temple ». Le Ciel a donc organisé un rendez-vous. Celui-ci s’est passé ainsi selon Anne-Catherine: « Sous la porte dorée, une nuée lumineuse environna Anne et Joachim, qui tombèrent en extase. Il me fut alors montré que la Conception de Marie avait été aussi pure par la grâce que l’eut été sans la chute originelle, toute conception humaine ». Ecoutons maintenant ces paroles dictées à JNSR le 29/04/2004: « Comment pouvez-vous douter de Mes Paroles? J’annonce en termes clairs et précis La Sainte et Divine Conception de ma douce Maman. Dans le sein d’Anne purifié de la faute originelle, Elle fut conçue du Saint-Esprit, Lumière qui se concentra autour d’Anne, devant Joachim sous la Porte dorée du Temple. Cette Nuée lumineuse qui les environna et les plongea en extase est bien la Lumière de l’Esprit-Saint. Marie est la tour de l’isolement choisie pour être le sommet de l’Humanité dans la Pureté, l’Humilité et l’Obéissance à Dieu. Cette Tour qui fait d’Anne et Joachim, sa famille sans tâche sanctifiée par la Grâce divine » Le Code n’est pas en reste, il se met lui aussi à l’unisson des deux mystiques, pour nous dire qu’effectivement, l’Immaculée Conception a bien eu lieu au Temple, sous la Porte dorée. L’IMMACULEE CONCEPTION = SOUS LA PORTE DOREE 208 208 Lien numérique réussi entre l’évènement et le lieu de celui-ci!. Mais dans le texte de JNSR, vous avez dû remarquer le qualificatif de « Divine » qui va nous permettre d’aller plus avant dans les merveilles de Dieu. Commençons par préciser qu’il va de soi que Marie n’est pas Dieu. Elle n’est pas la quatrième Personne de la Trinité. Mais comprenez ceci: lorsque l’Esprit de Dieu crée directement sans aucune interférence étrangère à Lui-même, alors ce que Dieu crée, émanant de Lui-même ne peut être que divin. Marie est une créature…..divine. Prenons les choses par ordre. La Bible nous apprend que : « DIEU EST ESPRIT » (Jean4.24) 1 2 3 C’est dire que Dieu possède une DIVINE ESSENCE SPIRITUELLE 1 2 3 L’encodage de notre langage est pertinent : LA DIVINE ESSENCE = 146 est SPIRITUELLE = 146 Nous sommes dès lors parés pour nous rendre au Temple, sous la Porte dorée avec Anne et Joachim, munis de notre « caméra numérique » pour restituer cette Immaculée Conception. Ce lieu de rendez-vous, vous l’avez compris ne concernait pas qu’Anne et Joachim, l’Organisateur du rendez-vous était là : Le Saint-Esprit. Dans les écrits des deux mystiques, la Lumière de l’Esprit-Saint, telle une Nuée lumineuse, les environne et les plonge en extase. Cette Lumière se concentre autour d’Anne, est-il dit, et Marie est conçue du Saint-Esprit dans le Sein d’Anne. Nous allons pouvoir progresser en montrant le parallèle aussi bien que les différences entre les deux modes possibles de Conception d’un être humain. Posons les choses en stipulant que nous avons affaire à une Conception humaine lorsque c’est l’Homme qui en est à l’origine. Par contre, lorsque c’est le Saint-Esprit qui en est à l’origine, il s’agit d’une Conception Divine. Il faut deux êtres pour concevoir un nouvel être : -l’Homme et la Femme dans le cadre d’une conception sexuelle. -Le Saint-Esprit et la Femme dans le cadre d’une conception divine. Une Conception humaine implique que l’Homme pénètre la femme, la formation du nouvel être commençant précisément au moment où le spermatozoïde de l’homme pénètre l’ovule de la femme et s’y fusionne. De même, la Lumière du Saint-Esprit doit-elle pénétrer le