Une question ? Nous vous répondons :
9h30-12h & 14h-17h
0565780195

mercredi 29 juin 2022

Saint Paul

Articles Persécution

Persécution

2019 - Les chrétiens sont le groupe religieux le plus persécuté dans le monde

Un rapport établi sur les données des Nations Unies et sur les documents et statistiques de plusieurs ONG montre que les chrétiens sont le groupe le plus persécuté, subissant à lui seul 80% des attaques à caractère religieux. Mandaté en décembre 2018 par le ministère des Affaires étrangères britannique, pour mener une recherche sur l’état de la persécution dans le monde, Philip Mountstephen, prélat anglican de Truro, dans l’ouest de l’Angleterre, a dévoilé son rapport final le 12 juillet 2019. En conférence de presse, l’auteur du rapport a précisé qu’il avait été personnellement frappé par l’ampleur du phénomène, mais aussi par le nombre d’autres questions que le sujet de la persécution avait révélées : « Si vous soulevez la pierre marquée “persécution”, vous trouvez toutes sortes de choses vraiment sinistres en dessous : vous trouvez du nationalisme militant, des régimes autoritaires (…), du fondamentalisme religieux d’obédiences diverses, tous souvent très intolérants envers les minorités chrétiennes ». En 2018, l’Index mondial des persécutions faisait mention de 215 millions de chrétiens persécutés pour leur foi. En 2019, ce chiffre a été revu et augmenté à « plus de 245 millions ». C’est un chrétien sur neuf dans le monde. En Asie, les statistiques sont encore plus impressionnantes : un chrétien sur trois risque d’être persécuté.

La bataille de Notre-Dame de Paris ne fait que commencer - Alain Escada (Vidéo)

Enregistrement du discours d’Alain Escada, président de Civitas, prononcé le dimanche 12 mai 2019, place des Pyramides à Paris, à l’issue du défilé organisé en hommage à sainte Jeanne d’Arc. Alain Escada revient, factuellement, sur tous les éléments qui amènent les Français à poser de légitimes questions sur les causes réelles de l’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Les Vendéens - Guerre de Vendée - Film

Le 21 janvier 1793, à Paris, Place de la Révolution, le Roi Louis XVI est guillotiné. Sa tête, montrée au peuple, est jetée en défi à tous les souverains d’Europe. Le peuple vendéen n’acceptera pas ce sacrilège. Un mois plus tard, à l’occasion de la conscription décrétée par la Convention, il va se soulever en masse contre la tyrannie révolutionnaire et les persécutions contre les Catholiques. Derrière les chefs exemplaires qu’il s est donné (Cathelineau, Charette, La Rochejaquelein), ce peuple, mû par une foi en Dieu sans pareille, se battra corps et âmes jusqu’au suprême sacrifice. L’insurrection vendéenne et sa répression aveugle par la terreur constituent l’un des épisodes les plus tragiques de l histoire de France. Le nombre des victimes reste encore incertain : 200.000…, 400.000…, 600.000 morts… ? La Vendée continue d’interroger l’Histoire.

Plaine de Ninive (Irak) : le combat des chrétiens pour leur terre

Les chrétiens de la plaine de Ninive (Irak) s’élèvent contre un projet de l’administration visant à obtenir le monopole sur la répartition des terres de la région : au risque d’islamiser une terre marquée traditionnellement par une forte présence chrétienne. Mgr Yohanna Petros Moshe tire la sonnette d’alarme : les nouvelles mesures administratives visant à favoriser l’implantation de musulmans dans la plaine de Ninive, afin de remplacer les populations chrétiennes qui ont fui l’organisation Etat Islamique, doivent être suspendues « avant qu’il ne soit trop tard », écrit le prélat dans une lettre adressée au Premier ministre irakien, Adel Abdul Mahdi, et citée par Fides le 6 mars 2019. Depuis plusieurs semaines, les communautés chrétiennes restées sur place s’inquiètent d’un projet au nom évocateur de Sultan City, devant concerner la région de Bartella, traditionnellement peuplée de chrétiens. Le projet immobilier prévoit de récupérer les terrains agricoles appartenant à des familles chrétiennes dans la zone désormais aux mains des milices chiites considérées comme proches de l’Iran. Même si sur le papier une partie considérable des maisons en construction serait encore réservée aux populations locales chrétiennes, ces dernières dénoncent un plan visant à assurer à la minorité chiite des Shabaks le monopole dans l’attribution des futurs nouveaux logements. Le projet a également été le même jour dénoncé par Dawood Baba, représentant du Conseil syro-chaldéen de la plaine de Ninive, qui exige que l’on s’en tienne aux décisions de la Cour fédérale interdisant jusqu’ici toute modification de la répartition des terres en cas d’évolution démographique. Aux sources du projet : l’Islam conquérant Nous sommes en présence d’une conséquence lointaine mais prévisible des bouleversements engendrés par la guerre en Irak. Malgré les reproches que l’on pouvait lui faire, le gouvernement baasiste assurait une certaine protection aux chrétiens et réprimait les tentatives “religieuses” de l’islam dans ce pays. Après la guerre d’Irak en 2003, le parti Baas est dissous, entraînant une désorganisation profonde qui profitera à l’islamisme. Il faut savoir que les musulmans ont des devoirs collectifs, à côté des cinq piliers de l’islam qui sont individuels. Parmi ces devoirs, relevons : avoir des chefs (musulmans) ; avoir des juges (musulmans également) ; le jihad ; le califat ; ordonner le bien et interdire le mal (à tous les hommes). Il faut comprendre qu’une communauté musulmane qui ne possède pas ces éléments ou qui ne cherche pas à les obtenir est fautive. Nous possédons ainsi les principes explicatifs profonds de la naissance de l’Etat islamique. Ce dernier ayant été finalement vaincu, il n’en reste pas moins que les germes qui l’ont fait naître sont toujours présents, et à tous les niveaux. La revendication communautaire, exacerbée par les événements récents, va donc se manifester selon un autre schéma, bien connu des chrétiens d’Orient depuis des siècles : l’étranglement progressif et la mise en dhimmitude. Il reste à prier pour soutenir la chrétienté d’Irak dans ce nouveau combat pour sa survie.

Dans le domaine de la discrimination, l’indignation serait-elle sélective ?

Le ministère de l’Intérieur a publié le 12 février un bilan 2018 du racisme et de l’antisémitisme en France, jugé alarmant. Peu de commentateurs ont souligné que ce sont les actes antichrétiens qui demeurent, de loin, les plus nombreux. Les faits « à caractère raciste et xénophobe » enregistrent une baisse de 4,2%, avec 496 actes en 2018. Les actes antimusulmans atteignent leur plus bas niveau depuis 2010 avec une centaine de faits. Les actes antichrétiens s’élèvent quant à eux à 1.063 faits recensés, contre 1.038 en 2017.

La célèbre nécropole des rois de France, située au nord de Paris, a été visitée et dégradée après l’intrusion d’une ou de plusieurs personnes. D’après Le Parisien, des vitraux ont été brisés, les portes du buffet du grand orgue fortement endommagées, tout comme le moteur de l’instrument.

Selon la conservatrice de la basilique, Saadia Tamelikecht, l’auteur des faits se serait retrouvé « coincé dans l’immense orgue » et aurait « endommagé le moteur et cassé les portes » pour s’en sortir. Des traces de sang ont également été retrouvées au milieu des bris de vitraux. En plus de l’instrument et des vitraux par lesquels le ou les individus sont entrés, deux autres vitraux ont été brisés et deux serrures forcées.

Les vitraux brisés datent du XIXe siècle. Ils font partie de ces pièces retravaillées par les architectes de la restauration de la basilique, François Debret (1777-1850) et Eugène Emmanuel Viollet le Duc (1814-1879), suite aux destructions de la Révolution. L’enquête a été confiée au commissariat de Saint-Denis.

Au mois de février 2019, cinq autres lieux de culte ont été vandalisés en France en quelques jours. La série a débuté le 4 février. Une statue de la Vierge a été retrouvée en morceaux sur le sol de l’église Saint-Nicolas d’Houilles (Yvelines). C’était la troisième fois en dix jours que le curé signalait des actes de vandalisme à la police. Fin janvier, la croix d’autel avait été jetée à terre et le fauteuil du célébrant endommagé. Les auteurs n’ont pas été identifiés.

Le 5 février, une nappe d’autel et la crèche de Noël ont pris feu dans la cathédrale Saint-Alain de Lavaur (Tarn). Les incendiaires ont aussi tordu le bras à la statue d’un Christ en croix. Deux adolescents ont été interpellés. « Dieu pardonnera. Pas moi », a alors réagi le maire, Bernard Carayon, dans la presse locale. La mairie venait de contribuer à de coûteux travaux de rénovation.

Le 6 février, une paroissienne a découvert une croix peinte au mur avec des excréments dans l’église Notre-Dame-des-Enfants, à Nîmes (Gard). Des hosties y étaient collées. Celles du tabernacle, forcé, avaient disparu. Des excréments qui jonchaient le sol, avaient souillé « plusieurs statues ».