Sein de la femme pour que la fécondation aie lieu. Une différence est à noter, c’est que le Saint-Esprit pénètre la femme à la manière dont un rayon de soleil traverse un vitrail tout en le laissant intact. C’est ainsi qu’Il a traversé les pores de la peau d’Anne sans la toucher, a pénétré le sein d’Anne et aussitôt Marie fut conçue. Dans une conception sexuelle, contrairement à la délicatesse de l’Esprit de Dieu qui garde la femme intacte, il y a un préalable à toute possibilité de fécondation qui est de déchirer l’hymen. Le parallèle peut se poursuivre. Sexuellement, une fois l’ovule pénétré, le spermatozoïde va transmettre son patrimoine génétique qui va fusionner avec celui de l’ovule. Or, une fois le Sein d’Anne pénétré par l’Esprit de Dieu, celui-ci va transmettre ce qu’il est et ce qu’il a : SA DIVINE ESSENCE SPIRITUELLE qui va fusionner avec la nature du sein d’Anne. Et cette information-là est encodée. Elle vous est dévoilée en trois temps, par trois phrases qui s’enchaînent et se complètent en augmentant l’information. Quant à leur valeur numérique: c’est le chiffre-clé, la banque de données sur cette Conception ! Nous assistons donc à : LA TRANSMISSION DE L’ESPRIT = 291 que transmet-Il ? 2.L’ESPRIT TRANSMET L’ESSENCE = 291 qui ne peut être que…….3.L’ESSENCE DIVINE SPIRITUELLE = 291 Donc, l’information globale est que l’Esprit a transmis dans le Sein d’Anne Son Essence Divine Spirituelle . Lorsque DIEU LE SAINT-ESPRIT CONCOIT UN ÊTRE, IL TRANSMET LE FONDEMENT DE SON PROPRE ÊTRE . C’EST AVEC SA PROPRE ESSENCE QU’IL FAIT ADVENIR UN NOUVEL ÊTRE, ce qui est pure logique. Considérez comment tout fait jonction dans le Code numérique de Dieu. Le voile se déchire par la grâce du nombre: Le Saint-Esprit a conçu Marie qui a dit: « JE SUIS L’IMMACULÉE CONCEPTION » = 291 du fait de ………………….2. LA NATURE DIVINE DE LA CONCEPTION = 291 Elle est donc formée avec : 3. L’ESSENCE DIVINE SPIRITUELLE = 291 en conséquence……………….MARIE EST LA FEMME SPIRITUELLE= 291 Vous l’avez bien compris. Dans LA CONCEPTION DIVINE= 190, c’est L’ESSENCE DE L’ESPRIT= 190 qui est transmise. Cette simple équation est à elle-seule un condensé fulgurant : L’IMMACULEE CONCEPTION =208=MARIE EST LA FEMME DIVINE ! L’IDENTITE DE MARIE = 153 c’est clairement que MARIE EST DIVINE = 153 Alors, afin de bien « enfoncer le clou », le Code a en réserve ces correspondances qui s’enchaînent : Considérant L’ORIGINE DIVINE DE LA CONCEPTION DE MARIE= 343 puisque c’est l’Esprit-Saint qui est cette origine, et que L’ESPRIT-SAINT EST D’ESSENCE DIVINE = 343 alors, comme L’ESPRIT DONNE A LA VIERGE SA DIVINITE = 343 inéluctablement, LA VIERGE EST D’ESSENCE SPIRITUELLE = 343 LA CONCEPTION IMMACULEE DE LA VIERGE MARIE = 343 est bien, voyez-vous, pré-vue et incluse dans notre Langage Codé qu’est le français ! (Je vous engage vivement à vous rendre sur le site Apparitions Mariales et de cliquer sur Conception Divine de Marie: JNSR, vous pourrez admirer la parfaite concordance du Code et de la Parole de Dieu reçue par Sa servante). Mais, on peut, et il faut aller plus loin. Conçue du Saint-Esprit, tout l’Être de La Vierge est imprégné et saturé d’essence spirituelle. Or, Marie comme tout être humain est faite de chair et de sang. Il s’en suit que cette Chair et ce Sang qui la constituent étant directement formés par l’Esprit de Dieu, ne peuvent être que divins et spirituels. Figurez-vous que le code de Dieu l’entend bien ainsi ! Commençons par la Chair. Nous disons donc que LA VIERGE EST D’ESSENCE SPIRITUELLE = 343 donc comment sera LA CHAIR DE MARIE CONCUE DU SAINT-ESPRIT =343 ? Le nombre identique qui relie par la même ces deux phrases, nous offre déjà la réponse, mais déployons-là néanmoins. L’IMMACULEE CONCEPTION = 208 signifie que L’ESPRIT A CONCU LA CHAIR = 208 LA SAINTE CHAIR DE LA VIERGE = 208 C’est, n’en doutons pas : LA CHAIR IMMACULEE DE L’ESPRIT = 242 la réponse est donc que ………LA CHAIR EST SPIRITUELLE = 242 et lorsque LA CHAIR DE MARIE NAIT = 151 elle est belle et bien DE NATURE DIVINE = 151 Pourquoi le 151 de JESUS-CHRIST ressort-il ? Parce que Marie est comme Son Fils, Elle a les deux natures, LA DOUBLE NATURE = 151 à la fois HUMAINE ET DIVINE. La différence avec Son Fils, c’est que Jésus est Dieu par nature et Homme par Marie. Marie est une créature humaine, mais l’Esprit de Dieu lui communique par grâce Son Essence Divine, ce qui fait que l’humanité de Marie est divinisée. Citons JNSR, message du 9/09/7 : « l’esprit de Marie est Esprit, Sa chair glorifiée et divinisée dans le sein d’Anne qui, purifiée par Dieu, reçut l’Esprit pour donner Vie à Marie ». Regardez cette équivalence : Qui dit IMMACULEE CONCEPTION = 196 dit aussi LA CHAIR DIVINO-HUMAINE = 196 Quant au Sang : Même Cause, mêmes effets ! L’ Auto-définition de Marie à Lourdes nous donne une fois de plus la clé qui est numérique . « JE SUIS L’IMMACULEE CONCEPTION » = 291 du fait que L’ESPRIT CONCOIT LE SANG DE MARIE = 291 automatiquement LE SANG DE MARIE VIENT DE L’ESPRIT = 291 et de par Sa nature L’ESPRIT A CONCU LE SANG IMMACULE = 291 lequel est par communication de l’Essence de l’Esprit : LE SANG DIVIN DU SAINT-ESPRIT = 291 Exprimer avec le Code que chez Marie LA CHAIR EST SPIRITUELLE = 242 c’est également reconnaître LE SANG SPIRITUEL DE MARIE = 242. Et voici que Le Code agenouille ses mots pré-calculés par Dieu pour rendre gloire à la Vérité, car personne n’est en mesure de contester ce qui était caché dans notre langage et qui vous est maintenant révélé : OH ! MARIE QUI ES-TU ? « JE SUIS L’IMMACULEE CONCEPTION »= 291 JE SUIS ……… « LA CHAIR ET LE SANG ……. DE L’ESPRIT DE DIEU » = 291 . Comprenez-vous pourquoi il fallait qu’Elle fut Immaculée, c’est à dire qu’il fallut qu’Elle possédât une Chair divine et un Sang divin directement conçus du Saint-Esprit ? Parce que La Vierge était destinée à transmettre au Fils de Dieu qui allait se faire Homme, une chair immaculée et un sang tout aussi pur, seuls dignes d’être assumés par Dieu s’incarnant . Dieu a reçu de Marie une Sainte Humanité. Aucune impureté venant d’un homme ne se trouve dans Son Sang qui est également le Sang de Dieu fait Homme. Le Sang de Jésus est connu sous le nom de « Précieux Sang ». Nous avons vu que Le Saint-Esprit est la Source du Sang précieux de Marie. Et Elle-même est la Source du précieux Sang de Jésus. Elle est le Saint Calice qui contient ce Sang précieux : le Sang du Christ. Et c’est ce Sang divin qu’Elle donna à Jésus, Elle est LE SAINT GRAAL du précieux Sang du Christ. Il est par conséquent obligatoire, s’il y a bien une cohérence intentionnelle dans le Code de Dieu, que la phrase suivante existe dans l’encodage, et elle existe bien, avec le nombre on ne peut plus adéquat !: JESUS A LE MEME SANG QUE LA VIERGE = 291 ! reprenez notre première page où les évènements de Lourdes sont marqués par le chiffre 94, le voici encore à point nommé : LE CHRIST = 94…..LE