Le 9 février, un malfaiteur a brisé un vase sacré et répandu les hosties sur l’autel de l’église Notre-Dame, à Dijon. Le sacristain a alerté la police. Une messe de réparation a été célébrée l’après-midi même par l’évêque, Mgr Roland Minnerath.

Enfin, le tabernacle de l’église Saint-Nicolas a été retrouvé renversé le 10 février à Maisons-Laffitte (Yvelines). Arrêté, un SDF de 35 ans a reconnu les faits avant d’être interné dans un hôpital psychiatrique.

Un traité des Nations Unies veut rendre criminel l’enseignement de l’Église

Selon c-fam, organisation pro-famille présente à l’ONU : La semaine dernière (février 2019), j’ai alerté sur les négociations en cours aux Nations Unies en vue d’un nouveau traité juridiquement contraignant qui transformera des enseignements de l’Église en crimes contre l’humanité. Certains de ceux qui m’ont écrit étaient incrédules. Comment cela pouvait-il être possible ? Voici comment. Les États membres des Nations Unies sont en train de négocier un nouveau traité juridiquement contraignant sur les « crimes contre l’humanité ». Ces derniers sont généralement considérés comme des crimes qui blessent toute l’humanité, comme le génocide des Juifs par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale. Le nouveau traité pourrait bien comprendre les éléments suivants : « Orientation sexuelle et identité de genre » Et « Grossesse forcée » Sachez que nous sommes contre toute discrimination injuste contre ceux qui sont attirés par les personnes du même sexe. Cependant, nous ne pouvons soutenir l’idée selon laquelle s’opposer à « l’orientation sexuelle et à l’identité de genre » serait un nouveau « crime contre l’humanité ». Cela incriminerait l’enseignement de l’Église. Nous nous sommes trouvés affrontés à la « grossesse forcée » lors de la création de la Cour Pénale Internationale, il y a vingt ans. Entre les mains de la gauche, « grossesse forcée » est une expression signifiant qu’une femme ne peut avoir recours à l’avortement. En travaillant avec les États membres des Nations Unies il y a vingt ans, nous l’avions fait définir comme le viol répété d’une femme ayant pour objectif de modifier le profil démographique d’un pays, autrement dit, retenir une femme prisonnière jusqu’à l’accouchement. Mais la gauche revient à la charge et veut inclure la « grossesse forcée » dans le nouveau traité mais sans définition, de manière qu’elle puisse la définir plus tard contre les enfants à naître. C’est ainsi que le nouveau traité va rendre criminels les enseignements de l’Église.”

Hausse du nombre de missionnaires morts de façon violente en 2018

Au cours de l’année 2018, 49 missionnaires catholiques ont été tués dans le monde, cela représente une augmentation de plus du double si l’on compare ce nombre aux 23 tués de l’année précédente, selon les informations recueillies et publiées par l’agence Fides, le 29 décembre 2018. 35 prêtres, 1 séminariste et 4 laïcs composent le tableau des missionnaires tombés l’an passé : en Afrique, ont été tués 19 prêtres, 1 séminariste et 1 laïque ; en Amérique, ont été tués 12 prêtres et 3 laïcs ; en Asie, 3 prêtres ont perdu la vie, contre un seul en Europe. Comme le rappelle Fides, la liste établie concerne tous les missionnaires morts de façon violente, ce qui inclut la haine de la foi, mais aussi parfois d’autres motifs. Ainsi pour 2018, de nombreux agents pastoraux ont perdu la vie dans le cadre de tentatives de vols ou de cambriolages perpétrés parfois de manière féroce, dans des contextes de dégradation morale, économique et culturelle. Enfin, n’oublions pas qu’il convient d’ajouter « la longue liste de ceux, nombreux, dont on ne saura jamais rien, pas même le nom, et qui souffrent dans tous les coins de la terre et paient de leur vie leur foi en Jésus-Christ », conclut le rapport de l’agence vaticane.

Hommage aux uniates martyrs victimes du communisme

L’Institut d’histoire de l’Eglise gréco-catholique ukrainienne (IHE) publie, pour son 25e anniversaire, un Livre noir de la persécution anti-catholique perpétrée par le pouvoir soviétique dans le pays au cours du XXe siècle. Unie à Rome depuis 1596, l’Eglise dite uniate, persécutée sous Lénine, fut interdite par Staline qui l’intégra de force à l’orthodoxie en 1946. Seul un tiers du clergé accepta de rejoindre le Patriarcat de Moscou, aux mains du pouvoir soviétique. La plupart se résigna à l’exil à l’étranger. Pour une minorité de clercs, estimée à 10%, ce fut le choix de la clandestinité, avec le risque de payer le prix fort dans les goulags. Ce Livre noir de la persécution anti-catholique puise dans un fonds considérable collecté par l’IHE : 9 000 photographies, 5 000 documents et 2 281 entretiens, soit 150 000 pages de dépositions retranscrites. L’ouvrage montre les ordinations dans les camps de concentration, la préservation du monachisme, la tenue des offices dans les forêts, les études au séminaire clandestin, mais aussi la surveillance et la répression du clergé, et les prêtres morts en déportation. Si la chute du régime communiste a permis, le 1er décembre 1989, la renaissance officielle de l’Eglise gréco-catholique d’Ukraine, d’autres combats restent à mener, et parfois même à l’intérieur de l’Eglise – ce qui est paradoxal – surtout depuis que le pape François, recevant le 30 mai 2018 une délégation du Patriarcat de Moscou, a fermement rejeté l’uniatisme, comme « chemin d’unité aujourd’hui ». Comme s’il pouvait exister une autre voie pour favoriser l’unité de l’Eglise que celle de l’extinction des hérésies et du retour des schismatiques à l’Eglise une, sainte, catholique et apostolique, fondée sur Pierre (cf. Mt. 16, 18). Lidiya Houbytch et Svitlana Hourkina, Persécutés pour la Vérité : Les gréco-catholiques ukrainiens derrière le rideau de fer, éditions de l’Université Catholique d’Ukraine, 192 pages, 40 €.

Kosovo : près de 150 lieux de culte chrétien pillés, détruits, incendiés... (Vidéo-documentaire)

Une chrétienté abandonnée face à un Islam agressif et de plus en plus radicalisé. Le Kosovo-Métochie est une terre où la chrétienté orthodoxe est présente depuis plus de 700 ans. Ce « berceau » du christianisme orthodoxe en Serbie, compte plusieurs monuments placés sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO mais aussi sur la liste du patrimoine mondial en péril. Le Kosovo, c´est une chrétienté en péril : depuis l´an 2000 on dénombre près de 150 lieux de culte chrétien pillés, détruits, incendiés… Pour les serbes orthodoxes, il s’agit donc d’un enjeux de première importance depuis l’autoproclamation d´indépendance du Kosovo: maintenir la flamme vivace et préserver tout ce qui peut l´être. Ce documentaire (avril 2017) est une sorte d´état des lieux de la situation dans laquelle perdurent la tradition et la présence serbe orthodoxe, comment elle se maintient en vie dans ses monastères et rayonne dans ses villages, chez les fidèles. Une communauté soumise à épreuve face à la tentation de radicalisation d´un Islam démographiquement majoritaire au Kosovo. Produit par KTO et Vicken Production. Réalisé par Eddy Vicken et Yvon Bertorello avec le soutien de l’association Solidarité Kosovo. http://www.solidarite-kosovo.org/ Pour soutenir Solidarité Kosovo : http://www.solidarite-kosovo.org/fr/dons-en-ligne