MÊME SANG= 94…..L’IMMACULEE= 94 Songez aussi que lorsque Jésus est sur la Croix, le sang qui jaillissait de tout Son Saint Corps venait des veines de Sa Sainte Mère lorsqu’ Il pris chair en son sein immaculé. Le Code vous emporte au Mont Golgotha devant le Crucifié. Contemplez : LE SANG DE JESUS S’ECOULE = 221 c’est effectivement LE TRES PRECIEUX SANG = 221 et c’est précisément LE SANG DE JESUS ET DE MARIE = 221 Puisque nous sommes avec le Code de Dieu transportés sur le Mont Golgotha, nous sommes par conséquent à SEPT CENT TRENTE HUIT mètres d’altitude. Or, -Miracle- si vous faites le calcul de Sept Cent Trente Huit, vous obtenez 242. Ce qui permet une reconstitution numérique de la scène du Golgotha. Jésus est en Croix. Vous voyez:LE PRECIEUX SANG DE JESUS = SEPT CENT TRENTE HUIT 2 4 2 2 4 2 effectivement, ce Sang a bel et bien été versé à Sept cent trente huit mètres d’altitude. Ce Sang qui s’écoule devant votre regard est précisément selon les paroles mêmes des Evangiles : LE SANG DE L’ALLIANCE NOUVELLE =SEPT CENT TRENTE HUIT 2 4 2 2 4 2 Et cette Alliance dans le Sang a bien été contractée entre Dieu et l’Homme à Sept cent trente huit mètres, et c’est pour cela que jaillit cette valeur numérique de nos mots! Ce Sang provenant de Marie, c’est AUSSI : LE SANG SPIRITUEL DE MARIE = SEPT CENT TRENTE HUIT 2 4 2 2 4 2 Songez encore qu’à la Messe nous communions au Corps et au Sang du Christ qui est la Chair de la Chair de Marie et le Sang du Sang de Marie: c’est aussi Marie que nous consommons a la Sainte Table ! Il convient à ce stade de notre étude d’introduire une autre clé numérique qui est « cruciale » (mot dérivé de « croix ») et qui a fait mon bonheur lors de mes recherches sur les lumières que le Code de Jésus-Christ apporte à la défense de la Vérité . Le nombre en question est celui de 738. Il est lié à la hauteur de 738 mètres du Mont Golgotha sur lequel Christ fut crucifié. LE GOLGOTHA est le lieu de LA VERITE révélée. En effet, Dieu y a manifesté Son Amour, c’est à dire Sa Propre Vérité, puisqu’Il EST Amour. De même, lorsque le Code fait émerger des phrases portant cette valeur, ce sont alors des Golgotha numériques, des 738 porteurs d’une Information-Vérité. Voici la phrase enclose dans le français qui contient le sens profond de ce merveilleux 738: LA VALEUR DE SEPT CENT TRENTE HUIT EST CELLE QUI REVELE LA VERITE DE L’ESPRIT = 738 . En lien avec ce que nous avons étudié plus haut voici le type de phrase qui est recelée comme un trésor dans notre langue française, une « Information-Vérité »: LE SAINT-ESPRIT A CONCU LA CHAIR IMMACULÉE ET LE TRES PRECIEUX SANG DE LA VIERGE MARIE = 738 !! ou encore, en guise de confirmation, cette assertion existante et débusquée par grâce: LA CONCEPTION IMMACULEE DE MARIE, C’EST LA FECONDATION DE SAINTE ANNE PAR L’ESPRIT-SAINT = 738 !! Bien. Dès lors poursuivons avec cette conséquence qui s’impose : Marie ayant été conçue du Saint-Esprit, Elle est de Conception identique à celle de Son Fils. Je pose la question: pourquoi croyez-vous que La Sainte Ecriture aient qualifié Jésus et Marie de « Nouvel Adam » et de « Nouvelle Eve »? Le premier Adam et la première Eve ont engendré une humanité pècheresse et mortelle. Dans le Plan de Salut, il fallait que se substitue à ce premier couple qui nous transmettaient le pêché mortel, un nouveau couple, justement appelés le Nouvel Adam et la Nouvelle Eve, pour engendrer cette fois-ci le Nouvel