Le discours du Rabbin Reichhorn

Le discours du rabbin Reichhorn est un témoignage précieux, nous permettant de mieux comprendre la société actuelle. Ce document a été publié dans le numéro du 1er juillet 1880 du Comtemporain, grande revue parisienne, avec le titre Compte rendu de Sir John Readeliff sur les évènements politico-historiques survenus dans les dix dernières années. Il s’agit de l’oraison funèbre que le rabbin Reichorn prononça, en 1869, sur la tombe du grand rabbin Siméon-ben-Jéhouda.
« 1. Tous les cent ans, nous, les Sages d’Israël, nous sommes accoutumés à nous réunir en Sanhédrin afin d’examiner nos progrès vers la domination du monde que Jéhovah nous a promis et nos conquêtes sur l’ennemi, le christianisme. « 2. Cette année, unis sur la tombe de notre révérend Simeon ben-Ihuda, nous pouvons affirmer avec fierté que le siècle dernier nous a rapprochés de notre objectif et que cet objectif sera bientôt atteint. » « 3. L’or a toujours été et sera toujours le pouvoir irrésistible. Géré par des mains expertes, il sera toujours le levier le plus utile pour ceux qui le possèdent et l’objet d’envie pour ceux qui ne le possèdent pas. Avec de l’or, nous pouvons acheter la plupart des consciences rebelles nous pouvons fixer le taux de toutes les valeurs, les prix actuels de tous les produits, subventionner tous les emprunts d’État et tenir ainsi les États à notre merci. » « 4. Déjà les principales banques, les échanges du monde entier, les crédits de tous les gouvernements sont entre nos mains. » « 5. L’autre grande puissance est LA PRESSE. En répétant sans cesse certaines idées, la presse réussit à les faire accepter comme des vérités. Le théâtre nous rend des services analogues. Partout, la presse et le théâtre obéissent à nos ordres. » (remplacer aujourd’hui théâtre par cinéma) « 6. Par l’éloge incessant de la RÈGLE DÉMOCRATIQUE, nous diviserons les chrétiens en partis politiques, nous détruirons l’unité de leurs nations, nous sèmerons la discorde partout. Réduits à l’impuissance, ils se prosterneront devant la LOI DE NOTRE BANQUE, toujours unie et toujours dévouée à notre cause. » « 7. Nous forcerons les chrétiens dans des guerres en exploitant leur orgueil et leur stupidité. Ils se massacreront et nettoieront le terrain sur lequel nous pourrons mettre notre peuple. » « 8. La possession de la terre a toujours eu une influence et un pouvoir. Au nom de la justice sociale et de l’égalité, nous allons diviser les grandes propriétés; nous donnerons les fragments aux paysans qui les convoitent de toutes leurs forces et qui bientôt vont nous être redevables par le coût de les exploiter. » Notre capital fera de nous leurs maîtres. Nous deviendrons à notre tour les grands propriétaires, et la possession de la terre nous assurera le pouvoir. » « 9. Essayons de remplacer la circulation de l’or par du papier-monnaie; nos coffres absorberont l’or, et nous réglerons la valeur du papier qui nous rendra maîtres de toutes les positions. » « 10. Nous comptons parmi nous beaucoup d’orateurs capables de feindre l’enthousiasme et de persuader les foules. Nous les répandrons parmi le peuple pour annoncer les changements qui assureraient le bonheur du genre humain. Par l’or et par la flatterie, nous gagnerons le prolétariat qui se chargera d’annihiler le capitalisme chrétien. Nous promettrons aux ouvriers un salaire qu’ils n’ont jamais osé rêver, mais nous augmenterons également le prix des produits de première nécessité afin que nos profits soient encore plus importants. » « 11. De cette manière, nous préparerons les révolutions que les chrétiens feront eux-mêmes et dont nous récolterons les fruits. » « 12. Par nos moqueries et nos attaques contre eux, nous rendrons leurs prêtres ridicules, puis odieux, et leur religion aussi ridicule et odieuse que leur clergé. Nous serons alors maîtres de leur âme. Pour notre pieux attachement à notre propre religion, à notre propre culte, prouvera la supériorité de notre religion et la supériorité de nos âmes. » « 13. Nous avons établi nos propres hommes à tous les postes importants. Nous devons nous efforcer de doter les Goyim d’avocats et de médecins; les avocats sont au courant de tous les intérêts; les médecins, une fois à la maison, deviennent confesseurs et directeurs de conscience. » « 14. Mais surtout, monopolisons l’éducation. Par ce moyen, nous diffusons des idées qui nous sont utiles et façonnons le cerveau des enfants comme il nous convient. » « 15. Si l’un de nos membres devait malheureusement tomber entre les mains de la justice parmi les chrétiens, nous devons nous dépêcher de l’aider; trouver autant de témoins qu’il le faut pour le sauver de ses juges, jusqu’à ce que nous devenions nous-mêmes juges. » « 16. Les monarques du monde chrétien, gonflés d’ambition et de vanité, s’entourent de luxe et de nombreuses armées. Nous leur fournirons tout l’argent que leur folie exige, et nous les tiendrons ainsi en laisse. » « 17. Veillons à ne pas entraver le mariage de nos hommes avec des chrétiennes, car grâce à elles, nous mettrons notre pied dans les cercles les plus fermés. Si nos filles épousent des Goyim, elles ne seront pas moins utiles, car les enfants d’une mère juive sont des nôtres. Encourageons l’idée de l’amour libre, afin que nous puissions détruire chez les femmes chrétiennes l’attachement aux principes et aux pratiques de leur religion. » « 18. Depuis des siècles, les fils d’Israël méprisés et persécutés s’emploient à s’ouvrir la voie du pouvoir. Ils vont droit au but. Ils contrôlent la vie économique des maudits chrétiens; leur influence est prépondérante sur la politique et sur les mœurs. » « 19. À l’heure souhaitée, fixée à l’avance, nous lancerons la Révolution qui, en ruinant toutes les classes du christianisme, asservira définitivement le chrétien à nous. Ainsi sera accomplie la promesse de Dieu faite à son peuple. »

Les communistes haïssent la religion chrétienne

Les leaders de Pékin ne sont que les pions du prince de ce monde. Lentement mais sûrement, le communisme tisse sa toile et nos contemporains ne voient rien, ne comprennent pas l’ENFER que les mondialistes vont leur imposer. La Chine ouvre la voie à ce qui va advenir quand les marchés financiers plongeront, mettant fin au capitalisme. (…) Les médias sont silencieux quant aux événements ayant lieu en Chine. Comme dans de nombreuses régions du Moyen-Orient, nous assistons à une persécution grandissante à l’égard de la communauté chrétienne. « Les abus atteignent des niveaux sans précédent ! Il y a une épuration totale des chrétiens dans la province du Zhejiang, en Chine orientale, perpétrée par le gouvernement », selon des organisations surveillant la situation sur le terrain. ChinaAid, un groupe de surveillance, a déclaré que les gouvernements locaux prenaient en charge la persécution des chrétiens et avaient pour mission de la part de Pékin (communiste) d’éradiquer le christianisme. Le gouvernement a ainsi interdit toutes sortes de réunions religieuses. Plus question de services religieux, interdiction d’organiser des réunions de prière. Non seulement les autorités chinoises interdisent les événements religieux chrétiens, mais elles appellent les gens à renoncer à leur foi, en particulier en Jésus-Christ. Les communistes haïssent la religion chrétienne Les gouvernements Wenzhou et Shaoxing, de la province orientale, sont particulièrement attachés à éradiquer le christianisme. Pour s’introduire chez les populations et surtout dans les églises, les policiers se présentent souvent en prétextant vouloir inspecter les maisons et mener une enquête de « sécurité incendie ». « Ils se promènent ainsi dans les églises et soulignent arbitrairement que certaines installations ne répondent pas aux normes de sécurité contre l’incendie », explique un chrétien du Hangzhou. Dans la foulée, « ils vous obligent à réformer le tout dans les deux semaines. Même si vous faites exactement ce qu’ils ont dit, ils jugent les mesures prises insuffisantes, lors de leur prochaine inspection. Vous êtes ainsi sans défense », a poursuivi Li. Non seulement les fonctionnaires du gouvernement marxiste de Pékin interdisent tous les rassemblements religieux, mais ils exercent aussi des pressions sur les enseignants dans leurs croyances religieuses. Par exemple, à Wenzhou, chaque enseignant doit jouer un rôle important. « Beaucoup d’écoles à Wenzhou étudient les origines religieuses des étudiants. Premièrement, ils cherchent à savoir si les parents sont catholiques ou chrétiens. Ensuite, ils découvrent les noms, adresses domiciliaires et adresses de leurs lieux de travail. Finalement, ils se présenteront chez vous et vous demanderont de renoncer à votre croyance religieuse », a confié un chrétien anonyme. Un autre chrétien anonyme a expliqué que les croyants à Wenzhou sont également ciblés sur leurs lieux de travail. Ils sont souvent pris pour cible par leurs patrons et ont perdu des salaires ou des primes en raison de leur foi. Ces techniques sont utilisées pour essayer d’amener les chrétiens à cesser d’aller à l’église. Wenzhou est traditionnellement connue comme une communauté chrétienne en raison de sa grande population de croyants. Beaucoup se réfèrent même à elle comme « la Jérusalem de la Chine ». Ses membres ont subi une intense persécution au cours des dernières années, et elle ne fait que croître. La présidence américaine se prétend conservatrice dans ses valeurs et a sollicité le vote des chrétiens en novembre 2016, mais comment s’entendre avec un pouvoir communiste comme celui de Pékin pour faire du business quand celui-ci persécute ses populations pratiquant les valeurs essentielles à la confiance dans le commerce international ? Que faire dans cette situation ? Du Moyen-Orient à la Chine, les tentacules de la Synagogue de Satan s’investissent aussi en Occident et cherchent à liquider le christianisme. Nous publions un article du Père Grignion qui apportera de l’espoir et un puissant remède.

Le visage de l’Islam

L’épiscopat catholique allemand et le patriarcat orthodoxe de Moscou dénoncent à leur tour la “fatwa” du grand mufti d’Arabie saoudite. Après l’épiscopat catholique autrichien, c’est au tour de l’épiscopat catholique allemand de dénoncer la scandaleuse fatwa du sheikh Abdul Aziz bin Abdullah, grand mufti d’Arabie saoudite, appelant à la destruction de toutes les églises chrétienne de la péninsule arabique. Dans une déclaration de vendredi dernier, Mgr Robert Zollitsch, archevêque de Fribourg-en-Brisgau et président de la Conférence épiscopale allemande, a dénoncé « l’absence de respect pour la liberté religieuse et la libre coexistence des religions » du grand mufti, notamment pour les travailleurs étrangers chrétiens qui font tourner l’économie saoudienne. De son côté dès mardi dernier (mai 2018), l’archevêque Marc de Yegorievsk, président du département pour les Églises à l’étranger du patriarcat orthodoxe de Moscou, avait déclaré à l’agence Interfax « alarmante » cette fatwa tout en estimant que les pays de la péninsule arabique ne manqueraient pas « d’être surpris par l’appel de ce sheikh, et l’ignoreront »… On peut toutefois en douter compte tenu des mentalités d’une partie des populations de la région.

Une Syrienne chrétienne révèle ce qui se passe réellement en Syrie…

« H » est née à Damas, et a immigré légalement aux Etats-Unis depuis la Syrie il y a plus de 20 ans, bien avant que la guerre actuelle ne commence. Elle est devenue citoyenne étatsunienne et a obtenu un doctorat d’une université étasunienne. Elle parle couramment l’anglais et l’arabe. Elle est récemment revenue d’un voyage en Syrie, où elle a de nombreux membres de la famille et des amis qui la tiennent au courant de la situation là-bas. Elle est aussi l’une des chrétiennes les plus aimables et les plus dévouées que j’ai jamais rencontrée. Je garde le nom de H. confidentiel, car je ne souhaite pas que cette interview compromette la sécurité de sa famille en Syrie ni le statut de son travail professionnel aux États-Unis. J’avais initialement prévu que notre discussion se fasse en deux parties. Je lui aurais d’abord donné un bref aperçu de l’histoire de la politique étasunienne. Quand nous nous sommes assis, j’ai dit à H. que j’étais journaliste depuis 1985. J’ai commencé à expliquer que les Etats-Unis sont dirigés par une oligarchie qui se dissimule derrière une façade de démocratie bipartite, que les candidats présidentiels sont depuis longtemps présélectionnés, que les Étasuniens ont été à plusieurs reprises trompés dans des guerres, et que notre presse est contrôlée par le même establishment qui contrôle les politiciens. H. souriait, et j’ai pu rapidement conclure que rien de ce que je disais ne lui était étranger. Il se confirmait ainsi que la célèbre commentatrice, la « Syrian Girl » dont les comptes Facebook et YouTube ont été censurés – disait vrai : les Syriens sont bien informés sur le Nouvel Ordre Mondial. En effet, les Syriens en savent plus sur les réalités de la géopolitique étasunienne que la plupart des Étasuniens. Alors, après environ quatre minutes, j’ai ri et j’ai dit à H. que ma « conférence » était terminée. Et je lui ai demandé de me dire la vérité sur la Syrie. ____ JP: Tout d’abord, parlez-moi de Bachar al-Assad. Les médias étasuniens et de nombreux politiciens ici le décrivent comme un dictateur diabolique qui opprime le peuple syrien et qui doit être renversé dans l’un de nos «changements de régime» sans fin. Comment les Syriens eux-mêmes se sentent-ils à propos d’Assad? Je voudrais en particulier que vous nous disiez comment les chrétiens syriens le considèrent. H: Ils l’aiment. Les chrétiens l’adorent. Il respecte toutes les religions. Beaucoup d’Etasuniens ont cette idée erronée que la Syrie est un état musulman. Ce n’est pas le cas. La Syrie est un état laïc où les chrétiens sont minoritaires. Chaque mois, Bachar rend visite aux religieuses du monastère de Mère Thecla, qui avaient été enlevées par l’Etat islamique (EI/ISIS), et il a également rendu visite au monastère de Seidnaya. Vous savez, Bachar n’était pas censé devenir président. Son frère était en train d’être préparé pour ce poste. Bashar était formé pour devenir ophtalmologue. Mais à la mort de son frère, son père lui a demandé de se préparer à prendre la relève. Bachar a apporté à la Syrie une grande prospérité. Il y a des années, après que les États-Unis nous aient imposé des sanctions, nous avons été forcés de produire nos propres biens. C’était difficile, mais nous sommes devenus autosuffisants et nous avons commencé à exporter de nombreux produits. Vous savez, la Syrie n’avait pas de dette avant la guerre. Nous trouvons donc amusant que la presse étasunienne nous appelle un «pays du tiers-monde», compte tenu de la dette des États-Unis. Quant à Assad, il est aimé par les Syriens. Il avait l’habitude de sortir sans protection à la rencontre des gens, sans gardes du corps. Vous savez, il est alaouite [les alaouites sont une branche de l’islam chiite], et la plupart des musulmans syriens sont sunnites, mais ils l’aiment quand même. Bien sûr, certains d’entre eux préféreraient avoir un président sunnite, et il y a des gens qui s’opposent à lui. Mais il n’y a pas un seul président qui soit aimé de tout son peuple. Regardez Obama, ou Trump, personne n’a une approbation à 100 pour cent. Mais la majorité des Syriens apprécient Bachar. Je connais personnellement des gens qui sont allés à l’école avec lui, et ils se portent tous garants de son caractère. JP: Dans l’armée syrienne, les chrétiens sont-ils à l’aise pour se battre aux côtés des musulmans? H: Oui. Ils luttent contre le même ennemi. Beaucoup de chrétiens sont morts au sein de l’armée syrienne. Je vais vous trouver quelques photos de soldats chrétiens qui prient à l’église avant d’aller au combat. JP: Maintenant, en ce qui concerne les soi-disant «rebelles» que soutiennent les États-Unis, combien d’entre eux sont-ils en réalité des Syriens? H: 80 à 90% sont des étrangers – la plupart ne parlent même pas l’arabe [la langue maternelle de la Syrie]. Ils viennent du monde entier – Afghans, Saoudiens, Libyens, Tchétchènes, même d’aussi loin que le Canada. Ils sont formés en Turquie et en Jordanie. JP: On m’a dit que les Etats-Unis payaient ces mercenaires plus que nos propres soldats. H: Je ne pourrais pas vous le confirmer, mais ils travaillent pour celui qui les paie le plus. JP: Il semble juste de dire que le Nouvel Ordre Mondial considère qu’ils peuvent trouver quelqu’un pour travailler pour eux s’ils paient suffisamment, que ce soit des banquiers, des politiciens, des présentateurs de journaux. ou des soldats. Maintenant, aux Etats-Unis, de nombreux termes confus circulent pour décrire les «rebelles» – EI, Daech, Al-Qaïda, Al-Nosra, les Casques blancs. Pouvez-vous développer ? H: EI c’est la même chose que Daech, ils sont soutenus par l’Arabie Saoudite. Jabhat al-Nosra reçoit le soutien du Qatar. Ils sont tous deux alliés des États-Unis, et les États-Unis le savent, et ils continuent à les appeler «rebelles modérés». Jabhat al-Nusra, Al-Qaïda, les Casques blancs, ce sont fondamentalement les mêmes. Quels que soient leurs noms, ils sont payés pour faire la guerre en Syrie. JP: Comme vous le savez, le film Les Casques blancs a reçu un Oscar en tant que «Meilleur documentaire». C’est un bel exemple de la politisation d’Hollywood. Bien sûr, Hollywood est géré par le même establishment qui contrôle les médias et le gouvernement. H: En fait, je n’étais pas au courant, et je n’ai pas vu ce film. En Syrie, nous les appelons «casques du mal» ou même «casques du diable». Ils produisent beaucoup de fausses nouvelles. Lorsque les combats ont commencé autour de Homs, des hommes encagoulés sont venus et ont forcé ma tante et certains de ses voisins à sortir du lit; ils les ont obligés à se tenir dehors, dans leurs vêtements de nuit. Les militants les ont filmés, puis cela a été diffusé sur Al Jazeera en disant: « Voilà ce que fait Assad à son peuple ». Comme vous le savez peut-être, Al Jazeera a conclu un accord avec Al Gore. Tout cela me rappelle le film Des hommes d’influence, où le gouvernement embauche un réalisateur hollywoodien pour filmer une fausse guerre, qui est ensuite diffusé aux nouvelles comme si cela se passait vraiment. Il est facile de fabriquer de fausses nouvelles de nos jours. JP: Je veux recommander à mes lecteurs de regarder le film Des hommes d’influence [avec Robert De Niro & Dustin Hoffman] s’ils ne l’ont pas déjà fait. Maintenant, qu’arriverait-il aux chrétiens syriens si Assad était renversé et si ces gens étaient victorieux? H: Vous ne voudriez pas le savoir. À Maaloula, quatre chrétiens, trois hommes et une femme se sont trouvés le pistolet sur la tempe par des hommes de l’EI et on leur a dit que s’ils ne renonçaient pas au Christ, ils seraient tués. Ils ont refusé et ils ont tous été fusillés. Les hommes ont été martyrisés, et la femme a été laissée pour morte, mais elle était encore vivante et a survécu pour raconter l’histoire. Je veux que vous sachiez que tous ces groupes non seulement tuent des chrétiens, mais tuent aussi des musulmans qui ne sont pas d’accord avec leurs croyances, qu’ils soient sunnites, chiites ou membres d’autres branches de l’Islam. JP: Pour moi, c’est une aberration que nous ayons ici aux Etats-Unis des partisans de Trump, qui sont des chrétiens pratiquants, mais qui encouragent sa politique de « Assad Must Go« , qui est identique à la politique Neocon « Assad Must Go » d’Obama, de John McCain et d’Hillary Clinton. Comme vous le savez, après avoir lancé les 59 missiles de croisière contre la base aérienne de Shayrat, j’ai écrit un article intitulé : 14 raisons pour lesquelles les frappes aériennes en Syrie étaient une très mauvaise idée. A titre d’exemple, vous ne pouvez pas démanteler des armes chimiques en les bombardant, cela ne ferait que les libérer dans l’atmosphère, blessant les gens. C’était une preuve positive que l’administration Trump savait qu’Assad n’avait pas largué d’armes chimiques sur son propre peuple. H: Et quel serait le mobile d’Assad, juste après avoir remporté une énorme victoire militaire? [Alep] Chaque fois que les médias commencent à parler d’armes chimiques, cela signifie une chose : l’armée syrienne a remporté un succès majeur. Comme celle que nous venons d’avoir dans la Ghouta, dont nous avions désespérément besoin, car si Ghouta tombait, Damas pourrait tomber, et ce serait la fin de la Syrie. Les Etats-Unis veulent freiner l’avancement de l’armée syrienne, alors elle crée un prétexte pour bombarder l’armée dont nous avons