Homme. Jésus -le Nouvel Adam- et Marie -la Nouvelle Eve- sont les prémisses : le premier-né et la première-née d’une multitude de frères et soeurs. C’est à dire d’une Humanité nouvelle, immaculée, immortelle. Contrairement à la Conception sexuelle, qui nous maintient dans les conséquences de la Faute Originelle, cette Humanité sera divinisée, car sa Conception sera divine et immaculée, comme pour Jésus et Marie. Et nous savons en quoi consiste cette Conception. L’ Information Divine à ce sujet, étant parfaitement encodée ainsi que vous allez vous en rendre « compte », car le compte en question n’est autre que le Divin 738. Un 738 qui captive les mots de la langue française au point que dès qu’il s’agit de faire émerger la Vérité Divine, les valeurs pré-calculées de ces mots qui vont former une phrase vont s’ajouter pour justement produire le 738. Définition du Code : SI LE SAINT-ESPRIT D’AMOUR FÉCONDE LE SEIN DE LA FEMME, LA CONCEPTION EST DITE « IMMACULÉE » = 738 LA FÉCONDATION DE LA MÈRE PAR DIEU, PAR LE SAINT-ESPRIT, EST UNE CONCEPTION IMMACULÉE = 738 Et c’est ainsi qu’auraient dû naître tous les humains sans le premier pêché. Jésus et Marie sont la nouvelle souche, la première cellule pure de ce grand Corps Mystique et Spirituel à venir dont parle la Bible. L’humanité va bientôt passer par Marie, La Mère divine, pour renaître dans Son Coeur Immaculé de l’Eau et de l’Esprit, et chacun sera un descendant de Jésus et de Marie, comme nous sommes encore les descendants d’Adam et d’Eve. Chacun sera un petit Jésus, une petite Marie, un être d’amour, un être nouveau, un être ressuscité, un être « immaculé ». Tout cela n’est-il pas d’une grande simplicité, d’une grande logique ? J’ai montré dans mon livre et sur mon site, qu’à l’évidence nul humain n’a pu être à l’origine de ce formidable codage qui présuppose que chaque mot a été créé avec l’orthographe exacte et la seule possible pour qu’émerge tout un langage codé de nature numérique et à vocation christique ! Cette Oeuvre est d’une telle exactitude et produit des résultats si édifiants, que seul le Verbe de Dieu a pu dans Son Omniscience préméditer et calculer toutes ces phrases qui produisent les valeurs adéquates pour une démonstration intelligente de la Vérité chrétienne. De plus, il n’existe nulle trace historique montrant que l’homme aie voulu que le français soit codé de la sorte, la preuve c’est qu’il en ignorait jusqu’à l’existence ! Alors, considérez ces phrases qui traitent de la Conception identique de Jésus et de Marie, et la valeur numérique qu’elles dégagent : JESUS-CHRIST ET MARIE SONT LES DEUX CONCEPTIONS IMMACULEES DE L’HISTOIRE = 738 ! LE NOUVEL ADAM ET LA NOUVELLE EVE SONT CONCUS DU SAINT-ESPRIT……..SANS L’HOMME = 738 Quant à notre nombre-clé généré par la phrase-même de la Vierge, celui de 291, il cache et contient ceci: JESUS ET MARIE NES DE L’ESPRIT = 291 La Science du Code que j’ai étudiée sur mon site http://lecodedelafindestemps.org/ , a démontré la capacité de ce-dernier à nous instruire également visuellement. Ainsi, l’analyse de la phrase simple : MARIE EST CONCUE COMME JESUS nous apprend ceci : tout d’abord : MARIE EST CONCUE = 151 . 151 c’est JESUS-CHRIST Le Code veut numériquement relier « Marie est conçue » à Jésus, invitant à la déduction : Marie est conçue comme Jésus. Or, pour renforcer cette déduction voici que MARIE EST CONCUE COMME JESUS = 274. C’est affaire de lecture visuelle. 