désespérément besoin pour nous protéger. JP: Oui. En fait, juste après que Trump ait bombardé la base aérienne, l’Etat islamique a lancé une nouvelle offensive près de Homs. Donc, ce qu’en réalité Trump a fait, c’est de livrer une attaque sur le flanc en appui à l’EI (ISIS), ce qui est très ironique, car il est arrivé au pouvoir en tant qu’opposant de l’extrémisme islamique. Bien sûr, les Etats-Unis ont longtemps soutenu secrètement l’EI (État islamique) avec des armes et de l’entraînement. Dites-moi, que pensent les Syriens des motivations du gouvernement étasunien? H: En Syrie, nous disons: Les Etats-Unis ne sont pas les Etats-Unis, les Etats-Unis c’est Israël. JP: Il y a d’anciens membres du Congrès, comme Cynthia McKinney et Jim Traficant, qui ont confirmé ce que vous venez de dire. H: Ma mère vient de Homs. C’est là que les militants ont eu leur toute première victoire. Savez-vous quel drapeau ils y ont levé quand cela s’est produit? JP: Non, je ne sais pas. H: C’était le drapeau israélien. Mes amis et les membres de ma famille ont pris des photos, puis ce drapeau a rapidement été retiré. JP: Eh bien, je suppose que cela ne devrait pas être une surprise. L’Etat islamique n’attaque jamais Israël, leurs blessés ont été soignés dans des hôpitaux israéliens et il y eu un colonel israélien [Yusi Oulen Shahak], capturé parmi les forces de l’Etat islamique. J’ai lu récemment que l’armée étasunienne avait mené un exercice conjoint avec les Israéliens, le plus important jamais organisé. Il comprenait une attaque simulée contre la Syrie, le Liban et même Gaza. H: Je ne le savais pas, mais je sais que les Etasuniens ont maintenant environ 20 bases en Syrie. Ils ont reçu de l’aide des Kurdes. JP: Vingt? Eh bien, ils sont vraiment sérieux au sujet de l’extension de la guerre. Et ils n’ont pas le droit d’être là. Vous pouvez imaginer comment les Etasuniens réagiraient si un pays étranger nous lançait des missiles de croisière et construisait des bases sur notre sol. Au fait, où avez-vous obtenu cette information sur les 20 bases? H: De l’actualité syrienne, ainsi que de mes contacts en Syrie. JP: À quel point considérez-vous les médias syriens comme fiables? H: Eh bien, je dois dire que dans n’importe quel pays, il y aura un certain biais dans ses médias d’information. C’est pourquoi il est toujours important d’avoir aussi ses propres contacts au travers des médias sociaux, des amis et de la famille sur le terrain, qui peuvent vous dire ce qui se passe réellement. JP: Ensuite, je souhaite vous demander comment les Syriens considèrent les Russes. H: S’il n’y avait pas eu l’intervention de la Russie, la Syrie serait tombée il y a longtemps. Les Russes sont de bonnes personnes selon l’opinion des Syriens. Ils ne nous ont jamais trahis. Vous savez, quand j’ai grandi en Syrie, nous vivions tout près de leurs bureaux gouvernementaux. J’avais l’habitude de les voir à la piscine. Je me sentais très à l’aise parmi eux, c’étaient des gens gentils qui s’occupaient de leurs propres affaires. Les Syriens font confiance à la Russie pour tenir parole, alors qu’ils ne font pas confiance aux USA. Tout le monde en Syrie, et dans tout le Moyen-Orient, sait que les Etats-Unis peuvent être ton ami un jour, puis te poignarder dans le dos un autre jour, parce qu’ils ont si souvent trahi des pays arabes. JP: Nous en avons de nombreux exemples – je suis sûr que vous savez, à un moment donné, nous armions Saddam Hussein et avant lui les Talibans. H: Oui. À propos, il y a eu une époque où les Syriens aimaient et respectaient vraiment les Etats-Unis. Mais cela a changé au cours des vingt dernières années. JP: Actuellement, il y a un grand renouveau chrétien en Russie, et Poutine est bien sûr un chrétien orthodoxe. Récemment, j’ai lu que l’une des raisons pour lesquelles il est intervenu en Syrie était de protéger l’Église orthodoxe, qui est en Syrie depuis 2000 ans, et qu’il avait été encouragé à le faire par le patriarche Cyrille. H: Eh bien, je n’en sais rien, c’est peut-être vrai. Cependant, je tiens également à dire qu’aucune nation ne sacrifie ses soldats à moins que ce soit dans son intérêt national. La Russie a des intérêts pétroliers et gaziers en Syrie, et cela leur procure également un accès supplémentaire à la mer, ce dont ils ont besoin. Bien sûr, l’Occident a ses propres plans pour le pétrole et le gaz syriens, ce qui menacerait l’économie russe. Vous devez comprendre, la situation en Syrie est très complexe. Nous avons les hauteurs du Golan qu’Israël nous a pris et ne veut pas rendre; la Syrie est donc en désaccord avec Israël. Il y a des sunnites en Syrie qui voudraient remplacer Assad par un président sunnite; cela satisferait bien sûr l’Arabie Saoudite, qui est un pays sunnite, et affaiblirait l’Iran qui est un pays chiite. Il y a beaucoup de facteurs et de raisons pour cette guerre, appelons-là une Troisième Guerre Mondiale par mercenaires interposés en Syrie, ainsi qu’en Irak et au Yémen. Les mêmes joueurs se trouvent dans ces pays. Donc, en bref, c’est une guerre entre deux puissances majeures, les Etats-Unis et la Russie, avec leurs alliés, qui se produit dans notre pays. En fait, cette récente affaire de l’agent double russe assassiné, et l’expulsion des diplomates russes, ce n’est peut-être pas une coïncidence si cela s’est produit en même temps que notre succès dans la Ghouta. Selon nos informations, les Russes ont averti les États-Unis de ne pas interférer en bombardant notre armée, au risque qu’il y ait des conséquences. JP: Eh bien, on s’est tous demandé si l’Occident utilisait l’affaire Skripal pour déclencher une guerre mondiale! Mais en d’autres termes, ils pourraient vraiment essayer de faire pression sur la Russie pour qu’elle recule en Syrie. H: Oui, ou pour faire une sorte de deal sur la Syrie. JP: Ensuite, je veux vous poser une question qui pourrait vous être difficile à aborder. Un jour, il y a quelques semaines, je vous ai vu pleurer et porter le deuil. Jai demandé ce qui s’était passé, et vous avez dit que votre région près de Damas avait été bombardée par les Israéliens. H: Pas seulement par les Israéliens, mais aussi par Jibhet el Nousra. Ils utilisent un type de bombe illégale, je ne me souviens plus de son nom. Mais il y a eu beaucoup de victimes, et rien de tout cela n’a été rapporté dans les médias Étasuniens. Nous [H et sa famille immédiate] avons eu de la chance, parce que nous nous trouvions justement là-bas, mais pas au moment où les bombardements ont eu lieu. JP: J’ai lu que les Israéliens essayaient de justifier ces attaques en disant qu’il y avait des Iraniens en Syrie. H: Oh, Jim, les Israéliens ne justifient pas! Ils font ce qu’ils veulent. Ils savent qu’ils peuvent s’en tirer avec n’importe quoi. JP: Eh bien, laissez-moi vous poser cette question. Y a-t-il des Iraniens en Syrie? H: Oui. Nous avons des volontaires iraniens dans l’armée syrienne. Nous avons perdu tellement de soldats dans cette guerre que nous avons besoin d’aide. JP: Et les Iraniens, pourquoi se battraient-ils pour la Syrie? H: Parce qu’ils savent que si la Syrie tombe, l’Iran est le prochain sur la liste. JP: Eh bien, c’est une raison logique. H: Bien sûr, les Iraniens soutiennent également le Hezbollah au Liban. Saviez-vous que c’est uniquement aux Etats-Unis, que le Hezbollah est appelé terroriste? En Europe, personne ne les appelle ainsi. JP: Les Syriens sont-ils optimistes ou pessimistes quant à la victoire? H: Nous espérons la victoire, et sommes encouragés par les succès de l’armée syrienne, mais les gens s’usent. Beaucoup ont faim et sont déprimés; beaucoup d’entre eux n’ont plus d’argent, parce qu’ils n’ont pas pu travailler pendant des années à cause de la guerre. En Syrie, quand quelqu’un dit «bonne journée», cela a un sens différent de celui des États-Unis. En Syrie « Passez une bonne journée » signifie généralement « J’espère que vous reviendrez vivant et en un seul morceau. » Parce que vous savez, vous pouvez revenir en vie, mais ne plus être en un seul morceau. JP: Y a-t-il autre chose que vous aimeriez que les Etasuniens sachent? H: La raison de la « crise de l’immigration syrienne » est la guerre. Beaucoup de gens ont été forcés de partir parce qu’ils n’ont pas le choix. Laissez-nous tranquille, et il n’y aura pas de problème d’immigration syrienne. Je voudrais aussi dire que j’aime les Etats-Unis, et je suis heureuse, reconnaissante et honorée d’être appelée une étasunienne. Je ne suis tout simplement pas d’accord avec ses politiques au Moyen-Orient. J’encourage les gens à regarder au-delà des gros titres et à réfléchir avant de se faire une opinion. Les gouvernements du monde entier créent de faux prétextes pour les guerres. Je mets au défi les Etasuniens et les dirigeants étasuniens, ainsi que les leaders mondiaux, de rivaliser pour faire avancer l’humanité, au lieu de rivaliser pour créer des armes qui détruisent l’humanité. C’est l’un de mes rêves de voir les gens travailler ensemble plutôt que les uns contre les autres, en créant l’abondance, et non pas la peur et la rareté. Quand les autres se portent bien, tout va bien. Comme l’a dit l’apôtre Jean, si vous n’aimez pas votre frère que vous avez vu, comment pouvez-vous aimer Dieu que vous n’avez pas vu? Article original en anglais : A Syrian Christian Reveals What Is Really Happening In Syria Traduction par JLG pour Mondialisation.ca, 31/03/2018

18 personnes ont cruellement perdu la vie en Chine, persécutées pour leur foi - web-documentaire

Bonjour, Nous faisons parvenir cet article afin de vous alerter sur des cas de violentes persécutions qui ont été commises en Chine. Après avoir pris connaissance de ces faits, nous avons pris contact avec l’Eglise en question dont de nombreux membres ont été tué ces dernières années. Nous nous sommes associés à eux pour réaliser ce webdocumentaire intitulé « 18 » , afin de rendre un dernier hommage à ces 18 personnes battues, torturées, mutilées, persécutées pour leur foi et qui ont cruellement perdu la vie en Chine. Le web-documentaire ci-dessous traite du Christianisme au sein de « l’Empire du Milieu » où les Chrétiens sont les victimes de la répression brutale du « PCC » Parti communiste chinois. Nous espérons qu’il suscitera en vous le désir de le diffuser au plus grand nombre, pour la rédaction d’article, de sujet médiatique ou autre… Nous restons à votre disposition en cas de besoin de complément d’information.

La fusillade d’une procession à Toula (Russie) en 1918

Le journal « Russkie Vedomosti » (N° 25, du 19 février 1918) le raconte comme cela fut : Hier, au concile local panrusse, on a reçu une déclaration sur la fusillade d’une procession à Toula… 50 000 personnes y prenaient part, des ouvriers, des membres de l’intelligentsia, des soldats, des participants saisis par un élan religieux extraordinaire provoqué par les persécutions contre l’Eglise. La veille de la procession, ceux qui ne voulaient pas l’autoriser ont déclaré à Toula l’état d’urgence militaire. L’évêque Juvénal de Toula l’a appris seulement au cours des vigiles. Il a envoyé au comité militaire révolutionnaire son prêtre principal pour dire qu’il avait appris l’instalaltion de l’état d’urgence trop tard et ne pouvait remettre la procession… L’évêque a demandé aux autorités d’agir en faveur de l’ordre… Les processions, depuis toutes les églises, ont convergé vers la place du Kremlin, où vers midi, après la liturgie, est arrivée la procession des évêques, depuis l’église de Notre Dame de Kazan, avec l’icône de la Mère de Dieu de Kazan. La place était pleine de monde. On commença à tirer à la mitraillette. On tirait vers le haut, en l’air, mais avec des cartouches de guerre. La pétarade des mitraillettes ne donnait pas la possibilité d’accomplir l’office d’intercession. Le peuple se mit à chanter : « Que Dieu ressuscite » et « Christ est ressuscité ». La foule avait un comportement calme. La procession se dirigeait à travers les portes Odoïevski vers la rue de Kiev. Au moment où les icônes étaient déjà sur la rue de Kiev, et où le clergé sortait des portes Odoïevski, des rafales de mitraillettes retentirent du côté du monastère de femmes. Quelques personnes de la procession tombèrent tuées et blessées. Près de l’hôtel « Artel » ils commencèrent à tirer sur les gens en prière au fusil. Le très saint vicaire fut blessé de deux balles… Une vieille tomba et fut tuée d’un tir à bout portant. On tuait tous ceux qui recouraient à des paroles de mesure ou de reproche. Furent tués en majorité des ouvriers… http://ortodoksiya.ru/index.php/84-istoriya/753-19-fevralya-1918-kommunisty-nachali-rasstrelivat-veruyushchikh-u-tserkvej#.Wo6TwZTXYQx.vk J’ai traduit cet article, car ce témoignage provient d’un journal de l’époque. Je vois des gens nier ce genre de choses et m’accuser de mentir, d’autres les minimiser. D’autres me disent que très peu de gens se sont soulevés, que tous étaient complices, que les croyants étaient peu nombreux. D’autres encore que les Russes supportent n’importe quoi. Qui, à l’époque, pouvait supposer, au sortir d’un état monarchique de droit, que, devant des processions de 50 000 personnes, les autorités feraient tirer sans hésiter à la mitraillette? On nous rebat les oreilles de la provocation du pope Gapone, qui parle de ces gens massacrés parce qu’ils défendaient leur Église, leurs sanctuaires et leur foi? La méchanceté qui se déchaînait alors ne pouvait pas forcément entrer dans l’esprit des gens normaux de l’époque. Exactement comme ici, en Europe, des tas de gens ne peuvent se figurer que nos gouvernements pourraient nous livrer à des coupeurs de tête et à des massacreurs, non, pas possible. Pas possible ?

Le miracle de l'ours

On emmenait le métropolite Cyrille (Smirnov) de Kazan et de Sviaj en déportation. Une nuit noire, il fut jeté du wagon en pleine vitesse. . C’était un hiver de neige abondante. Le métropolite tomba dans une énorme congère, comme dans un édredon, et ne se fit pas mal. Il en sortit avec peine, regarda autour de lui, la forêt, la neige, et aucun signe d’habitation. Il marcha longtemps dans la neige épaisse et à bout de forces, s’assit sur une souche. Le froid le pénétrait jusque aux os. Sentant qu’il commençait à geler, le métropolite Cyrille se mit à réciter pour lui-même les prières des morts. Soudain, il vit approcher de lui quelque chose de très gros et de sombre, il regarda plus attentivement : un ours. « Il va me dévorer » eut-il à l’esprit, mais il n’avait pas la force de fuir, et où ça ? Et l’ours s’approcha, flaira l’homme assis et se coucha tranquillement à ses pieds. Il émanait de l’énorme corps de l’ours de la chaleur et une bienveillance complète. Mais voilà qu’il se retourna et exposant sa panse au métropolite, s’étira de tout son long et se mit à ronfler béatement. Monseigneur hésita longtemps, en regardant l’ours endormi, puis ne supportant plus le froid paralysant, se coucha à côté de lui, se serrant contre le ventre chaud. Il restait étendu en se tournant tantôt d’un côté, tantôt de l’autre, contre le fauve, pour se réchauffer, et l’ours respirait profondément dans son sommeil et dispensait son haleine brûlante. Quand l’aube parut, le métropolite entendit le chant lointain des coqs. « Des habitations sont proches » fut l’heureuse pensée qui lui traversa l’esprit, et avec précaution, pour ne pas réveiller l’ours, il se remit sur pieds. Mais celui-ci se leva aussi et, s’étant secoué, se dandina vers la forêt. Et monseigneur, reposé, suivit le chant des coqs et arriva bientôt dans un petit village. https://www.facebook.com/870572866430397/photos/a.870581209762896.1073741828.870572866430397/966449963509353/?type=3 page Facebook https://www.facebook.com/swodru/ Русская Церковь в советское время. Воспоминания и свидетельства L’Eglise russe à l’époque soviétique, souvenirs et témoignages Merci à Laurence pour la traduction.

Pourquoi un vrai chrétien rencontre la haine dans le monde ?