74 est le nombre de Jésus. MARIE EST CONCUE COMME JESUS = 274 Le Code vous montre qu’ils sont effectivement « 2 » à être conçus de la sorte. Et la « deuxième », c’est Marie MARIE EST CONCUE COMME JESUS = 274. On peut ajouter quelques mots sur les suites de la fécondation. Au commencement le Saint-Esprit, qui est Lumière, pénètre le Sein d’Anne pour le féconder et concevoir Marie. Ce ne fut pas une grossesse de chair, pas une gestation de matière située dans les organes sexuels. Non, ce fut une gestation de ce qui fut déposé dans le Sein de la Mère, et ce qui fut déposé, c’est la Lumière divine, Son essence. Le Code dévoile : ANNE RECOIT L’ESSENCE DE LA LUMIERE = 291 ! et en Elle eut lieu : LA GESTATION DE LA LUMIERE DIVINE = 291 ! Au moment de la naissance, cette Lumière a traversé Anne et s’est matérialisée ensuite, après le passage à l’air en dehors du corps. La naissance de Marie s’est faite comme Celle de Jésus. Citons JNSR dans un message du 30/07/2007. « Ne suis-je pas Dieu pour me constituer Moi-Même de toute éternité le plus beau des Tabernacles en Celle qui devait être Ma Sainte Mère, née de l’Esprit, habitée entièrement de l’Esprit, née comme Je suis né, en traversant les chairs d’Anne sans les toucher ». (souvenez-vous de l’image du vitrail traversé par un rayon de lumière) Anne-Catherine Emmerich page 33 des Visions relate ainsi la naissance de Marie: « Comme Anne disait un nouveau cantique, tout à coup une lumière surnaturelle remplit la chambre et se concentra autour d’Anne. Les femmes présentes se jetèrent face contre terre. La lumière l’enveloppa et elle y disparut toute entière. Puis cette lumière sembla rentrer en elle, et j’aperçus alors dans les bras de sa mère la petite Marie, dont la tête était couronnée d’une auréole. Lorsque les femmes se relevèrent, elles virent avec grand étonnement que l’enfant était déjà née, et versèrent des larmes de joie ». Le temps est venu d’achever cette recherche sur l’Immaculée, et nous le ferons avec celui qui en fut probablement le plus grand apôtre et le théologien le plus audacieux. Je veux évoquer le Père KOLBE, qui passa sa vie à sonder le mystère de la phrase révélée à Bernadette. Il fit d’abord ce constat :La Vierge n’a pas dit qu’Elle avait été conçue immaculée. Sa phrase n’indiquait pas la manière dont Elle avait été conçue. Elle ne dit pas ce qui lui est arrivé, Elle dit en fait qui elle est : « JE SUIS L’IMMACULEE CONCEPTION » En réponse pertinente à la question de Bernadette qui lui demanda à quatre reprises quel était Son Nom, la Vierge lui décline Son identité . Elle EST l’Immaculée Conception. C’est Son Nom, c’est ce qu’Elle est. Pour tenter de répondre à la question qui le taraudait et qui était la suivante : « Qui es-tu Immaculée conception? », le Père Kolbe ancra sa réflexion dans le Mystère Trinitaire. Il se pose la question :Qui est chacune des Personnes de la Trinité ? Réponse : -Le Père est Celui qui engendre. -Le Fils est l’engendré. -L’Esprit procède du Père et du Fils selon la théologie Catholique, en accord d’ailleurs avec l’ensemble des mystiques chrétiens. C’est dire que l’Esprit est la Personne qui émane du Père et du Fils, Il est LE FRUIT de L’AMOUR DU PERE ET DU FILS et cette Personne EST donc totalement AMOUR. L’Amour du Père pour le Fils et du Fils pour le Père conçoit éternellement un Être qui est le FRUIT de leur Amour et que l’on appelle LE SAINT-ESPRIT ou encore « La Personne de l’Amour ». Aussi, au