« Et vous serez haïs de tous, à cause de mon nom » (Luc 21:17). Tous ceux qui s’aiment plus que ce qu’ils aiment Dieu détestent les disciples du Seigneur Jésus. Tous ceux qui aiment le corps plus que ce qu’ils aiment l’âme haïront les disciples du Seigneur Jésus. Tous ceux qui aiment ce monde plus que ce qu’ils aiment le Royaume éternel de Dieu détestent les disciples du Seigneur Jésus. Tous ceux qui aiment le péché plus que ce qu’ils aiment la vertu haïront les disciples du Seigneur Jésus. Le nombre de ceux qui haïssent le nom de Jésus est parfois plus important et parfois moindre. Cependant de quelque importance que soit leur nombre, mes frères, ne craignez rien, car le nombre des anges et des saints est incommensurable. Le nombre de vos frères dans le ciel, à savoir, ceux qui aiment le Seigneur Jésus, dépasse le nombre d’étoiles dans le firmament et les grains de sable de la mer. Non, n’ayez pas peur; le Christ est avec vous, et cela signifie que vous êtes toujours plus puissant que ceux qui vous haïssent. Lorsque le Tout-Puissant est de votre côté, vous êtes toujours plus nombreux, car vous êtes toujours plus forts que n’importe quel nombre de vos adversaires. O Seigneur Jésus, Seigneur Tout-puissant, sois toujours avec nous et aide-nous afin que nous soyons inséparablement avec Toi toujours, et alors la peur disparaîtra. À Toi soit la gloire et la louange pour toujours. Amen. St Nikolaj Velimirović d’Ohrid et de Žiča Merci à Maxime

Reportage : la destruction des églises de France

10.000 édifices catholiques seraient menacés de destruction en France. Depuis 2000, une trentaine d’églises auraient déjà été détruites. Récemment, les églises de Gesté dans le Maine et Loire, celle, monumentale d’Abbeville en Picardie ont été démolies à la pelleteuse. Les maires concernés ont justifié ces destructions par le soi-disant mauvais état de ces édifices. Sur place, des habitants révoltés contestent cet argument. Destructions, abandons volontaires, beaucoup de politiques affichent clairement, désormais, un mépris pour le patrimoine religieux, pour l’histoire de leur pays. Résultat, il est à peu près certains que d’autres églises seront détruites en France. Dans ce reportage, un des représentants de l’Observatoire du Patrimoine religieux explique de quelle manière, certains maires s’y prennent pour justifier une démolition auprès de leurs administrés.

La persécution des chrétiens dans le monde

Beaucoup de chrétiens ignorent que des milliers de leurs frères sont persécutés dans le monde à cause de leur foi en Jésus-Christ. Même si, officiellement, la liberté de croyance est garantie dans certains pays, comme au Népal ou au Vietnam, les injustices, discriminations, rejets et licenciements, confiscation des biens, mais aussi violences physiques, tortures et assassinats sont une triste réalité. Les enlèvements de fillettes et adolescentes se multiplient, fléau insupportable, devant lequel les gouvernements font preuve d’une inquiétante apathie … Dans beaucoup de pays y compris certains en Europe, posséder une Bible est un délit, un crime, et la célébration des cultes est interdite. En juin 2013, un observateur permanent à l’ONU a rapporté que 100 000 chrétiens sont tués violemment chaque année à cause de leur foi ! C’est pourquoi nous avons à coeur par le moyen de cet article, et d’autres qui suivront Dieu voulant, d’informer le plus grand nombre possible de nos lecteurs sur le sort de nos frères et soeurs qui ne reçoivent aucun secours dans leur pays. Puissions-nous être pour eux ce secours tant espéré, d’abord par notre fidélité dans la prière, puis par notre aide d’une manière ou d’une autre, selon ce que le Seigneur mettra devant nos pas, afin qu’ils puissent vivre ces paroles de l’apôtre Paul : « nous sommes accablés par toutes sortes de détresses et cependant jamais écrasés. Nous sommes désemparés mais non désespérés, persécutés, mais non abandonnés, terrassés, mais non pas anéantis » (2 Cor.4:8-9, Le Semeur) Egalement une liste qui classe les 25 pays où les chrétiens sont le plus persécutés (source : PO) : -1 Corée du Nord -2 Arabie Saoudite -3 Iran -4 Afghanistan -5 Somalie -6 Maldives -7 Yémen -8 Laos -9 Erythrée -10 Ouzbékistan -11 Bhoutan -12 Chine -13 Pakistan -14 Turkménistan -15 Comores -16 Irak -17 Qatar -18 Mauritanie -19 Algérie -20 Tchétchénie -21 Egypte -22 Inde -23 Vietnam -24 Myanmar (Birmanie) -25 Libye… Mais beaucoup d’autres suivent : Soudan Nord, Maroc, Sahara occidental, Syrie, Nigeria, Azerbaïdjan, Oman, Brunei, Iles Zanzibar, Koweït, Cuba, Tadjikistan, Emirats Arabes Unis, Sri Lanka, Jordanie, Djibouti, Turquie, Indonésie, Territoires Palestiniens, Bangladesh, Biélorussie, Ethiopie, Tunisie, Bahreïn, Kenya (Nord-Est) Kazakhstan… La Bible dit : « Ouvre ta bouche pour le muet (celui qui ne peut s’exprimer) […] et défends la cause du malheureux et du pauvre » (Prov.31:8) « Délivre ceux qu’on traine à la mort, ceux qu’on va tuer, agis pour qu’on les épargne ! Si tu dis : Ah ! Nous ne savions pas ! … Celui qui veille sur ta vie, ne le sait-Il pas ? Et ne rendra-t-Il pas à chacun selon ses oeuvres ? » (Prov.24:11-12) « Souvenez-vous des prisonniers, comme si vous étiez aussi prisonniers; de ceux qui sont maltraités, comme étant aussi vous-mêmes dans un corps… » (Hébreux 13:3) « Si un membre souffre, tous les membres souffrent avec lui », car « Vous êtes le corps de Christ, et vous êtes ses membres, chacun pour sa part » (1 Cor. 12:26-27) Voici quelques nouvelles parues dans le journal de l’AEM ALBANIE L’Albanie : l’un des pays les plus pauvres d’Europe, avec un taux élevé de chômage et une corruption très étendue. Le Nord du pays est toujours règlementé par le Kanun, code qui demande que l’honneur perdu soit lavé dans le sang. A cause de cela, beaucoup de jeunes-hommes restent enfermés des années dans leur maison de peur d’être tués… Le travail de l’Eglise est un défi. KOSOVO Dans un district du Kosovo, les croyants sont constamment menacés par des extrémistes et empêchés de se rassembler. Mais des photos montrent des jeunes-hommes plein de foi qui se sont faits baptiser… IRAN Iran : La Charia (loi islamique) qui est appliquée en Iran interdit aux musulmans de se convertir à une autre religion. En 2010 Youcef Nadarkhani a été déclaré coupable d’apostasie et condamné à mort par pendaison : il protestait contre la décision du gouvernement iranien d’imposer la lecture du Coran aux enfants chrétiens. Pendant les 11 mois de sa garde à vue, il subit la torture pour le pousser à abjurer sa foi. Plusieurs autres frères furent immédiatement arrêtés en se rendant à une convocation de la police politique, et mis en isolement, alors qu’ils avaient reçu l’assurance qu’il ne s’agissait que d’une « séance d’explications » sur les activités de leur église. Les familles restent souvent longtemps sans nouvelles du verdict… IRAK En Irak, le terrorisme et les expulsions ethniques et religieuses sont encore à l’ordre du jour, la population souffre, la banlieue de Bagdad s’est transformée en un bidonville dans lequel des milliers de réfugiés, la plupart des veuves et des orphelins, essaient de survivre, sans argent, ni eau potable ni nourriture, malades et sans abris. Parmi eux des centaines de chrétiens qui ont tout perdu à cause de la terreur religieuse. Les déplacements en transports publics sont devenus très dangereux à cause des enlèvements… Malgré cela des groupes de maison chrétiens s’organisent pour acheminer les aides reçues de l’extérieur : « bien que notre chef de projet, une veuve, ait échappé de justesse, en novembre 2012, au viol et à la mort par des islamistes, et que son médecin soit obligé de se cacher en raison d’incessantes menaces de mort, chaque membre de l’équipe veut continuer : l’espoir et la force que Dieu nous donne, nous voulons les partager » (Edition Spéciale 2013) Péninsule arabique : le YEMEN Péninsule arabique : le Yémen est divisé en différentes zones qui sont contrôlées par des tribus, des gouvernements faibles, des séparatistes ou des extrémistes d’al-Qaïda. La situation sécuritaire est catastrophique et l’économie en ruine. Les gens sont affamés et les familles luttent pour survivre. Au coeur de cette souffrance, l’Eglise souterraine grandit.La jeune génération, frustrée par les traditions prohibitives, le pouvoir despotique, le chômage des jeunes et les maigres possibilités d’éducation, est à la recherche d’un sens à sa vie… Les appels à la liberté et la frustration engendrée par l’évolution actuelle en Arabie, poussent beaucoup de gens à se rapprocher de l’Evangile… PAKISTAN Au Pakistan, les forces radicales ont gagné en puissance ces dernières années. La minorité chrétienne du pays est maltraitée. Les ex-musulmans qui ont trouvé la foi en Jésus doivent fuir et recommencer une nouvelle vie. Une jeune convertie a été rouée de coups presque jusqu’à la mort par trente et un membres de sa famille, qui ont continué à la torturer des jours durant… VIETNAM Vietnam : encore et toujours les chrétiens sont menacés, battus et emprisonnés. Au printemps 2013 un couple a été battu par la police du village parce qu’il refusait de renoncer à la foi en Jésus. La femme surtout a été blessée, frappée plus de dix fois de plein fouet au visage. Le pasteur Steve a passé sept ans et demie en prison où il a failli mourir plusieurs fois. Il est aujourd’hui un responsable solide dans son pays et encourage de nombreux chrétiens. INDONESIE En Indonésie, une jeune-femme chrétienne a été battue par des centaines de musulmans radicaux, puis emprisonnée. Libérée, elle est prise en charge par l’AEM et oeuvre en faveur de son prochain. Accusé « d’atteinte à l’unité nationale », Ksor Y a été condamné en novembre 2010 à six ans de prison. Au cours de son emprisonnement, il a été suspendu au plafond et battu. Il est très faible et a été placé dans une prison au Nord du Vietnam, dans laquelle il est obligé de travailler dans une carrière de pierres. L’ERYTHREE L’Erythrée est pour ainsi dire la Corée du Nord de l’Afrique. Cet état est totalement sous surveillance avec un service militaire parfois sans fin. (A comprendre littéralement, car personne n’est libéré du service militaire) Le président est considéré comme paranoïaque. Les chrétiens évangéliques sont particulièrement détestés et poursuivis sans relâche. Chaque année, des milliers d’érythréens fuient vers les pays voisins de l’Europe. Beaucoup de chrétiens attendent dans des camps de réfugiés, dans le désert, avec pour seule aide l’approvisionnement alimentaire de l’ONU, à peine suffisant pour le minimum vital. Quand un chrétien est découvert, il est arrêté et peut être enfermé dans un des nombreux conteneurs métalliques des camps militaires, dans des conditions exécrables. (Au moins 30 prisonniers seraient décédés des suites de leurs conditions de détention en 2012 . On estime à 1200 le nombre de chrétiens incarcérés , certaines organisations parlent de 3000. Source : AEP) EGYPTE Egypte : atmosphère de pogrom contre les chrétiens dans ces jours de tourmente. Après l’évacuation des partisans du président déchu, la colère des islamistes a éclaté contre les Coptes et les autres communautés chrétiennes (10 pour cent de la population) Leur seul « crime » est d’être chrétiens.Des églises, des écoles, des maisons, ont été brûlées, des magasins pillés, et les familles ne sont pas à l’abri chez elles. « Les gens sont choqués, personne n’ose sortir », explique un ingénieur de Sohag, ville fantôme dans laquelle règne une atmosphère de terreur. Car les attaques se commettent à l’écart, dans les endroits où les forces de sécurité sont faibles ou absentes. (source : ATS / Berner Zeitung du 17.08.2013) OUZBEKISTAN En Ouzbékistan, une chrétienne a été condamnée à 18 mois de camp de rééducation pour détention de littérature chrétienne. INDE Inde : depuis l’assassinat en 2008 d’un dirigeant hindou extrémiste dans l’état d’Orissa, meurtre injustement imputé aux chrétiens, une terrible vague de violence a fait des centaines de morts parmi eux, des villages entiers ont été brûlés, et plus de 60 000 personnes ont fui dans la forêt, sans aucune ressource. Beaucoup se cachent encore ou vivent dans des camps de réfugiés, dans des conditions misérables. A moins de revenir à l’hindouisme, la plupart ne peuvent pas rentrer dans leurs villages à cause des représailles. Les responsables de ces meurtres et violences ne sont pas inquiétés par la police, malgré les plaintes déposées… SRI-LANKA Sri-Lanka : les chrétiens ne représentent que un pour cent de la population, mais sont considérés comme une menace. Les moines bouddhistes s’acharnent contre les pasteurs et font leur possible pour empêcher les conversions : passages à tabac, destruction d’églises, menaces et agressions… « Quand nous partons le matin de nos maisons, nous ne sommes pas sûrs de rentrer sains et saufs le soir », disait dernièrement un responsable chrétien. COREE DU NORD Corée du Nord : ceux qui fuient la dictature et la famine de leur pays vers la Chine vivent cachés, dans la peur constante d’être découverts, puisque cette nation expulse immédiatement de son territoire les déserteurs appréhendés… Des bénévoles de l’étranger travaillent avec ardeur pour faire passer ces gens dans les pays libres comme la Corée du Sud. Mais pour la plupart le séjour en Chine dure des années… GAZA Gaza : d’après l’organisation des droits de l’homme OFWI, il y a environ 3500 chrétiens pour un million 400 000 musulmans dans la bande de Gaza, continuellement persécutés, et forcés de travailler avec l’organisation terroriste pour protéger leur famille. Majed El Shafie sait ce que veut dire être persécuté : converti au Christ à l’âge de dix huit ans, il a été arrêté, torturé et condamné à mort en raison de sa foi. Il a réussi à s’échapper et à rejoindre Israël. De là il a émigré au Canada avec l’aide d’organisations internationales. Selon lui, « un chrétien devrait prier chaque jour pour ceux qui sont persécutés, et s’engager activement, par exemple en avertissant les autorités ou son gouvernement au sujet de la situation des chrétiens persécutés. Très souvent, les Etats occidentaux soutiennent des pays où la minorité chrétienne est persécutée. Les chrétiens de l’Ouest devraient exiger que l’octroi de l’aide internationale soit lié au respect des droits de l’homme. » SOMALIE Un pays considéré comme le plus dangereux du monde par la plupart des experts en terrorisme. Les chrétiens là-bas vivent dans des conditions indescriptibles. En 2008, Mansuur Mohammed a été le premier chrétien à mourir en martyr entre les mains d’al-Shaabab. Accusé de traitre à l’Islam, il a refusé de se convertir à L’Islam et fut décapité publiquement. En janvier 2009, deux garçons de onze et treize ans ont été décapités parce que leur père refusait de divulguer des informations concernant un responsable d’église, puis la même année sept autres somaliens ont été décapités. A ce jour, beaucoup d’autres, en majorité des pasteurs, ont été fusillés ou décapités. Al-Shaabab veut éliminer systématiquement l’Eglise de la Somalie. L’AEM travaille en étroite collaboration avec des chrétiens locaux, qui connaissent la culture et la langue de leurs semblables. Elle apporte une assistance dans tous les pays du Moyen Orient qui ont une population arabe, kurde ou de langue persane et qui souffrent actuellement sous des régimes brutaux, de révolutions sanglantes, du chaos de la guerre, du terrorisme et des violations des droits de l’homme : « Beaucoup de ces pays, comme l’Irak, l’Iran, la Syrie, le Liban, la Jordanie, l’Egypte, et bien-sûr Israël, étaient autrefois le berceau du christianisme et de la civilisation humaine. Depuis des siècles, des chrétiens locaux vivent dans cette région. Ils ont survécu en tant que minorité tolérée à quelques mille quatre cent ans de discrimination et de persécution par la loi islamique. Aujourd’hui, un terrorisme religieux, l’intimidation et les expulsions menacent sérieusement leur existence ! Par conséquent, nous soutenons nos frères et soeurs sur place et les encourageons. Victimes de la guerre civile, les orphelins, les veuves et les persécutés pour leur foi reçoivent des soins médicaux d’urgence… Dans les pays de la péninsule arabique (Koweït, Bahreïn, Qatar, Emirats arabes unis, Arabie Saoudite, Yémen et Oman), nous aidons les chrétiens persécutés et les personnes dans le besoin, et nous voyons de plus en plus de musulmans se tourner vers Jésus-Christ. Il est la lumière au bout du tunnel sombre, au milieu du chaos, de la peur et de l’oppression. Aux persécutés, nous donnons la protection, du pain à celui qui a faim, et procurons du travail… » Quelques nouvelles également d’Amérique Latine : COLOMBIE En colombie depuis des années règne un climat de violence; le christianisme est interdit, des centaines de pasteurs ont été tués, des enfants enrôlés de force dans la guérilla, et des milliers de chrétiens déplacés. PEROU et MEXIQUE Au Mexique les indiens évangéliques sont particulièrement persécutés, les chrétiens vivent dans la violence et l’intimidation, soumis à des privations (eau, électricité,aides agricoles) et à de lourdes amendes. Une aide est apportée aux veuves et aux orphelins . Au Pérou et au Mexique, des chrétiens sont injustement emprisonnés… « La prière est la première chose que demandent nos frères et soeurs » (Source : Portes Ouvertes, au service des chrétiens persécutés) « Oui, l’Éternel tourne la face vers la prière du misérable, Il ne dédaigne pas sa prière. Que cela soit écrit pour les générations futures (le terme en hébreu se rapporte à la génération dernière) […] Des cieux, l’Éternel regarde sur la terre, pour écouter les soupirs du prisonnier, pour délivrer ceux qui sont en danger de mort, afin qu’ils publient dans Sion le Nom de l’Éternel » (Psaumes 102:18-21)