sein de la Trinité, LE SAINT-ESPRIT est donc CONCEPTION jaillissante du Père et du Fils. Comme nous sommes en Dieu, cette Conception ne peut être que incréée. Ils sont deux : le Père et le Fils, et leur Amour réciproque donne éternellement naissance à un Troisième :Le Saint-Esprit. Et cette Conception incréée est le Prototype de toutes les conceptions de la vie dans l’univers. Le SAINT-ESPRIT EST CONCEPTION INCREEE CONCEPTION INFINIMENT SAINTE Le SAINT-ESPRIT EST CONCEPTION IMMACULEE. Comment le Code de Dieu envisage-t-il les choses de Dieu ? Confirme-t-il les vues du Père Kolbe ? 27 Voilà ce qu’il produit en lien avec le nombre sacré de 738 . LE PERE ET LE FILS S’AIMENT ET CONCOIVENT LE SAINT-ESPRIT : LE FRUIT DE CET AMOUR = 738. Excellent, mais encore ? DANS LA TRINITÉ, L’ESPRIT-SAINT DE DIEU EST CONCEPTION INCREEE DU PERE ET DU FILS= 738. Lorsque le Saint-Esprit a créé la Sainte Vierge, Lui qui est La Personne-même de l’Amour, lui a a transmis comme nous l’avons vu, Sa propre Essence. Cette Essence est Incorruptible : L’Esprit-Saint=162=Incorruptible Cette Essence est Amour. Cette Essence est Lumière. Cette Essence est Immaculée. Aussi, Marie fut-elle, dés le premier instant de sa conception, totalement remplie de cette Essence, de cet Amour. Elle est la « pleine de grâce », constituée de cette Essence, Elle est tissée dans tout son être des fibres vivantes de l’Esprit-Saint. LUI, Le Saint-Esprit, LUI : L’IMMACULEE CONCEPTION INCREEE dès le premier instant où Il « opère » pour former la Vierge, fait d’Elle qui sera Son IMAGE une IMMACULEE CONCEPTION CREEE . Il se transfuse dans l’être de Marie. Il s’y UNIT de manière indicible. L’Esprit habite en Elle comme en Son Sanctuaire, il VIT en Elle et cela dès le premier instant de son existence, toujours et à jamais. C’est l’Immaculée, sans aucune tâche de pêché. Le plus beau de tout les Tabernacles auquel Il s’unit comme EPOUX , Marie étant comme l’affirme l’Eglise : L’EPOUSE de L’ESPRIT-SAINT. De ce fait, l’Immaculée se retrouve-t-elle dès le premier moment de son existence, insérée dans l’Amour de La Trinité, et cela pour toujours. Elle est, nous dit le Père Kolbe : « le complément de la Trinité ». Et le chantre de l’Immaculée continue par ces mots: « Dans l’union du Saint-Esprit avec Elle, ce n’est pas seulement l’amour de deux êtres, mais en l’un d’eux :c’est tout l’amour de la Sainte-Trinité, et en l’autre:c’est tout l’amour de la création. Et ainsi dans cette union se rejoignent le Ciel et la terre, tout l’amour éternel avec tout l’amour créé. C’est le sommet de l’amour ». Et il a ces paroles fulgurantes, révélatrices et géniales : « Si chez les créatures, l’épouse prend le nom de l’époux parce qu’elle lui appartient, ne fait qu’un avec lui, devient son égal et est avec lui principe créateur de vie, à combien plus forte raison LE NOM DE L’ESPRIT-SAINT : « Conception Immaculée », est-il le Nom de Celle en qui Il vit comme Amour, principe de vie dans tout l’ordre surnaturel de la grâce ». Voilà donc ce qu’a découvert le Père Kolbe : Le Nom du Saint-Esprit au sein de la Sainte-Trinité est celui de IMMACULEE CONCEPTION Confirmation immédiate : LE NOM DE LA PERSONNE DE L’AMOUR, L’ESPRIT-SAINT DE DIEU, EST L’IMMACULEE CONCEPTION = 738 Le Saint-Esprit en concevant Marie s’est uni à Elle pour en faire son Epouse. LA PERSONNE DE L’AMOUR : L’ESPRIT-SAINT, EPOUSE LA VIERGE : « L’IMMACULEE CONCEPTION » = 738 ou encore toujours avec la même force de persuasion du Code : L’IMMACULEE CONCEPTION INCREEE : L’ESPRIT, A EPOUSE L’IMMACULEE CONCEPTION CREEE : MARIE = 738 ! Donc, en retrouvant la clé numérique donnée par la Vierge à Bernadette nous attestons que : L’ESPRIT EST L’EPOUX DE MARIE = 291 MARIE EST L’EPOUSE DE L’ESPRIT=291 Comme l’Epouse prend le Nom de l’Époux, la phrase à venir vient conforter la validité du raisonnement du Père Kolbe : LA VIERGE MARIE EST L’EPOUSE DE L’ESPRIT-SAINT : ELLE PORTE LE NOM DE SON EPOUX = 738 Et ce Nom est celui que Son Epoux porte dans la Trinite . MARIE PORTE LE NOM QUE SON EPOUX LE SAINT-ESPRIT PORTE DANS LA TRINITE = 738 La conclusion est inévitable. Etant donné que le Nom du Saint-Esprit -Son Epoux- est IMMACULEE CONCEPTION, La Vierge Marie ne peut que porter ce même Nom. Et à la question de Bernadette à Lourdes qui tenait à la demande expresse de son abbé, de connaître le Nom de la Belle Dame qui lui apparaissait, la réponse ne pouvait être que « JE SUIS L’IMMACULEE CONCEPTION ». Le Code a tant en réserve pour corroborer ces géniales intuitions du père Kolbe!. Ainsi : MARIE A LE NOM DE L’EPOUX = 208 ce Nom est « L’IMMACULEE CONCEPTION » = 208 c’est effectivement le Nom de LA PERSONNE DE L’AMOUR = 208 Nous allons nous quitter avec un 738 – haut nombre de Vérité- pour une information pleine d’espoir pour nous qui sommes encore dans « la vallée des larmes ». Si notre vie actuelle se déroule entre deux pôles :celui de la naissance et celui de la mort, la Vierge Marie qui est l’Oeuvre accomplie de Dieu, le Modèle parfait du Plan divin, la Figure de ce que nous sommes appelés à devenir, a connu une vie située entre le pôle de la naissance et celui de la « dormition » ou »Assomption » selon la terminologie de l’Eglise. En effet, la mort est la conséquence du pêché originel . C’est une Parole de la Bible . Une affirmation de la Sainte Ecriture; Or, Marie ayant été conçue sans le pêché originel, ne pouvait par conséquent pas passer par la mort. Elle connut pour Son Passage Terre-Ciel, un doux sommeil : la « dormition » appelée aussi « l’Assomption », et fut enlevée au Ciel Corps et Âme, rentrant au Ciel justement avec Son Corps et son Âme glorifiés. IL ne pouvait pas en être autrement. Oui, scande le Code du Saint-Esprit : LE SAINT-ESPRIT A FORME SON EPOUSE MARIE AVEC L’ESSENCE DIVINE INCORRUPTIBLE = 738 Elle ne pouvait donc PAS MOURIR ! « JE SUIS L’IMMACULEE CONCEPTION »= 291 signifie que LA VIERGE MARIE EST IMMORTELLE = 291 Et vous cher lecteur, accepterez-vous de croire à l’issue de cette étude que LA VERITE SUR MARIE EST ENCODEE = 291 ! Elle l’est tant et si bien que je fais témoigner une dernière fois la sublime hauteur du Golgotha sur lequel Le Fils de l’Immaculée a offert Sa Vie pour nous sauver et faire de nous tous de futures « Immaculées Conceptions » qui seront enfantées par sa Mère qu’Il nous donna au pied de la Croix . Ainsi nous aussi, comme la belle Dame de Lourdes, nous serons immortels, nous connaîtrons enfin la VIE ÉTERNELLE, Celle de l’Esprit, Celle de la Joie, en un mot, Celle de DIEU. LE CODE NUMERIQUE DE DIEU PROUVE PAR LE LANGAGE LA DIVINE IMMACULÉE CONCEPTION DE MARIE = 7 3 8 Pèlerins de Lourdes, vous avez raison d’avoir l’espérance. Sous peu, vous serez exaucés, car Il revient éclatant de Gloire le doux Jésus Bien-Aimé. Déjà l’Amour tressaille et Son Coeur de Colombe qui palpite à l’unisson du Coeur immaculé va bientôt faire danser tout ce qui vit .